Montbazon

Montbazon est une ville de la banlieue sud de Tours, située dans la vallée de l'Indre. Ses habitants sont appelés les Montbazonais et les Montbazonaises.
Cette châtellenie appartint aux familles Craon, La Rochefoucault, du Fou et, enfin, de Rohan de 1492 jusqu'à la Révolution. Montbazon fut érigé en comté en 1569 en faveur de Louis VI de Rohan puis en duché-pairie en 1588 en faveur de Louis VII de Rohan.
Coordonnées GPS de Montbazon: 0°42'53"E - 47°17'12"N
Code INSEE: 37154 - Code postal: 37250 - Superficie: 650 hectares
Altitudes: de 52 à 92 m
De sa place centrale, on peut voir la mairie (1836, l'étage date de 1883), le donjon et l'église.
Foulque Nerra, surnommé "le Faucon Noir" a ordonné la construction d'un donjon qui a duré de 991 à 994. C'est une tour rectangulaire d'une hauteur de 28 mètres, une longueur de 15 mètres et une largeur de 9,30 mètres. A l'ouest, le petit donjon date de 1050. Autour, l'enceinte a été bâtie aux XIIe et XVe siècles. Le donjon est surmonté par une statue de la Vierge en cuivre repoussé de 9 mètres de hauteur et de 8 tonnes. Elle a été mis en place le 3 novembre 1866. Un télégraphe Chappe y fonctionna de 1823 à 1852.
Il comprend un rez-de-chaussée et trois étages.
Sous le donjon, il existe plusieurs souterrains dont l'un déboucherait dans l'église Notre-Dame.
Située à environ 500 mètres au sud de ce donjon, la motte de Bazonneau (vers le milieu du XIe siècle) mesure 40 mètres de diamètre et 14 mètres de hauteur. Elle est entourée par un fossé en eau. Plusieurs hypothèses sur son rôle ont été avancées: elle a pu supporter le premier donjon en bois érigé en 992 ou surélever une machine ou une tour de siège.
L'église Notre-Dame-de-Bonne-Aide a été entièrement reconstruite entre 1851 et 1862 dans le style néo-roman selon les plans de l'architecte Gustave Guérin. Elle remplace l'édifice primitif de 1550.
Cette église renferme des peintures murales réalisées par Henri Grandin en 1863 (ici saint Gatien)...
... et des vitraux (celui-ci représente sainte Radegonde). Certaines verrières sont signées par le maître-verrier tourangeau L. Lobin.
Dans la rue des Moulins, une ancienne porte fortifiée de 1471 a été, en partie, détruite en 1790. Les trois autres portes ont été démolies: la porte de la Farté en 1746, la porte de Tours vers 1780 et la porte Saint-Jacques en 1794.
Aux 11 et 13 rue des Moulins, ce logis à colombage des XVe et XVIe siècles est appuyé contre la porte fortifiée.
Dans la rue Emmanuel-Brault, l'ancien Hôtel-Dieu, bâti vers 1476, a été fermé en 1698 et transformé en tannerie en 1799.
Il présente sur sa façade un bas-relief avec deux anges soutenant l'écu des La Rochefoucault et...
... dans une niche, une statue de saint Blaise surmontée par un dais ouvragé.
Le manoir de La Grange-Rouge, près du camping, date de 1872. Il remplace un édifice du XVIIe siècle, qui, de la Révolution à 1869, avait servi de gendarmerie. En 1958, il a été acheté par la commune.
Dans les rues de la villes, on peut observer plusieurs maisons anciennes: place Delaunay (1ère photo) et rue des Moulins (2ème photo).
Celle de la rue Putsinus possède une tourelle d'escalier carrée.
Son mur nord (fin du XIIe siècle) présente une baie géminée percée au XVe siècle.
Dans la rue des Moulins, le grand moulin ducal a été reconstruit en 1772 après avoir été endommagé, en 1770, par une crue de l'Indre. Agrandi en 1859, il est devenu une minoterie qui a arrêté son activité en 1976. Il avait été restauré en 1938 et en 1954.
Un peu plus loin dans cette rue, on peut voir deux niveaux de crues de l'Indre: celle du 10 novembre 1910 et celle, plus haute, du 21 décembre 1982.
Le logis privé de La Bréanderie (ou de La Bréauderie) a été construit à la fin du XVe siècle. Il présente deux pignons à rondelis et des fenêtres à meneaux. Au XVIIIe siècle, il possédait un pigeonnier carré à toiture en tuiles et en ardoises qui n'existe plus de nos jours.
Au 63 rue Nationale, à l'angle du bureau de poste, la tête d'un homme en prière (fin du XVe siècle) est encastrée dans le trottoir. Cette tête sculptée proviendrait de l'ancien Hôtel-Dieu.
Derrière la mairie, un lavoir de 1836 a été remanié en 1864 et restauré en 2006.
A Bazonneau, dans la cour d'un logis privé du XVIe siècle, ce puits, recouvert d'une pierre plate, présente une date gravée: 1570.
Le château d'Artigny, édifié de 1913 à 1921 dans le style Régence pour le parfumeur François Coty, est une réplique du château de Champlâtreux (Val-d'Oise). Les plans furent réalisés par l'architecte Emmanuel Pontrémoli. En 1959, il fut racheté par René Traversac, futur créateur de la chaîne hôtelière "Relais et Châteaux".
Il a remplacé le manoir du Puy d'Artigny qui avait été bâti en 1769 sur les ruines d'une ancienne forteresse.
Le manoir privé de La Pommeraie, de style Louis XII, date de 1904.

A voir:
  • Les moulins à eau des XIXe et XXe siècles sur l'Indre dont le moulin de La Braye (1927).

Les lieux-dits: Bazonneau, Fausse-Église, La Batauderie, La Bouchère, La Braye, La Bréanderie, La Bretonnière, La Butte-Rabault, La Fleuriette, La Grange-Barbier, La Moinerie, La Poitevinière, La Pommeraie, La Vallée-Raintrue, La Vennetière, Le Clos-de-l'Image, L'Effondrée, Le Puits-d'Artigny, Les Avrins, Les Lacs-d'Amour, Les Quarts, Les Varennes, Saint-Libert, Taille-aux-Renards
      Communes voisines: Monts, Sorigny, Veigné

      A consulter:
      Blason de Montbazon

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire