Epeigné-sur-Dême

Épeigné-sur-Dême est un village du nord de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Spinaçois et les Spinaçoises.
Il a porté les noms de: Hispaniacus (1040, cartulaire de l'abbaye de la Trinité de Vendôme), Spaniacus (1072), Spaniaco (1073-1085, chartes de Saint-Julien de Tours) et Épeigné (XVIIIe siècle, carte de Cassini) . Ce fief a longtemps appartenu à la famille de Bueil. Le 2 octobre 1822, il a annexé les communes de Rorthres et des Pins.
Coordonnées GPS d'Épeigné-sur-Dême: 0°36'44"E - 47°40'10"N
Code INSEE: 37101 - Code postal: 37370 - Superficie: 2108 hectares
Altitudes: de 66 à 128 mètres
L'église Saint-Étienne a été construite vers 1040 (nef unique et façade), modifiée au début du XIIe siècle (chœur rectangulaire, abside à chevet plat, fenêtre de façade, porte en plein cintre de la façade), au XVe siècle (fenêtres latérales). Le mur sud a conservé une des petites fenêtres en plein cintre primitives qui a été condamnée. Le mur nord a conservé la trace d'une grande porte. Cette église fut restaurée au XIXe siècle (avec ajout des lambris de la voûte).
Il faut noter que le portail d'origine, à l'ouest, mesurant 2,20 mètres de large et 3,90 mètres de hauteur, fut réduit au XIIe siècle. Il est circonscrit par un arc de damier. Ce motif se retrouve autour de la fenêtre en plein cintre qui le surmonte.
Sur sa façade, une frise en pierres sculptées (en 1040) représente quinze animaux exotiques (un éléphant, un griffon, des chiens courant, un ibis, des lions, un tigre, un chameau, deux oiseaux buvant dans un vase). Cette frise est surmontée par une corniche de pierre ornée de damier.(Cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Sur le mur sud de cette église, un grand cadran solaire a été peint.
Les deux vitraux du chœur sont signés par Anselme Fialeix (1864), maître-verrier sarthois. Ils représentent le couronnement de la Vierge et la Sainte Famille (photo).
La statue en terre cuite de sainte Emérentienne (XVIIe siècle) a été restaurée en 1972.
Au hameau de Rorthres, l'ancienne église Notre-Dame (XIIIe siècle) a été transformée en grange. Elle est composé d'une nef construite en blocage et couverte de charpente. La porte en tiers-point de la façade, une autre porte au chevet et une fenêtre unique en plein cintre qui éclairait la nef au sud ont été condamnées. Par contre, le chevet a gardé sa fenêtre en plein cintre. A l'intérieur, on peut observer dans le mur Est les traces de trois niches, aujourd'hui condamnées, et des vestiges de peinture murale.
Le château privé des Pins, bâti à partir de 1852, est le seul vestige de l'ancienne commune des Pins. Le logis rectangulaire présente à chacun de ses angles une tourelle circulaire avec une toiture en poivrière. Le 13 mai 1970, ce château devint la propriété du journaliste américain Pierre Salinger qui y aurait reçu la visite de Jacqueline Kennedy. Il conserva ce domaine jusqu'en 1990.
Ce château possède encore le pigeonnier cylindrique de l'ancien château fort du XVe siècle (détruit en 1851) qu'il a remplacé. De ce dernier édifice il subsiste aussi la base d'une tour cylindrique avec salle voûtée d'une coupole.
Dans le parc, au nord du château, une chapelle néo-gothique a été construite en 1904 à la demande du propriétaire de l'époque, Joseph Garçin, industriel parisien. Elle comprend une nef, une abside à trois pans et un clocheton. Sa décoration intérieure a été réalisée dans le style néo-Renaissance.
Le château privé de Rennefort date du début du XVIIIe siècle. Il a été remanié en 1857 (peut-être le rehaussement d'un étage et la construction d'une tourelle d'escalier à trois pans) et 1896 (édification d'un petit bâtiment au nord-est, à l'arrière). Les communs ont été partiellement rebâtis en 1992 après un incendie.
Le logis privé de La Charpenterie a été construit au XVIIIe siècle dans le style classique. Dans les années 1920, le style anglo-normand a été adopté grâce à des placages de briques et de bois.
Le voila, avant cette transformation. Ce domaine était un fief relevant de la seigneurie du Bois et de la prévôté de Neuvy.
La partie centrale du château privé de Girardet a été bâti à la fin du XVIIe siècle. Par la suite, il a été modifié et agrandi au XIXe siècle. Le logis carré est flanqué de deux tours, une ronde et l'autre polygonale.
Il possède un petit pigeonnier cylindrique.
Près de ce château, l'ancienne croix en pierre du cimetière de Rorthes a été transférée, le 17 juin 1943, au niveau du croisement de la route D29 et du chemin communal n°8.
Le menhir en grès des Cormiers est haut de 1,85 mètre, large de 1,50 mètre et épais de 1,15 mètre. Il porte, localement, plusieurs noms: La Pierre-du-Supplice, La Pierre-Druidique ou La Pierre-qui-tourne-à-midi.
Le 20 février 1920, le conseil municipal décida la construction d'un monument aux morts. Le travail fut confié à M. Boff, sculpteur marbrier à Château-du-Loir. Le monument fut érigé dans le cimetière le 18 novembre 1923.
Un lavoir se trouve sur la Dême, impasse de la Planche-aux-Ânes. Construit en 1913 par l'agent voyer Delacour, il est conçu pour accueillir 14 laveuses.
Au nord du bourg, cette loge de vigne, du début du XXe siècle, n'a laissé aucune trace après sa démolition en 2011.
Au bord de la route allant à Beaumont-sur-Dême, cette borne indique les limites départementales entre l'Indre-et-Loire et la Sarthe.

A voir:
  • L'ancien presbytère de Rorthres (XVIe siècle) qui a été fortement modifié.
Patrimoine disparu
  • L'église Notre-Dame (XIe siècle) aux Pins.

Les lieux-dits: Bellevue, Bois-de-Bongendre, Bois-de-la-Bergeonnière, Bois-Jacquet, Bois-Soleil, Girardet, La Charpenterie, La Grollerie, L'Aitre-Fuseau, La Maison-Blanche, La Maison-Neuve, La Maufardière, La Proutière, La Rabatte, La Raffinerie, La Reuserie, La Rouserie, La Sucrerie, L'Auberderie, La Vacherie, La Viollière, Le Colombier, Le Crotillon, Le Gaunai, Le Gué-Bordier, Le Houx, Le Joinnet, Le Moulin-des-Pins, Le Perrain, Le Ragot, L'Ermitage, Les Acis, Les Blanchardières, Les Forges, Les Gressonnnières, Les Jacottins, Les Lisières, Les Pins, Rennefort, Ricordaine, Rorthres, Vaupérou

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire