Reignac-sur-Indre

Reignac-sur-Indre est une commune de l'est de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Reignacois et le Reignacoises.
Elle portait le nom de Brica à la période gallo-romaine. Devenue châtellenie sous le nom de Bray jusqu'au XVe siècle, elle se transforma en baronnie à la fin de ce même siècle. En 1710, le marquisat de Reignac fut constitué. A la veille de la Révolution, elle appartenait conjointement au marquis de La Fayette et à Thibault de Lusignan. En 1920, Reignac devint Reignac-sur-Indre.
Coordonnées GPS de Reignac-sur-Indre: 0°54'53"E - 47°13'33"N
Code INSEE: 37192 - Code postal: 37310 - Superficie: 2244 hectares
Altitudes: de 60 à 101 m
L'église Saint-Étienne date du Xe siècle (chœur composé d'une nef et de deux collatéraux, tous trois voûtés d'un berceau en plein cintre, clocher couvert par un toit en bâtière) mais a été remaniée aux XVIe (le collatéral nord du chœur est devenue la chapelle seigneuriale de la famille du Fau) et XVIIe siècles. Cet édifice fut ensuite modifié à la fin du XIXe siècle (le mur du chevet fut percé d'une porte donnant accès à la nouvelle église). Le clocher est en moellons mais à la face Est de la souche subsistent deux arcs de décharge clavés, l'un de briques, l'autre de pierres plates, ainsi qu'une maçonnerie en petit appareil qui sont les vestiges de l'église du Xe siècle. Au-dessus, l'étage du clocher est ajouré, sur chaque face, par deux baies en plein cintre. L'église primitive a été fondée par saint Eustoche, évêque de Tours, au milieu du Ve siècle.
Cette église possède des vitraux signés A. Clément, maître-verrier à Chédigny. Cette verrière de 1887 représente le martyre de saint Étienne.
Le château de Reignac (XVe siècle) comprend un logis principal flanqué de deux tours rondes. Il a été modifié aux XVIIIe (ajout d'une aile en retour d'équerre à l'Est, comblement des douves, construction des communs et d'une chapelle dédiée à saint Louis dont la première pierre fut bénie le 30 juillet 1717) et XIXe siècles (habillage néo-gothique du château). Les communs ont été moins retouchés et ont gardé un comble formé d'une charpente à entraits retroussés.
Le manoir privé de Bas-Villepays a été édifié au XVIe siècle puis restauré au XXe siècle.
Le dolmen de La Guignardière, aujourd'hui effondré, mesure 1,30 m de haut, 4,30 m de long et 3 m de large.
Le Grand-Moulin de Reignac (XVIIIe siècle) se trouve sur l'Indre, au milieu du bourg. C'est l'ancien moulin banal de la commune.
Le lavoir, qui dépendait jadis du château, a un étage bien ventilé qui servait à sécher le linge.
Dans la cour de l'école, un platane, planté en 1805, mesure 20 m de hauteur.
Son tronc a une circonférence de 4,90 m à 1 m du sol.
Dans la rue du Gué-Romain, une échelle d'étiage, fixée sur le mur d'une maison, indique les niveaux des crues de l'Indre de novembre 1770, de juin 1845, des 22 et 23 décembre 1982, ainsi que la hauteur de la digue chargée de protéger le village. La construction de cette digue a été achevée en 1985.

Les lieux-dits: Bas-Ville-Pays, Batilly, Bellevue, Bois-de-Reignac, Christineries, Haut-Ville-Pays, Haute-Prairie, La Bruère, La Cave-David, La Champeigne, La Croix-de-Fauvin, La Croix-de-Vau, La Croix-Rouge, La Fosse, La Fourrerie, La Gare, La Haute-Borne, La Jacquelinière, La Lune, La Maison-brûlée, La Neuraie, La Pièce-Basse, La Piquetterie, La Rente, La Tiercerie, Le Battereau, Le Bourg-du-Fau, Le Bout-des-Buis, Le Bray, Le Café-Brûlé, Le Carrefour-Placé, Le Coin-du-Mur, Le Fougeray, Le Grand-Rochette, Le Jonceray, Le Temple, Les Angliers, Les Bournais, Les Buttes-de-la-Grandinière, Les Cours, Les Fontaines-de-Rochette, Les Genetières, Les Girondes, Les Guerriers, Les Nouzillettes, Les Ormeaux, Les Pains-Bénits, Les Perruches, Les Priaux, Les Roches-Lunettes, Les Sables, Les Terres-Noires, Les Vaulins, Mazère, Pentes-de-Beauger, Pièce-des-Palles, Prairie-de-Saint-Gatien, Pré-de-Brocheton, Rochette, Terres-de-Beaulieu, Trion, Vallée-de-Cornilloux
    Blason de Reignac-sur-Indre

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire