Auzouer-en-Touraine

Auzouer-en-Touraine est un village de l'est de la région. Ses habitants sont appelés les Auzouériens et les Auzouériennes.
Il a porté les noms de: Parochia de Oratorio (1265 et 1271, chartes de l'abbaye de Gastines), Ozouer (1335, cartulaire de l'archevêché de Tours), Orouer (1366) et Ozoer (1466). Le vocable Auzouer apparait au XVIe siècle et le qualificatif en Touraine est ajouté en 1961. Ce fief relevait de la châtellenie de Château-Renault. Le 11 juillet 1698, l'ancienne maladrerie fut réunie à l'Hôtel-Dieu de Tours.
Coordonnées GPS d'Auzouer-en-Touraine: 0°55'13"E - 47°32'32"N
Code INSEE: 37010 - Code postal: 37110 - Superficie: 3405 hectares
Altitudes: de 72 à 138 mètres
L'église Saint-Martin (église toujours fermée) a été reconstruite en 1852 (nef, abside, deux chapelles latérales formant faux-transept et sacristie accolée au sud de la nef) à la suite de l'incendie du 31 mars 1851. Son clocher, menaçant de s'effondrer, fut détruit en 1899.
Sur cette photographie de novembre 1897, on aperçoit le clocher avant sa destruction.
De l'église primitive du XIe siècle, il ne reste que la façade ouest, dont la porte romane à triple voussures ornées de dents-de-loup, de zigzag, de croix de Saint-André, et une partie du mur nord. Les pieds-droits de la porte sont très mutilés. Elle est surmontée par une petite baie en plein cintre, aujourd'hui murée. Cette église avait été élargie en 1611-1612. Cela explique le fait que le portail soit excentré.
Cette église renferme, dans le chœur et les chapelles, cinq vitraux figuratifs dont quatre sont signés par le maître-verrier tourangeau L. Lobin (1857, 1863 et 1865). Le cinquième, ni signé, ni daté, représente sainte Élisabeth de Hongrie et saint Jean-Baptiste.
La partie centrale du château privé de Pierrefitte date du XVIIe siècle. Il a été presque totalement reconstruit entre 1775 et 1777 puis agrandi au milieu du XIXe siècle. Il a remplacé un manoir féodal dont subsiste une partie des douves. Dans son parc, se trouve, à l'ouest, une fuie ronde et, à l'est, une chapelle circulaire (XVIIe siècle, modifiée vers 1900). En 1835, deux ailes furent ajoutées pour relier chacune des tours au château. Ces ailes ont été détruites en 1931.
La chapelle cylindrique possède une porte surmontée par un fronton triangulaire puis par une fenêtre jumelée. Le bâtiment, dont la corniche est ornée par des vases sculptés, est couvert par un dôme surmonté par un lanterneau. Une des baies jumelées présentait des vitraux, signés Fournier 1911, représentant les blasons des familles de Baillivy et de La Tullaye.
A l'automne, le sol du parc qui l'entoure se couvre de cyclamens roses et blancs.
Le dolmen (néolithique) du château de Pierrefitte, appelé aussi la Pierre levée, possède une table de 2,80 mètres de long sur 2 mètres de large, posée sur deux supports en grès de 2,20 mètres et 1,90 mètre de long et de 1 mètre de haut.
La construction du château privé du Haut-Villaumay, achevée en 1891, a été entreprise par le commandant Koszuski.
Il est renommé pour ses tours: la ronde a pour modèle le château de Chaumont, la carrée s'inspire de la tour du Grand Palais de Florence.
Voici ce château au début du XXe siècle.
Le château privé de La Guespière (ou La Guêpière) a été édifié, dans un style néo-Renaissance, en 1858 et agrandi en 1885.
Le château privé de La Bonleuvre daterait du XVIIe siècle. Jadis, il était entouré par des fortifications dont il reste des tours. Les cadastres de 1835 et de 1934 signalaient la présence de douves.
Le lavoir en bois a conservé une planche qui permettait aux laveuses de frotter le linge sans avoir à se baisser.
Peu visible, la motte féodale fossoyée du Grand-Moléon (la forêt du centre de la photo) est une fortification médiévale, découverte en 1978, qui a un diamètre de 50 mètres. Elle se révèle mieux sur une photographie aérienne.
Elle a conservé son fossé et des vestiges de ses remparts en terre.

A voir:
  • Le presbytère (XVIIIe siècle).
Patrimoine disparu
  • Le dolmen de La Haute-Métairie dont la table en poudingue s'est écroulée.
  • La chapelle Saint-Aubin qui se trouvait près du hameau de La Gasserie. Elle fut interdite en 1787 et vendue nationalement en 1791.
  • La chapelle Saint-Joseph-et-Saint-Claude de Villaumay avait été reconstruite en 1643 et bénite le 12 novembre ce cette année.
  • La chapelle Saint-Joseph, située près de La Blutière, avait été bénite le 16 décembre 1858.

Les lieux-dits: Aubigné, Baléchoux, Beaumont, Beauvais, Bel-Air, Bois-de-la-Grande-Maison, Bois-des-Gamets, Bois-Jupeau, Boureau, Cerizay, Champ-Breton, Claireau, Courte-Épée, Grange-Rouge, Jupeau, La Blanchère, La Blutière, La Bonleuvre, La Borde, La Bordière, La Butte, La Caherie, La Chaise, La Chaumine, La Contancière, La Douloureuse, La Fontaine, La Fouraudière, La Gasserie, La Gaulière, La Graffardière, La Grande-l’Épinière, La Grande-Noue, La Guêpière, La Hardonnière, La Haute-Blanchère, La Haute-Métairie, La Maloire, La Moissonnière, La Patellerie, La Petite-Boisnière, La Petite-Épinière, La Petite-Pinsonnière, La Picardière, La Pierre, La Pinsonnière, L'Archerie, La Royauté, La Ruellerie, La Thibaudière, Launay, Le Bas-Villaumay, Le Grand-Charmeteau, Le Grand-Moléon, Le Grand-Paret, Le Gué, Le Haut-Villaumay, Le Petit-Charmeteau, Le Petit-Moléon, Le Petit-Paret, Le Pichon, Les Cinq-Cormiers, Les Landes, Les Pins, Les Sablons, L'Ormeau, Montifault, Moulin-de-Courquigny, Moulinet, Pierrefitte, Raguer, Saint-Malo, Sonnant, Thiveau, Tournebœuf
    Communes voisines: Autrèche, Château-Renault, Morand, Neuillé-le-Lierre, Saunay, Villedômer

    Blason d'Auzouer-en-Touraine

    1 commentaire:

    1. j ai connue la contesse le conte et le fils du maire michel et toute les chasse a cours au chateau j etais en pension la maison altenant du chateau qui accueille des enfants de la dass mr garde de chasse et mme dame de conpagnie a mme la contesse avec qui j allaie a la messe tout les dimanche de tres bon souvenir et un pincement au coeur d avoir quitte un endroit merveilleur

      RépondreSupprimer