Le Grand-Pressigny

Le Grand-Pressigny est une ville du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Pressignois et les Pressignoises.
Au VIe siècle, Grégoire de Tours la cite sous le nom de Prisciniacus. Par la suite, elle porta les noms de: Précigné, Pressigny-les-Quatre-Églises (XVe siècle) et Pressigny-le-Grand (XVIe siècle). Au IXe siècle, c'était un fief des chanoines de Saint-Martin de Tours. La baronnie a appartenu aux Pressigny jusqu'en 1302; aux de Craon; aux Chabot et aux de Beauveau au XVe siècle; aux de Prie en 1501; à Honorat de Savoie-Villars, comte de Tende, maréchal et amiral de France au XVIe siècle. Le 31 janvier 1821, elle a annexé la commune d'Étableau.
Coordonnées GPS du Grand-Pressigny: 0°48'11"E - 46°55'14"N
Code INSEE: 37113 - Code postal: 37350 - Superficie: 3954 hectares
Altitudes: de 52 à 135 m
Son château a conservé des douves et une enceinte du XIVe siècle.
Ces fortifications sont bordées par les restes de sept tours semi-circulaires.
La tour Vironne, octogonale, est surmontée par un dôme. Elle renferme un escalier à vis.
Le logis a été reconstruit en 1550 à la demande de Honorat de Savoie-Villars. Il y décéda le 20 septembre 1580.
La construction du donjon carré de ce château a débuté vers 1193. Au XVe siècle, des mâchicoulis ont été rajoutés à son sommet. Il mesurait 35 mètres de haut et 7 mètres de côté. Le 6 février 1988, cette tour s'est effondrée.
Dans la cour, ce puits couvert date du XVIe siècle.
Dans l'enceinte du château, le musée de la préhistoire, conçu par l'architecte allemand Bernd Hoge, fut inauguré le 19 septembre 2009 après deux ans de travaux.
Dans les salles d'exposition de ce musée, on peut découvrir de nombreux objets de la préhistoire...
... comme, par exemple, ce polissoir du néolithique venant de La Borde (Neuillé-Pont-Pierre).
Les nucleus à grandes lames ont été baptisés "livres de beurre" par les agriculteurs du Grand-Pressigny et d'Abilly. Par leur forme, leur couleur et les dessins de leurs faces, ils ressemblent aux mottes de beurre fabriquées dans les fermes. Ils ont servi de décoration sur certaines façades de maison (ici, Grande-Rue) mais aussi, plantés dans la terre, à délimiter les parcelles des jardins.
Au lieu-dit La Tonnelle, cette tour partiellement ruinée était peut-être un ouvrage de défense avancé du château. Elle se trouve près de l'ancien fief de Chante-Grolle qui relevait de la baronnie du Grand-Pressigny.
Situé dans le parc du château, à l'ouest, le nymphée (début du XVIIe siècle) présente une façade curviligne concave, divisée par des pilastres vermiculés en trois travées dont la médiane est percée d'une porte en arc surbaissé à clef ornée d'un écu bûché et dont les latérales sont occupées, chacune, par une niche avec coquille. La voussure de cette niche est surmontée par un cartouche, mutilé à gauche, portant à droite le monogramme composé de deux V et deux S d'Honorat de Savoie, marquis de Villars. A l'intérieur, il se compose d'une seule pièce octogonale couverte par une coupole à huit pans. Des niches, séparées par des pilastres, sont creusées dans les murs. Ces niches, ainsi que les tables et les chapiteaux, étaient peints en ocre, rouge, bleu et noir. Le Nymphée est aussi appelé la Grotte sculptée.
L'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais (église souvent ouverte) a été construite au XIIe siècle (chœur d'une travée voûtée en berceau et abside voûtée en cul-de-four).
Elle a été modifiée aux XVe (nef lambrissée avec collatéral vouté, chapelle et portail) et XVIe (clocher de 1556 et chapelle seigneuriale).
Dans l'église, une fresque murale, représentant l'assomption peinte en 1619 par Claude Duhey, a été martelée pour être détruite après sa redécouverte en 1913. La Vierge a été repeinte en 1943.
On y trouve aussi un prêchoir en bois.
A Étableau, le château a conservé une partie du donjon rectangulaire (XIIe siècle) ainsi que les restes de remparts et de deux tours rondes (XIIIe siècle). Sa chapelle, dédiée à sainte Catherine, a disparu.
Le prieuré Saint-Martin d'Étableau (d'abord appelé Saint-Martin de Pressigny) a été fondé en 1190 pour l'abbaye de Pontlevoy. De son église, construite en 1555 sur les fondations d'un édifice plus ancien, il reste la nef unique, le chœur et une abside voûtée en cul-de-four. Son clocher s'est effondré malgré sa réparation de 1778. Elle avait été consacrée le 10 avril 1556.
Dans la rue du même nom, on trouve ce four banal. Ce type de four est apparu au XIIIe siècle. Après avoir obtenu de la farine dans un moulin banal (le seigneur prenait alors un seizième de la farine), les gens fabriquaient leur pain mais devaient le cuire dans un four banal (le seigneur s'octroyait à nouveau un seizième de la farine). Ces privilèges furent abolis à la Révolution.
Il existe trois lavoirs au Grand-Pressigny: celui du Pré-du-Petit-Moulin (le plus grand)...
... celui de la rue du Pontreau...
... et, enfin, celui du hameau d'Étableau (XIXe siècle).
Il existe encore quelques loges de vigne aux alentours du Grand-Pressigny.
Dans le bourg, on peut observer, sur une maison de 1613, ce cadran solaire, place des Halles (il est signé P. Gajan).
Dans la rue du Donjon, à l'arrière de cette maison, on peut voir une tour polygonale d'escalier à vis (à gauche).
De l'autre côté de la rue du Donjon, un autre logis possède aussi une tour d'escalier à vis, carrée celle-là.
Sur cette tour, un nom (Turrault) et une date (1599) sont gravés.
Toujours dans la rue du Donjon, on peut voir plusieurs logis du XVIe siècle dont les fenêtres, à l'étage, sont particulièrement intéressantes.
Des cadrans solaires sont visibles: rue du donjon (en ardoise, il est signé René Radais et daté de 1823, la devise est: "Les nues me tuent"...
... et rue du Docteur-Léveillé (les heures sont effacées et la devise est "Dans l'infini du temps les heures longues ou brèves emportent nos tourments nos désirs et nos rêves").
L'ancien café de la gare est désormais désaffecté.
Le château privé de La Vienne a été reconstruit et agrandi, après un incendie, en 1872 et 1873. Le bâtiment primitif datait de la deuxième moitié du XVe siècle. C'était un fief relevant de la châtellenie de Sainte-Julitte.
Le château privé de Bouferré (ou Bouc-Ferré) a été édifié à la fin du XVIIIe siècle puis agrandi au XIXe siècle. Il possède un pigeonnier carré. C'était un fief relevant de la baronnie du Grand-Pressigny. Ce château a subi un important incendie le 25 mai 2016.
Au nord-ouest du château du Grand-Pressigny, la fontaine des Ferrus possède un bassin circulaire de 5 mètres de diamètre.

