La Tour-Saint-Gelin

La Tour-Saint-Gelin (prononciation locale: La Tour Saint Jlin) est un village du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Gélinois et les Gélinoises.
Il a porté les noms de: Ecclesia de Turre (vers 1106, cartulaire de Noyers), Turris (1290, pouillé de Tours) et la Tour Saint Gelin (1665). En 1087, il relevait de Faye-la-Vineuse. Il appartint successivement aux Brossin, aux de Rigné et aux du Chilleau.
Coordonnées GPS de La Tour-St-Gelin: 0°24'13"E - 47°02'58"N
Code INSEE: 37260 - Code postal: 37120 - Superficie: 1345 hectares
Altitudes: de 63 à 117 mètres
L'église Saint-Gelin a été reconstruite de 1909 à 1911 en style néo-gothique.
L'ancien édifice de 1848 a subi un incendie en 1909.
Cette église renferme plusieurs vitraux dont celui-ci, daté de 1974, représentant sainte Bernadette.
Son chœur présente deux clefs de voûte sculptées et peintes.
Près de l'église, cette tour est l'un des rares vestiges de l'ancien château seigneurial.
La ferme de ce château possède encore son petit pigeonnier-porche en tuffeau dont la corniche en mâchicoulis permettait le va-et-vient des pigeons.
Le château privé de La Rancheraie, ancien fief, présente un logis du XVIIe siècle flanqué de deux tours circulaires plus anciennes (XVIe siècle). Au sud, le logis présente quatre lucarnes à fronton courbe et une porte à linteau cintré avec une corniche surmonté d'une coquille. Il appartenait à Claude de Vaux en 1689 et à la famille Mestayer avant la Révolution.
Le manoir privé du Grand-Creuilly (XVIe siècle) comprend un logis à simple rez-de-chaussée (sa partie la plus ancienne), un pavillon carré (XVIIIe siècle) flanquant sa façade ouest, une tour circulaire coiffée en poivrière à l'angle nord et un portail en plein cintre (percé dans un bâtiment de servitude) à faux mâchicoulis daté de 1630. Dans les années 1950, il a perdu sa tour octogonale d'escalier. Avec le Petit-Creuilly, il formait un fief relevant de L'Île-Bouchard. Au XIe siècle, ce fief portait le nom de Terra Crulliaci.
Son pigeonnier circulaire du XVIe siècle abrite environ 1500 trous de boulins (à droite).
Au sud du bourg, le lavoir-fontaine de Mocrate a été bâti vers 1850. Il a la particularité d'avoir un bassin et une toiture présentant des formes nonagonales (à neuf côtés).
A côté du presbytère, le four à pain communal a été rénové.

A voir:
  • Les pigeonniers: La Néronnerie (vers 1820, fuie rectangulaire) et La Rancheraie (vestiges).

Les lieux-dits: Charron, La Barrière, La Bouchardière, La Chambaudière, La Chevalerie, La Clémanderie, La Croix-Billard, La Croix-Blanche, La Croix-de-la-Chasse, La Grande-Bruère, La Hué, La Maison-Neuve, La Ménardière, La Michellière, La Néronnerie, La Pichetrie, La Pièce-des-Loges, La Pièce-des-Pierres, La Rancheraie, La Rue, La Simardière, Le Château-Vert, La Commission, Le Clos-Guerrand, Le Grand-Creuilly, Le Lait, Le Petit-Creuilly, Les Bouillons, Les Bruères, Les Caillers, Les Carrois, Les Coudreaux, Les Rondes, Les Tailles, Les Touches, Les Trois-Pinoches, Les Varennes, Mocrate, Oiré, Vallée-de-Brémande, Vallée-de-la-Bruère, Vallée-des-Raboteaux

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire