Chançay

Chançay, village de l'est de la Touraine, est situé au nord de la Loire. Ses habitants sont appelés les Chancéens et les Chancéennes.
Il a porté les noms de: Cansiacus (Xe siècle, charte de l'abbaye de Marmoutier), Chanceaium (XIIe siècle, charte de Marmoutier), Chanchaium, Chancaium, Parochia de Chancayo (1275, cartulaire de l'archevêché de Tours). La châtellenie relevait du château d'Amboise et la baronnie de Vernou.
Coordonnées GPS de Chançay: 0°52'21"E - 47°27'09"N
Code INSEE: 37052 - Code postal: 37210 - Superficie: 1504 hectares
Altitudes: de 54 à 115 mètres
L'église Saint-Pierre (église souvent ouverte) a été construite en 1789 à partir des restes d'une ancienne grange aux dîmes selon les plans de l'architecte tourangeau Luce. Le clocher fut bâti, en 1825, sur la base d'une tour carrée en ruines ayant fait partie de l'ancien logis seigneurial. Il contient une cloche (dénommée Marguerite) fondue en 1869 par les établissements Bollée au Mans. L'église primitive (XIIIe siècle) a été détruite vers 1750 par l'éboulement du coteau. Une partie du mur de l'abside semi-circulaire, dans lequel une colonne était engagée, était encore visible en 1930.
Elle renferme des vitraux signés par J.-P. Florence et Heinrich (photos). D'autres verrières sont des œuvres de Lux Fournier (Tours, 1925 et 1932).
Le château de Valmer a été détruit par un incendie le 20 octobre 1948 (mais il ne sera rasé qu'en août 1968). Il avait été construit vers 1525 par Jean Binet, maître d'hôtel du roi et de la reine de Navarre et maire de Tours. Il avait remplacé une forteresse plus ancienne dont il reste, au sud de la terrasse, des douves et, à l'angle sud-ouest de la même terrasse, la partie inférieure d'une tourelle circulaire d'escalier à vis. Le château du XVIe siècle était composé d'un corps de logis rectangulaire élevé d'un rez-de-chaussée, d'un étage et d'un comble couvert d'une double toiture à la française. Ce logis était flanqué, à l'est, par un pavillon rectangulaire plus élevé d'un étage et, à l'ouest, par deux pavillons carrés de même hauteur que celui de l'est. Au XIXe siècle, le château avait été restauré par l'architecte Félix Duban et seule la façade nord avait conservé ses fenêtres à croisée de pierre. Les lucarnes avaient été refaites et furent, au sud, surmontées de gâbles très lourds. A l'ouest, les deux pavillons avaient été réunis par une loggia italienne.
Un bâtiment, le Petit-Valmer (vers 1525), servait jadis de logis au régisseur du domaine. Il présente un rez-de-chaussée et un comble couvert d'un toit à la française. Chaque lucarne possède un fronton courbe orné, comme la corniche des façades, de lignes de denticules. En 1647, il a été prolongé à l'est (à gauche), par une chapelle qui fut bénie le 25 octobre 1647, restaurée en 1828 et désaffectée en 1890.
Parmi ses communs, on trouve une chapelle troglodytique de 1524 qui a été bénite le 28 novembre 1529 par Mgr Nicolas Hurault, évêque d'Autun puis consacrée le 13 mars 1535. Elle est composée de deux nefs d'inégales largeurs, de deux travées chacune, voûtées sur croisées d'ogives surbaissées. Sa porte en arc surbaissé est surmonté par un cartouche encadré de pinacles. Au centre, sous une accolade, une niche abrite une statuette.
Cette chapelle renferme deux vitraux du XVIe siècle représentant le miracle de l'araignée (en haut) et la guérison d'une possédée (en bas).
Le pigeonnier rond est surmonté d'une toiture en poivrière couverte de tuiles et comprenant quatre lucarnes à fronton triangulaire dont l'une présente une date (1650) et un monogramme (AR).
Cette fuie a été édifiée par Thomas Bonneau et contient 1500 boulins (nids de pigeons) repartis en huit travées de quatre rangées de chacune 46 boulins environ. Elle a conservé son axe central et son échelle.
Le manoir privé de Vaumorin (XVIe siècle) présente sur la cour une façade percée de fenêtres accostées de pilastres. Cette façade et les fenêtres de l'étage ont perdu leur couronnement à la suite d'un abaissement de la toiture. Son grenier est muni d'une charpente en carène de navire renversé. C'était un fief relevant du château d'Amboise. Sa chapelle, fondée en 1621, a disparu.
Le manoir privé de Montfort (fin du XVIe siècle) était un fief de la châtellenie de Chançay. Le corps de logis principal est flanqué par deux pavillons à comble à quatre pans. Celui du nord est éclairée par une lucarne à croisée de pierre. Le manoir a conservé ses deux pigeonniers circulaires mais ses douves ont disparu. Au premier étage du colombier du sud-est, reconstruit en partie en 1947, et sur un quart de la circonférence, on peut voir six rangées de boulins séparés par des lits de briques. L'autre colombier, au nord-ouest, présente deux meurtrières à orifice circulaire pour armes à feu. A l'étage, ses boulins sont intacts: neuf rangées d'une trentaine de nids chacune. Le mur sud-est de la cour, où s'ouvre le portail en plein cintre, a gardé son crénelage.
Au début de la Vallée de Vaux, au 2 rue de Château-Gaillard, ce logis du XVIe siècle présente de hauts pignons (dont un à rondelis) et deux fenêtres à croisée de pierre.
Le Moulin-Neuf, aussi appelé le moulin Foulleret, se trouve sur la Brenne. Il peut dater du XVIIe siècle.
Le monument aux morts, œuvre du sculpteur Arthur Guéniot, a été inauguré le 10 juillet 1921.
A la sortie est du bourg (rue du Lavoir), on découvre ce lavoir à double toiture.

A voir:
  • L'ancien presbytère de 1765.
  • Les moulins privés sur la Brenne: le moulin à Foulon et le moulin du Bourg.
  • Les habitations troglodytiques.

Les lieux-dits: Beau-Soleil, Bois-de-la-Copinière, Bois-de-la-Galinière, Bois-de-Vaux, Bréviande, Charmigny, Château-Gaillard, Clos-de-la-Forêt, Clos-de-la-Vieille, Forêt-de-Chançay, La Baderie, Le Bois-de-Chançay, La Briqueterie, La Buvinière, La Colinière, La Copinière, La Fosse-Mignot, La Goure, La Grande-Pièce, La Grande-Prairie, La Haute-Borne, La Hérauderie, La Herse, La Massotterie, La Mauguinière, La Niqueterie, La Réjauderie, La Robinière, La Rosée, L'Arpent-Franc, La Tailles-des-Charrons, La Thierrière, La Vallée-de-Raye, La Vallée-de-Vaux, La Vallée-du-Vau, Launay, Le Bois-Charbonneau, Le Coteau, Le Haut-Fourneau, Le Marchais, Le Margalleau, Le Moulin-Foulon, Le Moulin-Neuf, Le Puisard, Les Augustins, Les Balluaux, Les Bécasses, Les Coutières, Les Grandes-Bastes, Les Maisons-Rouges, Les Marchais, Les Rouères-Bourdon, Les Rouères-Courangon, Les Senlis, Montfort, Pièce-du-Gros-Chêne, Plaine-de-la-Colinière, Plaine-du-Hallier, Sainte-Barbe, Valmer, Vaubrault, Vaumorin, Vaux, Venise
    Communes voisines: Nazelles-Négron, Noizay, Reugny, Vernou-sur-Brenne
    Blason de Chançay

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire