Razines

Razines est un village du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Razinois et les Razinoises.
Sur le cartulaire de l'abbaye de Noyers, il porte les noms de: Ecclesia Raziniae (vers 1062), Razina (vers 1085) et Raziniam (vers 1090). Razines formait un fief relevant de Faye-la-Vineuse.
Une légende indique que les Sarrazins campant près de ce bourg en 732 (à la veille de la bataille dite de Poitiers, mais qui se déroula plutôt au sud de Tours), aient été surpris par l'abondance de l'eau sur ce territoire. Ils le baptisèrent "Ras el-Aïn" (le pays des sources) qui donna le nom de Razines.
Coordonnées GPS de Razines: 0°22'50"E - 46°58'30"N
Code INSEE: 37191 - Code postal 37120 - Superficie: 1473 hectares
Altitudes: de 56 à 134 m
L'église Sainte-Catherine, en ruines, avait été donnée, au début du XIIe siècle, à l'abbaye de Noyers par un nommé Almavinus, habitant à Faye-la-Vineuse.
L'édifice, sans doute bâti après cette donation, date des XIIe et XVe siècles. Sa façade ouest (XIIe siècle) présente une porte en plein cintre dont les voussures ont gardé des traces de leur mouluration et sont circonscrites par une archivolte ornée d'une ligne de festons et d'un damier. Au dessus d'un larmier soutenu par des modillons sculptés, une petite fenêtre-meurtrière est décorée de pointes de diamant. Le clocher-pignon est percé par deux baies jumelles en plein cintre.
L'église, elle-même, comporte une nef (XIIe siècle), couverte en charpente, terminée par un chevet plat qui était éclairé par une fenêtre en arc surbaissé maintenant condamnée. Au nord, un collatéral, ajouté au XVe siècle, communique avec la nef par deux arcades, l'une en plein cintre, l'autre en tiers-point. Le chœur rectangulaire, aussi du XVe siècle, est en ruines.
La nouvelle église Notre-Dame a été construite en 1860, dans le style néo-gothique, selon les plans de l'architecte Guérin.
Les vitraux de cette église sont des œuvres de l'atelier Lobin (Tours). Cette verrière représente saint Joseph.
Le château privé de Chargé, XIVe siècle (pavillon carré à comble élevé et une aile), a été agrandi au XVIIe siècle (une seconde aile, au sud-est, et les communs). Le fronton triangulaire du pavillon date du XVIe siècle.
Sa chapelle (XIVe siècle) dont la façade, épaulée aux angles par deux contreforts, comprend un clocher-pignon percé d'un oculus et d'une baie en plein cintre, et une porte, en arc légèrement brisé, ornée de deux rouleaux à moulure prismatique retombant sur de fines colonnettes avec chapiteaux à feuillages. La nef est terminée par un chevet plat dont la fenêtre, condamnée, présente une arcade trilobée. Ce sanctuaire renferme une piscine à burettes, un bénitier encastré dans un mur et trois pierre tombales de la famille de Blet. Au dessus de l'autel, on voit plusieurs blasons dont celui de la famille de Couhé.
Le château privé de Milly a été édifié au XVIIe siècle puis agrandi au XIXe siècle. Milly était un fief relevant de Faye-la-Vineuse.
La ferme de Milly possède un pigeonnier circulaire (XIXe siècle) fait de briques et de pierres de tuffeau.
Le château privé de Réveillon a été bâti au XIXe siècle...
... comme le château privé du Fougeray.
Le manoir privé du Haut-Fougeray (fin du XVIe siècle) présente un corps de bâtiment flanqué, au nord, d'une tour ronde arasée au niveau du toit du logis et, à l'arrière, une fuie rectangulaire. (photo: litteratur.fr)
Le manoir privé du Pont (XVIIe siècle) comporte un pavillon à deux étages et un comble. Jadis, il était entouré de douves. (photo: litteratur.fr)
Le pigeonnier de Haute-Claire, dont il reste un vestige, renfermait 3000 trous de boulins (nids de pigeons). C'était une dépendance du château de Chargé (photo: litteratur.fr)
Dans la rue des Caves, le linteau de la porte d'un logis privé (peut-être une ancienne boucherie) porte une tête sculptée de bœuf.

A voir:
  • Les anciens moulins sur la Veude: le Moulin-Neuf, le moulin des Planches, le moulin du Pont et le moulin Corneau.
Patrimoine disparu
  • La chapelle du prieuré Saint-Gilles-des-Cols, fondée au XIe siècle, avait été reconstruite au début du XIIIe siècle (sa dédicace eut lieu en 1203). Des vestiges de cet édifice étaient encore visibles en 1850. Ce prieuré appartenait à l'abbaye de Noyers mais le fief relevait du château de Saumur.

    Les lieux-dits: Bois-de-Rigny, Bois-de-Saint-Gilles, Carroi-Bâtard, Chante-Jau, Chargé, Cochereau, Haute-Claire, Joubert, La Batardière, La Bodinerie, La Charretière, La Chaumerie, La Couarde, La Cure, La Derouinerie, La Garlière, La Loge, La Masselière, La Moulerie, La Prunelière, La Saunerie, Le Bas-Fougeray, Le Bas-Monteil, Le Bois-Berthelon, Le Bois-Semé, Le Couvent, Le Fougeray, Le Haut-Fougeray, Le Haut-Monteil, Le Mesureau, Le Moulin-des-Planches, Le Moulin-Neuf, Le Petit-Toit, Le Peuplier-Billard, Le Prieuré, Le Puits-Guibaux, Le Taupeau, Les Aunes, Les Bons-Enfants, Les Cornus, Les Fontaines-d'Arché, Les Portes, Milly, Pinsauron, Pont, Réveillon, Rigny, Vernou

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire