Crouzilles

Crouzilles est une commune du Sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Crouzillois et les Crouzilloises.
Elle a porté les noms de: Crucilia (VIIIe siècle, diplôme de Charlemagne), Cruzilia (XIe siècle, cartulaire de Noyers), Ecclesia Cruzillarum (XIIe siècle), Cruzillia, Crozillae, Crozilles (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours), Parocchia de Crozille (1256), Crouzille (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Crouzilles (1820, carte de l’État-Major).
Le fief relevait de la châtellenie de L'Île-Bouchard. L'ancien prieuré dépendait de l'abbaye de Beaulieu. Par ordonnance royale du 28 janvier 1833, la paroisse de Mougon fut rattachée à Crouzilles.
Coordonnées GPS de Crouzilles: 0°27'45"E - 47°07'26"N
Code INSEE: 37093 - Code postal: 37220 - Superficie: 1454 hectares
Altitudes: de 32 à 102 mètres
L'église Notre-Dame a été construite aux XIIe (nef et absidiole Nord), XIIIe (transept et sa croisée) et XVIe siècles (chœur et absidiole Sud). Cette église a été restaurée au XIXe siècle.
La façade Ouest présente une porte en plein cintre à trois voussures, restaurée. Seules les bases des colonnettes accostant les pieds-droits sont anciennes. Au-dessus, une fenêtre géminée est aussi restaurée.
Cette façade est butée latéralement par deux gros contreforts inégaux ornés, chacun, d'une niche occupée par une statue du XIIe siècle.
La nef, dont les murs goutterots furent surélevés au XIIIe siècle, est éclairée par des petites fenêtres en plein cintre largement ébrasées et comprend trois travées voûtées sur croisées d'ogives et liernes en style angevin. Ces voûtes furent relancées dans l’œuvre ce qui motiva la surélévation des murs. La nef aboutit à un transept dont l'axe ne lui est pas perpendiculaire. La croisée de ce transept est voûtée sur une croisée d'ogives, de même que le croisillon Nord qui est accompagné par une absidiole semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Le croisillon Sud, couvert par une voûte angevine sur ogives et liernes, a une absidiole refaite au XVIe siècle. A droite de cette dernière, on peut voir une grande statue du XIIe siècle.
Le chœur d'une travée revoûtée au XVIe siècle sur croisée d'ogives à moulures prismatiques est désaxé vers le Sud. Il se termine par une abside à cinq pans.
 
Les quatre nervures Est de la voûte viennent retombées entre les fenêtres, au-dessus de quatre grandes statues du même style et de la même époque que celles de la façade et du transept. Elles représenteraient saint Pierre, la Vierge Marie, saint Jean l’Évangéliste et saint Paul. Au-dessus du carré du transept se trouve le clocher dont l'étage du beffroi présente des arcades aveugles.
Cette église présente également quelques modillons sculptés.
Un cadran canonial gravé dans la pierre indiquait les horaires des messes.
Les vitraux ont été réalisés par l'atelier Lobin de Tours. Celui-ci représente sainte Anne.
L'ancien logis seigneurial, appelé la Grand'Maison, date du XVe siècle. Sa tour, hexagonale à sa base, renferme un escalier à vis. Le haut carré de la tour abrite une pièce d'habitation. Cette tour présente une porte gothique en arc surbaissé, surmontée par une accolade ornée de feuilles de choux. En 1478, cette seigneurie relevait de la châtellenie de L'Île-Bouchard.
Le château privé du Puy-Bascle date du XVe siècle. Le logis principal comprend un donjon rectangulaire élevé de quatre étages au-dessus d'un rez-de-chaussée, comportant chacun une seule pièce. Le rez-de-chaussée, qui servait de cellier, et le premier étage ont leurs murs Nord et Est constitués par le rocher au flanc duquel s'élève le bâtiment. Leurs salles ont un plan trapézoïdal. Au second étage, on peut voir une cheminée Louis XV. La salle du troisième, qui a gardé un carrelage du XVIIIe siècle, est de plain-pied avec le sommet du coteau où se trouvait le jardin. Le quatrième est couvert par le comble qui fut abaissé secondairement. Ces étages sont reliés par un escalier en vis de pierre logé dans une tourelle carrée à l'angle Sud-Ouest. A l'angle Nord-Ouest, chaque étage comporte un cabinet abrité dans une autre tour d'angle.
Le côté sud de la cour est occupé par un autre logis d'habitation dont la moitié a disparu.Le coteau, fermant cette cour à l'Est, est creusé à sa base par une galerie qui fut la chapelle. Sa voûte est soutenue par de gros doubleaux de section rectangulaire. La plupart des bâtiments des communs sont détruits.
Le château privé de Paviers (XVe et XVIe siècles) a été restauré en 1894 par Charles Guérin puis de 1901 à 1903 par Marcel Rohard. Il a conservé ses fossés et sa porte nantie d'un pont-levis et flanquée d'une grosse tour avec mâchicoulis. Cette tour du début du XVIe siècle comprend cinq étages dont le troisième est couvert par une voûte en berceau annulaire, soutenue par une lierne circulaire à moulures prismatiques et par des ogives de même profil, rayonnantes et retombant au centre sur une grosse colonne sans chapiteau et partant de fond. En 1750, une chapelle fut ajoutée à la façade sud.
A l'Ouest du château de Paviers, on peut découvrir deux moulins à vent (du type tour) en ruines. Un troisième moulin se trouve dans le petit bois (au centre).
Le manoir privé du Ponceau a été édifié à la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe. Son logis présente une lucarne de pierre à fronton courbe et une seconde avec une frise de motifs géométriques au-dessus de la baie ovale. Il a gardé une partie de son mur d'enceinte avec deux portes en plein cintre inégales et contiguë.
Il possède un pigeonnier carré muni de quatre contreforts d'angle. Bâti en moellons, il est entouré à sa partie supérieure par un cordon mouluré. A l'étage, il a conservé tous ses boulins.
Sur sa façade Sud, on peut observer un cadran solaire portant la date de 1789.
Le manoir privé de Chezelle a été construit au XVe siècle. Le corps de logis principal, flanqué par une tourelle polygonale d'escalier à vis de bois, s'élève entre deux hauts pignons à rondelis. Le logis, dont tous les percements de façade furent remaniés, est bâti sur une cave sous plancher. Le premier étage abrite une cheminée à hotte droite avec haut linteau.
Le manoir privé de La Touche-Voisin (XVe et XVIe siècles), un ancien fief relevant de Trogues, a eu son logis agrandi au XIXe siècle. Le corps de logis principal, aux percements de façade remaniés, s'élève entre deux pignons à rondelis. Au premier étage, une fenêtre mutilée à croisée de pierre, éclaire une pièce chauffée par une cheminée à hotte droite. A l'arrière du bâtiment, un pavillon quadrangulaire, avec comblé élancé à quatre versants, présente, sur sa face Nord, trois étroites ouvertures superposées. L'une d'elles est datée de 1679 alors que les deux autres sont du XVe siècle. A côté du logis, sur le coteau, une tourelle de guet en ruines a gardé son rez-de-chaussée couvert d'une voûte formant coupole. Sur l'entrée sont gravées une inscription et la date de 1689. Une servitude porte, quant à elle, la date de 1779.
La partie la plus ancienne de la ferme privée du Puits-Galant date du XVe siècle. Au XVIIe siècle, il fut rajouté: le logis Est, la grange en retour d'équerre et le portail à double porte charretière et piétonne. Une fenêtre porte la marque de la crue de la Vienne du 30 octobre 1896. Les eaux montèrent, dans le logis, jusqu'à 1,14 mètre. Le pignon Nord de la grange possède quatorze rangées de boulins tandis que le mur en présente deux ranges de sept.
De l'autre côté de la route, le moulin du Puits-Galant (XVIIIe siècle) a gardé, au nord, une tour demi hors œuvre renfermant un escalier tournant, suspendu, en pierre de taille. A l'ouest, sont accolés les vestiges d'une construction plus ancienne épaulée par des contreforts. Les pièces du rez-de-chaussée sont voûtées en berceau en plein cintre. (photo: litteratur.fr)
Ce pigeonnier mural se trouve sur le pignon d'une dépendance du manoir privé de Raingé. Le logis, en moellon enduit, présente une tour carrée hors œuvre renfermant un escalier. L'une des fenêtres de la tour possède des moulures croisées. Les autres baies de la façade antérieure sont aussi moulurées. Raingé possède une cave voûtée en berceau longitudinal, en pierre de taille
La ferme privée de La Roche-Guenet serait une ancienne léproserie. On peut y voir une chapelle du XVe siècle et une tour de guet dotée d'une meurtrière. La chapelle, de plan rectangulaire, est constituée d'une nef unique. La façade Ouest a été remaniée (baie du pignon et porte). Le haut du pignon forme clocher.
A Mougon, l'église Saint-Pierre du XIIe siècle est en ruines. De la nef rectangulaire, il ne reste que le mur du pignon Est, le mur goutterot Nord, la base du mur Ouest et une petite partie du mur Sud. L'église primitive avait été fondée par saint Perpet vers 470. A ce premier monument appartient la maçonnerie parementée en petit appareil régulier, avec assises de briques, constituant la base des murs Nord et Est. Une petite abside rectangulaire voûtée en berceau en plein cintre est reliée à la nef par une arcade. Sa base appartient à l'église du Ve siècle.
A l'angle nord-est de l'église, la chapelle funéraire de la famille de Quinemont date de 1883. Ses pignons présentent des frontons triangulaires ornés de croix de Malte.
Le moulin à eau de La Boussaye (XIXe siècle, agrandi au début du XXe), sur la Manse, a perdu sa roue qui mettait en action trois paires de meules.
Il appartenait à l'ancien château de La Boussaye (XVe siècle) dont il ne reste qu'un pavillon carré et un logis très remanié. Sur le mur sud du pavillon, on peut voir une bretèche et un blason bûché sur lequel une date est encore lisible: 1613.
A La Sablière, on peut observer un pigeonnier carré.
La ferme privée de Villiers possède un pigeonnier carré du XVIIe siècle. Les combles de la ferme sont éclairés par
Le pigeonnier carré de Mannes est construit en moellons et est couvert d'un toit en pavillon.
Les deux lavoirs du village se trouvent aux lieux-dits Les Touches ...
... et La Fontaine-de-Mannes.
Au lieu-dit Puits-Livet, il existe deux loges de vigne: l'une est couverte d'un toit voûté en moellons (XIXe siècle)...
... l'autre présente une toit en tuiles et une cheminée. A noter que dans cette région, ces maisons de vigne sont aussi appelées des grottes.
Une autre maison de vigne se trouve au lieu-dit La Garenne.
On remarquera ce pigeonnier mural en haut du pignon d'un hôtel.
Près du chevet de l'église, un ancien puits à margelle a été transformé en bac à fleurs.

A voir:
  • Au 19 Fontaine de Mannes, le portail, dont la blason a été bûché, date du XVe siècle.
  • Le moulin à eau de Saussaye.
  • Les loges de vigne: Beaufils, Mannes, Mougon, ...

Les lieux-dits: Bois-de-Villiers, Bois-Prieur, Bordebure, Chézelle, La Bernellière, La Bertinerie, La Boucherie, La Boussaye, La Carollerie, La Chauvellerie, La Dactière, La Garenne, La Haute-Rive, La Meunerie, La Maison-Neuve, La Morelière, La Perrière, La Robinerie, La Roche-Guénet, La Sablière, La Sommeraye, La Touche-Voisin, La Tuilerie, Le Bois-aux-Poules, Le Buisson, Le Champ-aux-Groles, Le Moulin-de-Ré, Le Moulin-de-Saussaye, Le Moulin-du-Puits-Galant, Le Ponceau, Le Puits-Galant, Le Puits-Livet, Le Puy-Bâcle, Les Caves-Beaufils, Les Courtauderies, Les Hallebardières, Les Hautes-Maisons, Les Moulins, Les Pièces-du-Ponceau, Les Roses, Les Touches, Malgagne, Manne, Mougon, Paviers, Rainge, Villeneuve, Villiers
    Communes voisines: Avon-les-Roches, Crissay-sur-Manse, L'Île-Bouchard, Panzoult, St-Epain, Trogues

    Blason de Crouzilles

    1 commentaire:

    1. Il n'y a pas que deux loges de vigne sur le terroir du Puit Livet, mais au moins huit, en comptant celles qui sont en ruine.

      RépondreSupprimer