Louestault

Louestault (prononciation locale Louétau) est un village de la gâtine tourangelle, au nord de la région. Ses habitants sont appelés les Louestaultiens et les Louestaultiennes.
En 1199, il apparait dans une charte de l'abbaye de Gastines sous le nom de Loistaut (ou de Loestati). Par la suite, il a porté les noms de: Loitaut (1247, Querim Turonum), Loetaut (1290, pouillé de Tours), Louestault (1474) et Loytaut (1523, titres de l’aumônerie de Saint-Martin).
Coordonnées GPS de Louestault: 0°39'02"E - 47°37'06"N
Code INSEE: 37135 - Code postal: 37370 - Superficie: 1645 hectares
Altitudes: de 85 à 180 m
L'église Saint-Georges (église toujours fermée), dont le mur Sud (en petit appareil irrégulier) de la nef unique date du XIe siècle, a été agrandie vers l'Est au XVe siècle (chœur à deux travées inégales dont la première est voûtée d'ogives et la seconde sur deux liernes et six branches d'ogives, le chevet est plat). En 1533, la couverture primitive de chaume et de bardeaux est remplacée par une toiture en ardoises. La sacristie a été construite en 1820. A la suite de la tempête du 25 août 1865, le pignon et la toiture sont refaits. C'est alors que le caquetoire a été édifié.
Sur son mur sud, un cadran canonial (fréquent sur les églises romanes) indiquait les heures des messes.
En haut des baies latérales du chœur, on peut voir des fragments de vitraux du XVIe siècle représentant des anges (photo du haut) et une Vierge à l'Enfant (photo du bas). La verrière du chevet (la Crucifixion) est signée par Léopold Lobin (Tours, 1869).
Une maison (dénommée maison de la Salle), du XVIe siècle, a été remaniée au XIXe siècle. Elle présente des fenêtres accostées de pilastres.
Sur une de ses pierres d'angle, un cadran solaire a été gravé. Il porte la date de 1409 et une inscription (FPMMD) qui signifie, peut-être, Fait Par Moi MD.
Le château privé de La Cantinière date de la fin du XVIe siècle. Il a encore ses douves ainsi deux tours circulaires. Une troisième tour, plus petite, a été convertie en chapelle au XVIIe siècle. (NB: l'adresse postale de ce château le situe à Beaumont-la-Ronce mais lui et ses communs se trouvent sur le territoire de Louestault).
Dans son parc, on peut observer ce pigeonnier cylindrique dont le toit en ardoises est surmonté par un très haut lanternon.
Le château privé de Fontenailles date du XIVe siècle mais a été restauré et agrandi au XIXe siècle. De sa construction d'origine, il a conservé le vestige d'un bastion, au nord-est, et une tour cylindrique, au nord-ouest. Des douves sont toujours en eau. Sa chapelle, dédiée à sainte Marguerite, comprend une nef et une abside semi-circulaire. Après sa restauration, elle fut bénite le 10 juillet 1891.
Le manoir privé de La Roche-Martel (ou La Roche-Boiterie) date du XVIIIe siècle. Ce domaine est un ancien fief.
L'ancienne chapelle Saint-Cosme (XVIe siècle) a été transformée en logis privé. C'est un édifice rectangulaire dont la façade est percée d'une porte en arc surbaissé, aujourd'hui condamnée. Le chevet et le mur nord présentent chacun une fenêtre, aussi murée, à linteau échancré en arc surbaissé. Jadis, elle dépendait de la collégiale Saint-Martin de Tours.
Situé au sud de l'église, le presbytère a été construit au XVIIIe siècle sur l'emplacement d'un bâtiment plus ancien. Acquis par la commune en mai 1816 puis agrandi en 1885, il n'est devenu la mairie qu'en 1952. En 1973, l'agence postale s'était installée dans sa partie Est.
Le moulin à eau (privé) de Ballage, sur la Dême, date de 1855.
La ferme de La Cantinière possède un pigeonnier carré dont le toit surmonté d'un lanternon tombe en ruines.
Dans le cimetière, le monument aux morts de la guerre 14-18, inauguré le 11 décembre 1921, a été offert par le baron de Boucheporn, à l'époque maire du village et propriétaire du château de Fontenailles.
La croix de mission a été bénite en février 1834.
Dans la rue de l’Église, une niche murale renferme une ancienne (?) statue de la Vierge.
Le bassin à fond pavé et les murs du lavoir, au lieu-dit La Fontaine, ont été bâtis en 1869. Le toit sera construit en 1880. Le tout a été rénové en 1990.
Dans la rue de la Haye-Martin, on peut voir cette entrée de cave. Quelques marches permettent de descendre à un endroit où l'on trouve une source.

Patrimoine disparu
Un moulin à vent qui a donné son nom à un lieu-dit sur le cadastre napoléonien.

Les lieux-dits: Bassereau, Bois-Guillains, Fontenailles, La Bâlerie, La Cantinière, La Cassine, La Charnaitrie, La Fontaine, La Gapière, La Garderie, La Grange-Rouge, La Haye-Martin, La Houssardière, La Perruche, La Picarderie, La Provellière, La Roche-Martel, La Siloterie, La Tassellerie, La Verglacière, Le Marga, Le Moulin-à-Vent, Le Pain, Le Parc, Le Petit-Puits, Le Plessis, Le Tertre, Les Landes, Les Ormeaux, L'Ormeau, Moulinas, Moulin-de-Ballage, Pont-Barry, Vilprovel

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire