Barrou

Barrou est un village du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Barrouviens et les Barrouviennes.
Au Ve siècle, il se nommait Barraum ou Berraum. Le fief relevait de la châtellenie de La Guerche et de la baronnie de Preuilly. En 583, ce village fut dévasté durant la guerre entre Chilpéric et Gontran.
Coordonnées GPS de Barrou: 0°46'22"E - 46°51'59"N
Code INSEE: 37019 - Code postal: 37350 - Superficie: 3071 hectares
Altitudes: de 47 m à 146 mètres
L'église Saint-Maurice (église parfois ouverte), construite de 1765 à 1768, a été bénie le 19 mars 1769. La nef est couverte de lambris. Le transept et le chœur ont des voûtes d'ogives en briques. La travée droite du chœur a une voûte en berceau brisé. Par la suite, elle fut agrandie de 1859 à 1862 (surélévation du clocher et construction des bras du transept, voûtés en berceau brisé, par Alcide Crechet, architecte à Preuilly) et de 1863 à 1866 (ajout d'une travée à l'ouest de la nef et construction de la façade ouest par Alcide Crechet). En 1869, la tour d'escalier, flanquant le clocher, a été surélevée pour y installer une horloge. La sacristie a été construite après 1875. Cet édifice a été complètement restauré en 1925-1926.
Elle renferme plusieurs vitraux signés par les maîtres-verriers tourangeaux Lobin et Lux Fournier. Cette verrière de Lux Fournier (1920) représente saint Perpet.
Une statue en pierre, de 1160, figure une femme de l'Ancien Testament. Elle ressemble fortement à une autre statue située sur le piédroit du portail de la cathédrale d'Angers.
Cette église remplace un édifice du XIe siècle, détruit vers 1760 par une inondation. En 1869, on pouvait encore voir, près de la Creuse, des vestiges de ce monument (un pan de mur en appareil régulier). L'église primitive avait été fondée par saint Perpet en 475.
Le presbytère date de 1676. Ses baies ont été modifiées au XVIIIe siècle. En 1811, il a été acheté par la commune.
La Grande-Maison est un logis privé de la fin du XVIe siècle. Sa porte en plein cintre est encadrée par deux pilastres doriques. Sa tour carrée d'escalier à vis est en demi hors-œuvre.
Le château des Courtils (ou des Courtis) a été rebâti au XVIIe siècle à la place de l'ancien logis seigneurial fortifié du XVe siècle. Il fut modifié et agrandi au XVIIIe siècle. Le château a été détruit en 1969 à l'exception d'un pavillon du XVIIe siècle.
Ses dépendances comprennent un pigeonnier cylindrique (vers 1866) dont on aperçoit le toit conique en ardoises.
La commanderie de L'Épinât (appelée, vers 1180, Domus de Lespinaz) a appartenu aux Templiers, puis, au XIVe siècle, aux hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (elle prend alors le nom de Saint-Jean-de-l’Épinât) et, enfin, à l'ordre de Malte (ruines de la chapelle du XIIe siècle et bâtiments conventuels du XVIIe siècle). Cette aquarelle de De Crou la représente en 1831.
La ferme de La Tourette a conservé son pigeonnier carré du XVIIIe siècle.
Le rez-de-chaussée du pigeonnier carré (XIXe siècle) du Bois-des-Cours est occupé par un fournil.
Un moulin à vent (un moulin tour du XIXe siècle), transformé en logis privé, a perdu ses ailes. Il se situe au lieu-dit... Le Moulin-à-vent.
Au sud, le village est longé par la Creuse.

A voir
  • La ferme de La Coue (XVe siècle).

Les lieux-dits: Beauregard, Bois-Lumay, Creusette, La Bâte, La Bellevue, La Bernardière, La Caillaudière, La Collindière, La Coue, La Creusette, La Croix, La Faisanderie, La Fourneraye, La Garenne, La Gaudière, La Girardière, La Grosse-Boussée, La Jarrie, La Justice, La Lombarderie, La Loudière, La Morcellière, La Moussine, La Perrière, La Petite-Tourette, La Providence, La Ricendelière, La Roseraie, La Taille-du-Pré, La Touche, La Tourette, La Tripodière, L'Aublard, L'Aunaie, Lauderie, Lavau, Le Bijou, Le Bois-des-Cours, Le Bois-Florimond, Le Bout-du-Pont, Le Carroi-de-la-Biche, Le Champ-Daulet, Le Chêne, Le Chêne-Charpentier, Le Gaudiau, Le Grand-Village, Le Maupas, Le Moulin-à-Vent, L’Épinat, Le Plély, Le Plessis, Le Pré-Pottet, Le Puits, Le Vivier, Les Allais, Les Ayez, Les Barreaux, Les Bernards, Les Bouterais, Les Brandes-de-la-Moussine, Les Carelets, Les Chainées, Les Clercs, Les Communaux, Les Courtis, Les Divards, Les Dubois, Les Essarts, Les Gaudets, Les Grands-Clos, Les Juliens, Les Magnis, Les Marais, Les Marais-de-Bourgery, Les Nocereaux, Les Paluds, Les Riez, Les Rioms, Les Trois-Bornes, Les Trous-de-Renard, Les Vigeants, Mainferme, Moury, Soulanger, Taille-des-Thibaults

    1 commentaire:

    1. La statue de pierre de l'église représenterait sainte Néomaie, au pied d'oie qui semble détruit ici. La patte d'oie était associée à la lèpre et/ou à la déesse Perchta, introduite au Ve siècle par les Wisigoths. Fileuse, elle aussi, comme Néomaie.

      RépondreSupprimer