Trogues

Trogues est un village du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Troguais et les Troguaises.
Il a porté les noms de: Trogue (1290, pouillé de Tours), Ecclesia de Trogues (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours), Parochia de Trogis (XIVe siècle) et Trougues (1435, cartulaire de Noyers). La châtellenie, relevant du château de Sainte-Maure, appartint à la famille Turpin de Crissé.
Coordonnées GPS de Trogues: 0°29'51"E - 47°06'46"N
Code INSEE: 37262 - Code postal: 37220 - Superficie: 938 hectares
Altitudes: de 32 à 99 mètres

L'église Saint-Romain (église toujours fermée) a été construite en 1879 (pose de la première pierre le 12 octobre), en moellons, dans un style néo-gothique, selon les plans de l'architecte A. Jousset. Elle remplace l'ancienne église paroissiale du XVe siècle qui a été détruite. Le clocher carré, en pierre de taille, hors œuvre, surmonté par une flèche à quatre pans, est placé au centre de la façade nord. Il est suivi par une nef composée d'un vaisseau central de deux travées, encadré par deux collatéraux. La nef, couverte par un toit à longs pans, et les deux collatéraux sont voûtés d'ogives. Ensuite, on trouve le chœur, aussi voûtés d'ogives, d'une seule travée, éclairé par trois fenêtres en arc brisé. A l'est, la sacristie, accolée au chevet, possède un étage de soubassement.
Le chœur possède trois vitraux de l'atelier Lobin, de Tours. Ils ont été restaurés, en 2003-2004, par l'atelier Debitus, de Tours.
Selon certains historiens, le logis seigneurial devait se trouver à l'ouest de l'église. Effectivement, on peut encore y voir d'importants bâtiments et cette tour carrée.
Le château privé de La Rolandière date de 1880-1882 mais certaines de ses dépendances sont du XVIe siècle. Ainsi, une tour ronde du XVIe siècle, accolée à la ferme, est un vestige de l'ancienne propriété. Les façades nord et sud montrent une rigoureuse symétrie. Au centre, l'avant-corps est encadré par deux ailes de deux travées et est précédé par un perron. La construction est en moellons enduits mais les chaînages et toutes les ouvertures sont très soulignés par des pierres de taille. Sur l'avant-corps central, des cartouches sculptés encadrent la porte et la fenêtre et soulignent les baies de l'étage. On aperçoit, à droite de la photo, son pigeonnier carré du XIXe siècle.
La manoir privé de Profond-Fossé (vers 1410) a un corps de logis rectangulaire flanqué d'une tour d'escalier carrée surmontée d'un toit à trois pans. Sur le pignon nord, se trouve une cheminée suspendue. Il constituait un fief relevant de Dorée (Parçay-sur-Vienne). Le manoir fut vendu, comme bien national, le 20 avril 1791
Le pigeonnier carré de La Haute-Martinière (XVe siècle) était, à l'origine, une tour défensive. Au rez-de-chaussée, quatre meurtrières ont été percées. Deux fenêtres du XVe siècle ont subsisté. Le premier étage possède une cheminée et le second étage est muni de quatorze rangées de boulins. L'accès se faisait, par l'extérieur, grâce à une échelle. Sur la face est, il existe une lucarne.
Le pigeonnier circulaire, en moellons, de La Martinière, de la fin du XVe siècle, a perdu son toit. Aux trois quarts de sa hauteur, un larmier a subsisté.
Au 5 rue du Bourg, la ferme privée de La Grossinerie présente un portail avec une porte piétonnière et une porte charretière. En entrant dans sa cour, on trouve, à gauche, un logis du XVIIe siècle. Au fond, l'ancienne étable porte la date de 1744. A droite, à la grange du XVIIIe siècle sont accolées des étables de 1834.
Du chemin du Ruisseau, on peut observer ce pigeonnier mural comportant 21 trous de boulins (nids de pigeons) sur le pignon d'une maison.
Le lavoir public de 1883 se trouve aussi dans le chemin du Ruisseau. Il possède une margelle sur un seul côté.
Au nord du bourg, au lieu-dit La Fontaine, il existe un autre lavoir.
Le château privé de Boizé, édifié en 1832, comprend un corps de logis central, de plan symétrique, encadré par deux ailes symétriques légèrement débordantes. Les caves voûtées en berceau existent sous tout le bâtiment, certaines sont éclairées par des soupiraux. Le rez-de-chaussée est surmonté d'un étage carré. Toit à longs pans et pignons découverts sur les deux ailes latérales et toit à longs pans orienté perpendiculairement sur le corps central du bâtiment. Les ailes sont percées par huit fenêtres rectangulaires surmontées par des larmiers et les pignons sont percés par un oculus quadrilobé. Les éléments de couronnement des deux ailes latérales sont divisés en compartiments meublés de larges croix pattées. Le rez-de-chaussée et l'étage sont délimités par un large bandeau en pierre de taille ceinturant tout l'édifice. Cet édifice aurait remplacé un manoir ou un château plus ancien. La chapelle, comprenant deux travées voûtées d'ogives, est construite en pierre de taille en grand appareil et est couverte par un toit en pavillon en ardoise. Le pignon sud est percé aussi par un oculus quadrilobé. Boizé était un fief cité dès 1097.

Patrimoine disparu
  • Le moulin Banquier qui était un moulin à eau situé au sud-ouest de l'église. Il était en activité au XVIIe siècle.

Les lieux-dits: Beauvais, Boizé, La Biscotière, La Cité-Trogues, La Donjonnerie, La Fontaine, La Grossinerie, La Haute-Martinière, La Joumeraie, La Loge, La Martinière, La Motte-du-Donjon, La Narbonne, La Rolandière, La Thibaudelière, La Toute-Bergère, Lantigny, Le Bois-Brûlé, Le Laca, Le Profond-Fossé, Les Bois-Ronds, Les Boisseaux, Les Davis, Les Herses, Les Mitardières, Les Roberts, Trompe-Coquin, Vau-Guérin
Communes voisines: Crouzilles, Pouzay, St-Épain

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire