Sainte-Maure-de-Touraine

Sainte-Maure-de-Touraine est une ville du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Saint-Mauriens et les Saint-Mauriennes.
Elle a porté les noms de: Sainte-More (1293, cartulaire du Liget), Maure-Libre (1793) et, enfin, Sainte-Maure-de-Touraine (décret du 24 avril 1959). Successivement, elle fut un fief des familles de Pressigny, de Craon, de La Rochefoucauld et, enfin, de Rohan-Guémené (de 1498 à la Révolution).
Coordonnées GPS de Ste-Maure-de-Touraine: 0°37'10"E - 47°06'44"N
Code INSEE: 37226 - Code postal: 37800 - Superficie: 4041 hectares
Altitudes: de 58 à 122 m
L'église Saint-Blaise (église souvent ouverte), désormais dédiée à sainte Maure et sainte Britte, fut construite au XIe siècle à la place de l'église primitive fondée au VIe siècle par saint Euphrône. En grande partie détruite en 1865, elle a été reconstruite en 1866 (la nef), dans le style néo-gothique.
Le chœur de cette église, rebâti à la fin du XIIe siècle, comprend une nef principale et deux bas-côtés divisés, comme elle, en deux travées. Les deux piles de l'arcade ouest de la première travée médiane datent du XIXe siècle, ainsi que les voûtes de cette travée et de la première du collatéral sud. Toutes les travées du chœur sont voûtées sur croisées d'ogives moulurées d'un tore, sauf la première du collatéral nord, dont la voûte a été refaite au XVe siècle sur ogives à moulures prismatiques. Chaque collatéral du chœur aboutit à une abside semi-circulaire, empâtée dans le mur du chevet, sur lequel seule l'abside fait saillie. A l'intérieur, les murs du chœur ont été très restaurés. A l'extérieur, les murs sont épaulés par de gros contreforts.
La crypte (XIe siècle), située sous la partie est de l'église, est accessible par deux escaliers latéraux du XIXe siècle. Elle comprend une nef centrale, divisée en deux travées, terminée par une abside et accompagnée par deux chapelles latérales. La première travée de sa nef, constituée par la crypte du XIe siècle, est voûtée par un berceau en plein cintre. Ses murs présentent, de chaque côté, cinq arceaux en plein cintre retombant sur des chapiteaux ornés de figures. Cette arcature, primitivement à claire-voie, fut condamnée peu après sa construction. Les courtes colonnes reposent sur un bahut en partie restauré. La seconde travée, voûtée aussi en berceau, aboutit à une abside semi-circulaire, couverte par une voûte angevine sur branche d'ogives retombant sur des demi colonnettes. Cette abside est éclairée par une petite fenêtre en plein cintre.
De chaque côté, une arcade en tiers-point relie la nef centrale à une chapelle latérale. Chacune de ces chapelles est voûtée par un berceau en plein cintre et terminée par un chevet plat. Dans la chapelle sud étaient conservées les reliques de sainte Maure et de sainte Britte.
Cette église renferme de nombreux vitraux.
De l'ancienne chapelle prieurale Saint-Mesmin, bâtie au XIIe siècle, il n'a été conservé que la croisée du transept, le croisillon nord, couvert en charpente, et son absidiole semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Cette absidiole est éclairée par une fenêtre en plein cintre et sa corniche est soutenue par des modillons. L'abside a été remplacée, au XVIe siècle, par une absidiole barlongue. Le prieuré primitif fut fondé en 1060 par Hugues 1er de Sainte-Maure.
La chapelle des Vierges (rue de la Chapelle) a été édifiée en 1891-1892 sur les vestiges d'une ancienne chapelle du XIVe siècle, elle est dédiée à sainte Maure et sainte Brigitte (Britte), patronnes de la paroisse. Par contre, la croix en pierre date de 1760. Elle fut brisée en 1890 et remise sur son socle en 1938.
Située juste à côté, la fontaine des Vierges possède, selon une légende, la propriété de guérir la teigne de lait.
Le couvent Notre-Dame-des-Vertus a été fondé en 1635. Il comprend une chapelle de 1682...
... et un cloitre.
Sur un mur du cloitre, deux plaques sculptées ont été scellées, l'une datant de 1671...
... et l'autre de 1826.
Le château primitif avait été fondé vers 990 par Foulque Nerra. Il a été reconstruit en 1447 sur les substructions d'un édifice du XIVe siècle dont il reste la façade est avec des fenêtres anciennes en partie intactes. Le corps de logis rectangulaire, divisé en deux par un mur de refend, présente, dans sa façade est, l'arrachement d'un mur ayant fait partie de l'enceinte. A son angle sud-est, il est flanqué obliquement par une grosse tour carrée qui appartenait à la forteresse du XIVe siècle et qui encore nantie des corbeaux de ses mâchicoulis. Cette tour présente un étage inférieur en sous-sol éclairé par des meurtrières donnant sur les douves. La façade ouest du château, sur la cour, est flanquée, au sud, par une tour polygonale renfermant un escalier à vis en pierre. Cette façade a été modernisée. A l'intérieur, au rez-de-chaussée, une vaste salle a été divisée par des cloisons. Au premier étage, plusieurs fenêtres ont gardé les sièges pierre de leur embrasure.
On entrait dans l'enceinte du château, à l'ouest, par une porte fortifiée du XIVe siècle ouverte dans une tour carrée. La façade a conservé les rainures pour les bras du pont-levis qui la précédait. Au nord, au delà d'une rue moderne, se trouvent des restes de la muraille épaulée par de gros contreforts. Au sud de la porte, l'enceinte est flanquée par une tour semi-cylindrique qui est reliée à l'angle sud-ouest du château par un mur du XIVe siècle dans lequel a été créée une porte donnant accès aux jardins.
Les halles d'Anne de Rohan, épouse de Louis VIII de Rohan, ont été édifiées en 1672. Elles comportent trois nefs charpentées et deux portes monumentales et ont été restaurées en 1969. Les halles primitives avaient été bâties en 1448 par Aymar de La Rochefoucault et abritaient un marché aux grains.
Dans la rue Auguste-Chevallier, au n° 2, une maison du XVIe siècle présente des fenêtres à croisée de pierre flanquées de pilastres...
... et, sur sa façade, des armoiries sculptées dans la pierre.
Dans la même rue, au n° 32, se trouve une maison à murs à pans de bois.
Elle possède une belle porte en bois sculpté.
A l'angle de la rue des Douves et de la rue du Docteur-Patry, une ancienne auberge du XVe siècle accueillait les pèlerins allant à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne.
Son pignon porte, gravé dans la pierre, son nom et sa publicité: "A la Belle Image, Bon vin, Bon logis".
Au 10 de la rue du Docteur-Patry, cette maison forte date du XVe siècle.
Avenue du Général-de-Gaulle, la chapelle de l'ancien hôpital rural a été construite en 1896-1897 par l'architecte Pierre Boille. Elle a été financée par Armel Mercier, curé de la paroisse de 1883 à 1907.
Le manoir privé de La Mérandière possède une chapelle du XVe siècle voûtée en berceau en plein cintre et un pigeonnier-porche de 1797 (à gauche de la photo). Ce lieu était un fief relevant du château de Sainte-Maure qui appartenait aux d'Aubigny aux XVe et XVIe siècles. Par la suite, il devint la propriété des Estevou, des de Saint-Marc et des Douineau.
Le manoir privé de La Jugeraie a été édifié au XVe siècle. Par contre, son pavillon Est, surmonté d'un toit à quatre pans, est du XVIIe siècle. La Jugeraie était un fief relevant du château de Sainte-Maure qui appartenait aux Cantineau de Comacre au XVIIIe siècle.
Le château privé de La Fuye-des-Vaux date du XIXe siècle.
Au sud de la ville, le dolmen de Bommiers (appelé aussi la Pierre Fondue) est du type angevin à portique.
Dans la rue du Moulin, ce pigeonnier cylindrique est difficilement visible (photo: litteratur.fr).
Toujours dans la rue du Moulin, ce logis privé (XVe siècle) présente une fenêtre à meneau à deux ouvertures.
Le monument aux morts de Sainte-Maure se trouve près de l'entrée du cimetière. Il a été conçu par l'architecte Maurice Boille et sculpté par Gaston Beaumont. De part et d'autre du monument, on aperçoit deux mortiers de 58 du commandant Duchêne.
Les trois lavoirs sont situés dans les rues: de La Robinerie (en haut), des Tanneries (au milieu) et des Vaux (en bas).
Il existe encore plusieurs loges de vigne aux environs de Sainte-Maure.
Aux abords de la route de Maillé, ce type de croix tréflée entourée par un déambulatoire circulaire est rare en Touraine. Elle est appelée "croix de la Liberté".
Le croix des Bonneaux, autre croix de chemin, est située à l'Est de Sainte-Maure.
Dans la rue des Douves, une maison porte une pierre sculptée, enseigne d'un charron.
L'impasse du Ha-Ha porte un nom étonnant. Le Ha-Ha (ou Hâ-Hâ, ou saut de loup) est un obstacle placé sur un chemin. Cependant, les cadastres de 1827 et de 1963 la nomment: rue du Ha! Ha! (rires).
La spécialité gastronomique de la ville est son fromage de chèvre AOP (Appellation d'Origine Protégée): le Sainte-Maure. Il mesure 17 centimètres et pèse environ 250 grammes.
Il est traversé par une paille de seigle gravée au nom du producteur.
Au hameau des Coteaux, ce curieux panneau routier incite les automobilistes à faire attention aux chèvres.

A voir:
  • L'éperon barré des deux Manses, près du lieu-dit Les Poteries. Occupé dès le paléolithique inférieur, il fut aussi utilisé par les Gaulois puis par les Romains. Sur le plateau, un talus élevé est bordé extérieurement par un fossé.
  • Le logis seigneurial (privé) du Grand-Menasson (XVe siècle) qui était un fief relevant du château de Sainte-Maure.
  • Le château privé de La Garnauderie (XIXe siècle).

Les lieux-dits: Anzay, Basse-Pitière, Beauchêne, Beauregard, Bel-Air, Bellevue, Bommier, Bois-Semé, Chante-Raine, Coulingues, Gasnier, Haute-Pitière, La Bardonnerie, La Bergeaudrie, La Billottière, La Boissellière, La Bommelière, La Boulinière, La Brosse, La Canterie, La Cave-des-Bohêmes, La Cave-des-Romains, La Chapelle, La Chaume, La Chaumette, La Cochetière, La Courance, La Croix-Camus, La Croix-de-Bois, La Crosneraie, La Dornière, La Ferrandière, La Fillaudière, La Folie, La Fosse-Sèche, La Fuye-des-Vaux, La Garnauderie, La Gaudinière, La Grande-Ballotière, La Grande-Barangeraie, La Gravière, La Guittière, La Joumeraie, La Jugeraie, La Liberté, La Maison-Neuve, La Mancellière, La Mérandière, La Métairie, La Patriaie, La Perrière, La Petite-Ballotière, La Peuvrie, La Séguinière, La Taille-des-Huets, La Tournellerie, La Volière, Le Bois-Chaudron, Le Bois-Tortu, Le Buisson, Le Buisson-Rond, Le Carroi-des-Louasses, Le Châtelet, Le Chêne-d'Orlin, Le Chesneau, Le Grand-Menasson, Le Gué-Blandin, Le Moulin-de-Follet, Le Moulin-de-Maran, Le Moulin-de-Souvres, Le Moulin-du-Pré, Le Petit-Bois, Le Petit-Menasson, Le Plessis, Le Point-du-Jour, Les Archambaults, Les Aunais, Les Bonneaux, Les Bréchetières, Les Cossonnières, Les Crorons, Les Égués, Les Épinettes, Les Falunières, Les Fontenelles, Les Fumerolles, Les Gardes, Les Grands-Prés, Les Grenouillons, Les Jahans, Les Lamberts, Les Maunils, Les Migotteries, Les Pesneaux, Les Poteries, Les Quatre-Routes, Les Raudières, Les Roberdières, Les Robets, Les Sablonnières, Les Serines, Les Simoneaux, Les Sources, Les Trois-Marchands, L’Étrangloir, Livonnière, Maison-Rouge, Malicorne, Neuville, Pré-des-Religieuses, Rince-Bourse, Taffonneau, Vauherau, Vauvert, Vaux-le-Grand, Vaux-le-Petit, Vignes-de-la-Cornicherie

    A contacter:
    Blason de Sainte-Maure-de-Touraine

    3 commentaires:

    1. Very beautiful the photos!

      RépondreSupprimer
    2. Merci,je cherchais des infos avant de m'y rendre & j'en découvre davantage grace a vous.

      RépondreSupprimer
    3. Bonjour ,et merci pour toutes ces informations. nous nous sommes arrêtés en allant à Monts ,près de Tours,nous n'avons pas tout vu, pressés par le temps.

      RépondreSupprimer