Huismes

Huismes est un village de l'ouest de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Huismois et les Huismoises.
Il a porté les noms de: Oximensis Villa (Xe siècle, charte de Théotolon), Oxima (XIe siècle, charte de la collégiale Saint-Mexme) et Oximae (1197, cartulaire de l'archevêché de Tours). La paroisse formait une châtellenie donnée au chapitre de la cathédrale de Tours par Charles le Simple, donation qui fut confirmée, en 1157, par Louis VII.
Coordonnées GPS de Huismes: 0°15'06"E - 47°13'54"N
Code INSEE: 37118 - Code postal: 37420 - Superficie: 2382 hectares
Altitudes: de 31 à 118 mètres
L'église Saint-Maurice, construite aux XIIe siècle (nef, chœur, abside et base du clocher carré), a été agrandie au XIIIe siècle (étage du clocher) et modifiée au XIXe siècle (collatéral nord). La façade présente une porte en tiers-point à deux rouleaux, dont le second est mouluré d'un tore. L'étage du clocher est ajouré, sur chaque face, par deux grandes fenêtres jumelles en tiers-point dépourvues de décoration. Il est surmonté par une flèche hexagonale en charpente du XIXe siècle, avec des lucarnes reposant sur une corniche de modillons sculptés. Au nord, le clocher est accompagné par une tour cylindrique d'escalier reliée à lui par un corps de bâtiment. Le chœur est couvert d'une toiture mais l'abside porte une demi-coupole en pierre.
A l'intérieur, la nef aboutit à une travée carrée située sous le clocher, limitée par quatre arcades en tiers-point et voutée, au XIIIe siècle, sur une croisée d'ogives moulurées de deux cavets séparés par une plate-bande. Aux angles la retombée des arcades et des ogives se fait sur trois chapiteaux différents et ornés. Sur l'un d'eux, deux monstres dévorent un homme couché. Sur les autres, on voit des personnages, des feuilles et des crochets. Les tailloirs sont décorés de chevrons, de damiers, d'étoiles ou d'animaux.
Le chœur se compose d'une courte travée voutée en berceau brisé et éclairée par deux fenêtres latérales en plein cintre. Il se termine par une abside en cul-de-four éclairée par trois fenêtres. L'arc, séparant le chœur et l'abside, retombe sur deux chapiteaux ornés d'animaux, dont deux oiseaux symboliques buvant au même vase.
Une galerie couverte, en arc surbaissé, du XVIe siècle la relie au Doyenné.
A l'Ouest, le mur extérieur présente un blason sculpté et la devise: nocuit differre paratis (retarder nuit à ceux qui sont prêts).
A l'Est, l'inscription est: quod fuit durum pati meminisse dulce est (ce qui fut dur à supporter est doux au souvenir).
Elle a plusieurs modillons sculptés.
L'église Saint-Maurice renferme plusieurs vitraux (photo: Présentation de la Sainte Vierge au temple)...
... et quatre clefs de voûte polychromes.
Le Doyenné, un logis seigneurial du début du XVIIe siècle, était, en 1748, une châtellenie. Jadis, il était fortifié par des murailles doublées de douves que franchissait un pont-levis. Dans cette enceinte se trouvaient l'église et le presbytère. Ces fortifications et un donjon ont disparu.
Dans la même rue, une maison de la fin du XVIe siècle présente une échauguette.
Le château privé de La Villaumaire a été bâti à partir de 1861, en style néo-gothique, sur un édifice du XVe siècle. Il comporte un long corps de logis flanqué de tours et de pavillons en saillie, et terminé par deux bâtiments carrés. La porte du parc s'ouvre entre deux jambages ornés d'arcatures et couronné par un lion portant des armoiries. On peut apercevoir sa fuie (pigeonnier) circulaire recouverte d'une coupole en pierre qui est surmontée par une cheminée ouverte servant d'entrée aux pigeons.
Le château privé de Contebault, bâti au XVe siècle et modifié à la fin du XVIe siècle, comprend deux ailes perpendiculaires avec tourelles d'angles en encorbellement. L'aile ouest a été arasée. A l'angle sud-est de l'aile sud, fut ajoutée (au XVIe siècle) une tour carrée de trois étages, accompagnée d'une plus petite et d'une tourelle d'escalier circulaire surmontée par un dôme. Ce château possède un pigeonnier carré datant de la fin du XVIe siècle.
Le château privé d'Usage (ou d'Uzage) a été construit vers 1769. Son pigeonnier circulaire (XVIe siècle), couvert d'un dôme surmonté d'un lanternon, a été transformé en chapelle au XIXe siècle.
Dans le parc de ce château, des vestiges du château de Bonaventure ou Bonnaventure (XVe siècle) sont encore visibles: la porte d'entrée en plein cintre murée et accompagnée d'un portillon, le restes des murs de clôture et des communs, une tour ronde d'enceinte dite "d'Agnès Sorel" ou "Tour des Jardins". Louis XI y résida en 1480 et en 1482. Charles VII y aurait débuté sa relation amoureuse avec Agnès Sorel. En ruines en 1745, ce château (ainsi que sa chapelle dédiée à saint Bonaventure) a été détruit en 1746 sur l'ordre de Joseph Bert, garde général des eaux et forêts.
Toujours dans ce parc, l'ancien château d'Uzage (XVe siècle) a été agrandi à deux reprises au XVIe siècle. Il comprend deux corps de logis perpendiculaires et une tour octogonale d'escalier à vis en pierre. Au rez-de-chaussée de cette tour, se trouve la porte principale qui est flanquée de pilastres, comme les fenêtres, et est surmontée d'un cartouche contenant un dragon sculpté avec, au-dessus, un fronton courbe à coquille, portant trois angelots.
Le château privé de Beaulieu (XVe siècle) a été remanié à la fin du XVIe siècle. La façade nord du logis, limité par deux pignons à rondelis, est flanquée d'une tourelle polygonale d'escalier.
Il possède un pigeonnier rectangulaire du XVIe siècle. Son toit à quatre pans repose sur une corniche à gros modillons. Seul le premier étage, accessible par une porte en anse de panier, servait de colombier. Intérieurement, il comporte deux travées de dimensions inégales, respectivement de 4 et de 3 rangées de boulins. Chaque rangée présente une dizaine de niches, sur la longueur comme sur la largeur.
Le château privé de La Poitevinière a été bâti au XIXe siècle.
Le manoir privé de La Haute-Salvert date du début du XVIe siècle. Sa façade ouest, flanquée d'une tourelle polygonale d'escalier à toit pyramidal, est masquée en partie par une aile du XIXe siècle. La porte d'entrée de la tourelle, qui abrite une niche à coquille, a conservé sa décoration (pilastres ornés de losanges, pinacles, linteau droit avec moulures en S à la clef, panneau aux sculpture bûchées).
Il possède un pigeonnier carré (fin XVIe siècle) qui a gardé, au premier étage, ses boulins et deux meurtrières ovales pour armes à feu. Cette fuie, soulignée par un larmier mouluré, est épaulé par un contrefort amorti en glacis.
Le manoir privé de La Cour-Neuve a été édifié au début du XVIIe siècle puis agrandi, dans le style néo-gothique, au XIXe siècle. Le logis a conservé quatre fenêtres à croisée de pierre et une baie étroite à simple traverse en façade. A l'arrière, la tour polygonale d'escalier fut encastrée dans l'agrandissement du XIXe siècle. Ses communs, datant de 1620, ont aussi été modifiés au XIXe siècle mais ils ont conservé une échauguette et des lucarnes anciennes. La Cour-Neuve était un fief relevant de la châtellenie de Huismes.
Son pigeonnier rectangulaire (7,40 x 8,60 mètres) date de 1651. Il renfermait plus de 200 boulins.
Le puits de La Cour-Neuve date du XVIe siècle (et la photo de septembre 1963).
Le manoir privé de Mouchaut ou Moucheau (fin XVe siècle) présente une entrée composée d'une poterne et d'une porte charretière percées dans le mur d'enceinte. A l'angle rentant de deux logis en retour d'équerre, se trouve une tourelle polygonale dont la porte est surmontée d'une accolade à crochets et fleurons. Ce manoir possède une petite chapelle voûtée sur croisées d'ogives à six nervures prismatiques, ainsi qu'un colombier. Cet ancien fief relevait de la châtellenie de Huismes.
Le manoir privé de La Bruère a été édifié au XVIe siècle. Au début du XXe siècle, il était flanqué de deux tours quadrangulaires dont l'une fut arasée au niveau du toit. Les bâtiments, disposés en équerre, ont gardé, dans leur angle rentrant, une tour polygonale tronquée, percé de trois baies rectangulaires.
Le logis privé de la Chancellerie date des XVIIIe et XIXe siècles mais un bâtiment, très remanié, en retour d'équerre, a été bâti au XVIe siècle. Il contient des fours à prunes.
Le manoir privé d'Ozon a été construit à la fin du XVe siècle. Il possédait une tourelle polygonale d'escalier (abattue) et une fenêtre ornée de culs-de-lampe ornés d'animaux.
Près du château d'Usage, cette maison du XVe siècle, appelée La Duchée, abritait le meunier du moulin d'Usage.
Près du lieu-dit Les Fontaines-d'Ozon, le logis privé de L'Ermitage date de la fin du XVIe siècle. Il est composé de plusieurs constructions construits en décrochement plus ou moins accentué. La façade sud du logis central, surmonté de lucarnes en plein cintre, présente une tourelle carrée, disposée en saillie. Un escalier en forme de fer à cheval conduit à un perron situé devant l'entrée principale. Vers l'est, un pavillon est couvert d'un toit mansardé, orné de lucarnes à fronton triangulaire. De hautes lucarnes, dont le tympan courbe est soutenu par des pilastres, éclairent les combles du bâtiment ouest. Sur la façade nord, des lucarnes monumentales à baies jumelles sont flanquées d'ailerons.
Le pigeonnier carré du moulin du Chêne date du XVe ou du XVIe siècle. Il présente un colombage fait de pans de bois et d'un remplissage en moellons de tuffeau. Son toit à deux croupes est couvert d'ardoises. Il n'y a qu'un seul trou d'envol.
A Fromentière, il existe un moulin à eau et les vestiges d'un moulin à vent de type cavier (XVIIIe siècle). Il a cessé son activité en 1835 puis a perdu sa hucherolle et ses ailes vers 1837, mais son massereau a été conservé.
Les restes d'un autre moulin à vent (un moulin-tour du XVIIe siècle) sont visibles au Puy-Angelier.
Toujours au Puy-Angelier, on trouve quelques demeures troglodytiques.
Près de ces maisons, un ancien four à pruneaux est envahi par la végétation. Huismes étaient une des zones de production des pruneaux de Tours qui étaient très réputés aux XVIIIe et XIXe siècles. Cette production déclina après la guerre de 1914-1918, puis cessa vers 1930.
D'autres fours à pruneaux se trouvent dans une propriété privée.
A L'Île-Saint-Martin, on peut voir ce four à chanvre (XVIIIe ou XIXe siècle) qui est composé de deux parties superposées, séparées par un plancher à claire-voie dont les lattes sont posées sur des poutres en bois de peuplier. La culture du chanvre a prospéré jusqu'au début du XXe siècle puis a entièrement disparu dans les années 1950-1960.
Près du château d'Usage, on trouve une loge de vigne. La commune est dans la zone des vins AOC de Chinon.
Une autre loge de vigne, circulaire celle-ci (XIXe siècle), est visible au lieu-dit Le Carroi-Barrillet.
Il y a trois lavoirs à Huismes, de haut en bas: les Fontaines-d'Ozon (XIXe siècle), rue de La Fontaine, Les Marais.
Ce vieux puits à toit pyramidal se trouve au hameau de Cuzé.
Au lieu-dit Le Vivier, cet ancien vivier permettait, jadis, de conserver vivants les poissons et les écrevisses pêchés dans l'Indre toute proche. Il est alimenté en eau par une source.
Au hameau de Mouzilly, la sculpture d'un linteau de fenêtre d'un logis représente un cœur surmonté d'une croix.
Huismes possède son girouet dont la partie centrale l'église Saint-Maurice et le passage qui la relie au doyenné.

A voir:
  • Le manoir privé de Rassay (XVIIe siècle) qui comprend, à l'Est, une tourelle carrée d'escalier et, à l'Ouest, deux tours d'angle circulaires. Rassay était un fief relevant de Cravant.
  • Le Pin-Perdu où résida le sculpteur et peintre Max Ernst de 1955 à 1963.
  • Les moulins à eau: Grapheteau sur la Riasse (XVIIIe siècle), la Ville sur la Riasse (vestiges du XVe siècle) et Fromentière sur le Douai (XVIIIe siècle).

Les lieux-dits: Beaulieu, Bel-Ébat, Benais, Bois-Chillou, Bois-de-Princé, Bois-de-Rassay, Bois-des-Lisons, Bois-du-Sanguier, Carroi-Godeau, Contebault, Couète, Cuzé, La Basse-Salverte, La Billonnerie, La Bouguerie, La Bourdadière, La Bourgésière, La Brosse, La Chaussée, La Cour-Neuve, La Couture, La Croix-Marion, La Croix-Mazarin, La Fosse-au-Brun, La Galmagne, La Gare, La Haute-Salverte, L'Aireau-Brizard, La Lande-Communale, La Massonnière, La Poitevinière, La Prairie-de-Prateau, La Prairie-des-Gains, La Queue-de-l'Île, La Rue-Glénard, La Touche, La Villaumaire, Le Bois-Bigot, Le Bois-Thélot, Le Carroi-Barrillet, Le Grand-Ballet, Le Marais, Le Moulin-Brûlé, Le Moulin-de-Fromentière, Le Moulin-de-Thaie, Le Petit-Marais, L’Épinay, Le Pré-Féchaud, Le Puy-Angelier, L'Ermitage, Le Sanguier, L’Étui, Les Acres, Les Basses-Mottes, Les Caves-Riollon, Les Caves-Sauty, Les Défrocs, Les Falaises, Les Fontaines-d'Ozon, Les Granges, Les Landes, Les Montous, Les Mottes, Les Perres, Les Petites-Garantes, Les Pillettes, Les Places, Les Plantes, Les Rivières, L'Essart, Les Vauzelles, Les Vignes-Blanches, L'Étui, L'Île-Saint-Martin, Louze, Mont-Sigout, Moucheau, Mouzilly, Pente-des-Perrés, Rassay, Ribot, Usage

    Gîte (Self-catering gite)

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire