Dolus-le-Sec

Dolus-le-Sec est un village du sud-est de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Dolusiens et les Dolusiennes.
Dans les textes, il porta de nombreux noms: Dolus vicus (VIe siècle, Grégoire de Tours), Vicaria Dolense (856, cartulaire de Cormery), Dolum (1007, cartulaire de Noyers), Duo Lucii (XIIe et XIIIe siècles, cartulaires de Cormery et du Liget), Dollus, Douluz, Doluz (XIIIe et XIVe siècles, cartulaire du Liget), Doulus, Doullus (XVIIe et XVIIIe siècles) et, enfin, Dolus-le-Sec (décret du 13 août 1920).
Le fief relevait du château de Loches. Le prieuré dépendait de l'abbaye de Cormery. Le dernier seigneur fut le marquis de La Fayette.
Coordonnées GPS de Dolus-le-Sec: 0°53'39"E - 47°09'50"N
Code INSEE: 37097 - Code postal: 37310 - Superficie: 2727 hectares
Altitudes: de 89 à 127 mètres
L'église Saint-Venant, construite au XIe siècle (nef et base du clocher), a été agrandie à la fin du XIIe siècle (chœur à chevet plat et haut du clocher). Vers 1139, elle changea de nom. Auparavant, elle était placée sous le vocable de saint Pierre. L'édifice primitif avait été édifié par saint Eustoche, évêque de Tours, au milieu du Ve siècle.
Sous le crépi du mur nord de la nef, se voit une partie du parement en petit appareil du XIe siècle. Cette nef, d'abord couverte en charpente, a reçu au XIXe siècle une fausse voûte. Le clocher est épaulé par de solides contreforts. Sa travée sous-jacente est couverte d'une voûte d'ogives relancée dans l’œuvre. Le chœur rectangulaire, plus haut que la nef, est voûté sur ogives moulurées de deux tores séparés par un méplat. Il est éclairé par trois fenêtres en plein cintre circonscrites par un tore, et entourées de colonnettes, avec archivolte moulurée d'un tore et d'une ligne de chevrons.
Ce vitrail, situé dans le chœur, représente saint Gatien, premier évêque de Tours. Il est signé par le maître-verrier Clément (1880, Saint-Michel-de-Chédigny).
Une bannière de procession du XIXe siècle présente saint Venant. Ce saint, originaire du Berry, vivait au Ve siècle. Il fut converti après un pèlerinage sur le tombeau de saint Martin. De l'autre côté de la bannière, est représenté saint Eustoche, évêque de Tours de 444 à 461.
Le manoir privé du Puy (XVIe siècle) a été remaniè (une partie des percements) en 1685. Construit sur un plan rectangulaire, le logis présente, à l'est et à l'ouest, de hauts pignons. Au sud, la porte d'entrée en plein cintre, aux pierres en bossage, est encadrée par deux pilastres ioniques. A l'est, une importante grange possède une charpente, reposant sur de gros poteaux de bois, qui porte une toiture en tuiles plates.
Le château privé de L'Épinay (XVIIIe siècle) a appartenu au marquis de La Fayette. Il a été modifié de 1925 à 1930 par l'architecte Philippeau (ajout de la partie nord du château). La façade ouest est parfaitement symétrique. La porte centrale, accessible par un perron de cinq marches, est surmontée par une fenêtre avec balcon en fer forgé. Le tout est couronné par fronton triangulaire avec un oculus. Les combles sont éclairés par des lucarnes en pierre. La façade orientale fut munie d'une galerie au XIXe siècle. Son parc renferme un pigeonnier rond du XVIe siècle. Cette fuye, plus large que haute, renferme des boulins en poteries ovoïdes percées d'un trou circulaire. Ils sont organisés en plusieurs travées comportant chacune cinq rangées de boulins.
Près de l'église, le monument aux morts a été sculpté par Georges Delpérier en 1921.
Dans la rue de l'éolienne, on trouve le lavoir de 1896.
Il est alimenté en eau par un puits.
L'eau était acheminée jusqu'à son bassin grâce à une éolienne Bollée de 1897 qui a été restaurée en 2000.
Cette éolienne est représentée sur une fresque ornant la façade de l'une des maisons du village.
A la sortie Est du bourg, on peut observer ce vieux puits.

Les lieux-dits: Belêtre, Bertin, Bois-de-Juche-Grolle, Bruyères-de-Beaurepaire, Bruyères-de-l'Hôpital, Bruyères-de-May, Cayenne, Chapitre, Fosse-Sèche, Grands-Bois, Grange-Neuve, Juche-Grolle, La Boire, La Cailletière, La Courtillonnerie, La Croix-Barreau, La Folie, La Fosse-aux-Joncs, La Gaillarderie, La Gaucherie, La Giraudière, La Grand-Maison, La Guignardière, La Mahutte, La Ménesserie, La Métairie-de-Tressort, La Musardière, La Pénellerie, La Périgauderie, La Picarderie, La Pièce, La Pièce-des-Sables, La Pinassière, La Rauverie, La Roche, La Roche-Mabilleau, La Touche, La Touche-aux-Prêtres, Le Beaumont, Le Châtelet, Le Chillou, Le Clos-Garnier, Le CrochetLe Grand-Noyer, Le Grand-Temple, Le Longeron, Le Masereau, Le Moulin-à-Vent, Le Mouru, Le Petit-Mézière, Le Petit-Temple, L’Épinay, Le Pitiau, Le Poète, Le Poirier-Roux, Le Pot-AugerLe Pré-Beau, Le Prieuré, Le Puy, Les Basses-Cours, Les Champeignes, Les Croix, Les Étiveaux, Les Fontaines, Les Fosses-Blanches, Les Fosses-Gimont, Les Hauts-de-Dolus, Les Maisons-Neuves, Les Maisons-Rouges, Les Margotteaux, Les Marmineaux, Les Pâtureaux, Les Pelés, Les Pointes, Les Sables, Les Tilleuls, Leugny, L'Hôpital, Malicorne, Mézière, Mondan, Montant, Montifray, Petite-Grange-Neuve, Pièce-du-Temple, Saint-Gilles, Taille-Chevalier, Tressort, Vallée-de-Person, Villiers

1 commentaire:

  1. Toponymie paradoxale: dolus vient de dol qui veut dire... marais en gaulois.

    RépondreSupprimer