Azay-sur-Cher

Azay-sur-Cher est une commune située à l'est de Tours. Ses habitants sont appelés les Azayrois et les Azayroises.
En 1127, elle portait le nom de Aziacum ou de Azaium (chartes du prieuré de Saint-Jean-du-Grais). La châtellenie a appartenu successivement aux de Surgères, aux de Clermont puis à la collégiale Saint-Martin de Tours (du XVe siècle à la Révolution).
Coordonnées GPS d'Azay-sur-Cher: 0°50'50"E - 47°20'57"N
Code INSEE: 37015 - Code postal: 37270 - Superficie: 2285 hectares
Altitudes: de 48 à 103 m
L'église Sainte-Marie-Madeleine, construite au XIIe siècle (murs de la nef et clocher), a été agrandie au XVe siècle (chapelle seigneuriale et flèche du clocher). Sa nef a été rebâtie en 1790. Enfin, l'église a été agrandie en 1856-1857 par l'architecte Guérin.
Le clocher carré est épaulé par des contreforts d'angle et couronné par une flèche octogonale accompagnée de lucarnes. Son rez-de-chaussée est occupé par la chapelle seigneuriale, voûtée sur une croisée d'ogives dont la clef porte les armoiries des seigneurs du Fau.
De 1856 à 1880, l'abbé Henri-Prosper Guillot a réalisé le décor néo-gothique de cette église. Ainsi, la voûte du chœur a été sculptée. Les niches séparant les travées abritent les statues des douze apôtres et supportent les nervures festonnées des voûtes. Les autres sculptures sont composées de motifs géométriques et végétaux.
Ce vitrail, représentant saint Charlemagne et saint Henri, est l’œuvre de l'atelier Lobin (Tours, 1886).
L'ancien prieuré de Saint-Jean-du-Grais aurait été fondé en 1017 par Foulque Nerra et érigé en prieuré en 1163 par Barthélémy, doyen de la collégiale Saint-Martin de Tours. C'était une dépendance de l'abbaye bénédictine de Cormery. On peut y voir 39 verrières créées par Sarkis.
L'église priorale, édifiée au début du XIIe siècle, a été démolie vers 1850, sauf le clocher au sud de la façade est. Ce dernier est une tour carrée, épaulée aux angles par d'épais contreforts, ouverte à l'étage du beffroi par deux baies en plein cintre au nord et au sud et par une seule à l'est et à l'ouest, et coiffée d'une flèche de pierre octogonale à pans brisé (en mitre). Au sud de l'église, se trouve la cour du prieuré avec son puits couvert du XIVe siècle. Cette cour est limitée par les bâtiments conventuels qui ont subsisté.
A l'est, un corps de bâtiment faisait suite au bras sud du transept. Il comprend, au rez-de-chaussée, entre un escalier menant au premier étage et un passage voûté, la salle capitulaire ouverte sur la cour par trois baies formées chacun de deux fenestrelles en plein cintre, circonscrites par une arcade aussi en plein cintre, et séparées par des colonnettes géminées. La salle, éclairée à l'est par trois étroites fenêtres en plein cintre, est voûtée sur croisées d'ogives profilées d'un tore qui retombent d'une part sur deux colonnes engagées, de l'autre, au centre de la pièce, sur deux colonnes cylindriques. Les chapiteaux sont ornés de motifs végétaux. Au-dessus de la porte, on peut voir des restes de fresque. Au delà de la salle capitulaire et du passage voûté, une pièce semble avoir été un cellier. L'étage est occupé par le dortoir, pavé de petits carreaux rouges et éclairé, sur les deux façades, par d'étroites fenêtres meurtrières. Au sud, il était relié à la salle supérieure d'un bâtiment disparu dont le rez-de-chaussée était occupé par la cuisine.
Au sud, s'étend le bâtiment du réfectoire, longue salle couverte d'une charpente, éclairée par sept hautes fenêtres en plein cintre ouvertes dans le mur sud, où fait saillie, extérieurement la chaire du lecteur. Celle-ci est elle-même éclairée par trois fenêtres et couverte par une petite voûte sur deux nervures toriques. L'escalier et la chaire proprement dite ont disparu. Le mur sud porte des vestiges d'une grande fresque du XVe siècle.
Le bâtiment du réfectoire est continué, à l'ouest, par deux celliers voûtés de berceaux brisés. Fermant le préau du cloître à l'ouest, un bâtiment du XVe siècle, restauré, surmonte une vaste cave voûtée d'un berceau brisé sur doubleaux.
Dans l'avant-cour, au nord de l'emplacement de l'église, on voit au autre corps de bâtiment construit aussi au XVe siècle.
Près de l'église, ce donjon carré flanqué, au nord, d'une tourelle d'escalier, octogonale à la base et ronde au sommet, est un des rares vestiges du château seigneurial d'Azay (XIIe et XIVe siècles). Jadis, celui-ci était fortifié et entouré de douves. L'intérieur comprend trois étages et un comble couvert par une toiture à quatre pans. La tourelle renferme un escalier à vis en bois. Non loin, se trouve une tour circulaire dont la base est en petit appareil et qui fait partie, maintenant, d'un logis.
Le château privé du Coteau, bâti de 1864 à 1869 dans le style néo-classique pour le baron de Lauvergeat, a remplacé un logis seigneurial de la fin du XVIe siècle. Il se trouve dans un parc de 9 hectares dessiné par le paysagiste Édouard André en 1869. Ce parc renferme trois arches de l'aqueduc gallo-romain de Fontenay et une éolienne Bollée de 1891.
Le château privé de Leugny a été édifié en 1779 dans le style classique pour Ambroise Ribot, receveur des gabelles d'Amboise, intendant de Choiseul. Ses façades sont couronnées par une balustrade de pierre. La façade nord, dont le premier étage correspond au rez-de-chaussée sur la cour, a été accompagnée au XIXe siècle d'un portique soutenant une terrasse. A l'ouest et à l'est de la cour, se trouvent les bâtiments de communs avec, à l'ouest, la grange et la chapelle. A l'est du château, d'autres datent du Directoire. La ferme est du XVIIe siècle.
Dans son parc, on peut découvrir ce pigeonnier cylindrique qui a été transformé en château d'eau.
Le château privé de Beauvais a été reconstruit vers 1764, restauré en 1852 dans le style néo-gothique puis modifié de 1903 à 1911 par l'architecte Marcel Rohard. Il appartint au sénateur d'Empire Dominique Clément de Ris dont l'enlèvement dans la soirée du 23 septembre 1800 fit beaucoup de bruit. Dans son parc, se trouve une éolienne Bollée de 1879.
Le château privé de La Gitonnière a été reconstruit au XVIIe siècle mais il renferme un escalier à vis de pierre du XVe siècle. Il est entouré par deux pavillons: une chapelle à l'Est et un pigeonnier à l'Ouest.
Le château privé de La Michelinière (XVIe siècle), ancien fief relevant d'Amboise, comprend un logis rectangulaire surmonté par un comble élevé et flanqué de deux tours rondes coiffées en poivrière. La porte d'entrée est encadrée de pilastres, avec linteau surbaissé, et surmontée de deux ouvertures étroites. On accède au parc du château par un grand portail doublé d'une porte piétonne.
Le logis privé de La Pescherie date des XVIe et XVIIe siècles.
Ce lavoir de 1888 se trouve place Besnard (près du Cher).
Son bassin est alimenté en eau par la fontaine Sainte-Tutrille (nom donné à cette fontaine par le cadastre de 1826, le même cadastre la nomme Sainte-Utrille en 1960. Cette fontaine était baptisée Saint-Aoustrille au XVIIIe siècle).
Au sud-est du bourg, cette tour serait ce qui reste d'un ancien moulin à vent.
Il existe encore quelques loges de vigne sur le territoire de cette commune comme celle située au lieu-dit Le Marchais.
Au lieu-dit Le Puits-d'Abas, un vieux puits désaffecté a été transformé, en 1954, en un oratoire dédié à la Vierge.
Au 12 rue de Cormery, une doloire (outil servant à travailler le bois) a été sculptée sur le linteau d'une fenêtre. Cela pouvait être l'enseigne d'un charpentier ou d'un tonnelier.

Les lieux-dits: Beauvais, Bouchélin, Forges, La Baronnerie, La Baugellerie, La Bodine, La Bonninière, La Bretonnerie, La Brosse, La Canarderie, La Chapelle-Chandery, La Claie, La Cocarderie, La Cochonnerie, La Dauvernerie, La Duvallerie, La Fermalétrie, La Foi, La Folie, La Foltière, La Fontaine, La Fosse-Rigolet, La Gitonnière, La Haute-Maison, La Herpinière, La Hubaillerie, La Jourdinerie, La Lambarderie, La Luctérie, La Maillardière, La Michelinière, La Perrée-du-Roi, La Piardière, La Pierre, La Prairie-de-Leugny, La Renardière, La Rigaudière, La Roche, La Roche-Morin, La Tortinière, La Touche, La Trute, La Tuilerie, La Varenne, Le Bastereau, Le Bois-d'Azay, Le Bourg-Neuf, Le Buissonnet, Le Château-Buisson, Le Coteau, Le Fouteau, Le Grais, Le Grand-Falaise, Le Marchais, Le Marchais-de-la-Roche, Le Marigny, Le Moulin-à-Vent, Le Patouillard, Le Petit-Croule, Le Petit-Falaise, Le Petit-Grais, Le Petit-Mosny, Le Port, Le Puits-d'Abbas, Le Puits-d'Arcé, Le Puy-Rosay, Le Vivier, Leugny, Les Augers, Les Boires-de-Mosny, Les Boutardières, Les Charpereaux, Les Coteaux-Perdus, Les Falaiseaux, Les Fourches, Les Granges-Rouges, Les Moreaux, Les Petits-Moreaux, Les Pièces-de-Saint-Louis, Les Prateaux, Les Prés-Brûlés, Les Rochardières, Les Sables, Les Serrauts, Prieuré-Saint-Jean-du-Gray, Rochecave, Saint-Louis, Tartifume
    Communes voisines: Athée-sur-Cher, Esvres-sur-Indre, St-Martin-le-Beau, Truyes, Véretz
      Blason d'Azay-sur-Cher

        Aucun commentaire:

        Enregistrer un commentaire