A voir:
  • Le château privé de La Groitière (XIXe siècle).
  • Le pigeonnier hexagonal du Riveau.
Patrimoine disparu
  • Le prieuré de Grandmontains de Clairfeuil fondé par les seigneurs du Grand-Pressigny vers 1209 à 4 km à l'est du village, sur la rive droite de l'Aigronne. Il dépendait du prieuré de Bois-Rahier et était déjà en ruines en 1606.
  • Le pigeonnier carré de Moisay (1581): démoli en 1991, il renfermait environ 460 boulins (nids de pigeons).
  • Le second lavoir d’Étableau.

Les lieux-dits: Bezuard, Bois-Bouc-Ferré, Bois-de-Favier, Bois-de-la-Duranderie, Bouc-Ferré, Chante-Grolle, Courvaux, Étableau, Faugoudron, Favier, Gatault, Grand-Mont, Grignon, La Bacouette, La Barellerie, La Baudichonnerie, La Baudinière, La Belle-Mâlerie, La Bergauderie, La Bertauderie, La Bigotterie, La Blanchetière, La Borde, La Bourdinerie, La Bourlière, La Brémaudière, La Calonnière, La Chapraie, La Chauvellière, La Clerjaudière, La Croix-Blanche, La Croix-Marron, La Delanderie, La Doucetterie, La Duranderie, La Folie, La Fontaine, La Forge, La Groitière, La Grouaie, La Guereterie, La Guignoire, La Jarrie, La Joubardière, La Lèmerie, La Liée, La Maison-Neuve, La Malgache, Lancerie, La Perrière, La Perruche, La Pinettrie, La Plauderie, La Pointe, La Poterie, La Providence, La Raterie, La Résine, La Rifaudière, La Russellerie, La Tonnelle, La Vienne, La Vignerie, La Villatte, Le Bois-Barreau, Le Bois-Brevert, Le Bois-de-Favier, Le Bois-Mareau, Le Chafaud, Le Châtaignier, Le Croupion, Le Four-à-Chaux, Le Grand-Bois, Le Grand-Puyrenault, Le Grand-Savigny, Le Marchais-Chartier, Le Pain, Le Parc-d’Étableau, L’Épargne, Le Petit-Favier, Le Petit-Puyrenault, Le Petit-Savigny, L’Épinette, Le Pressoir, Le Riveau, Le Roullet, Le Verger, Les Benassons, Les Boutinières, Les Ferrus, Les Fougères, Les Gibaults, Les Gros-Chilloux, Les Grouaies, Les Imbertières, Les Limornières, Les Marnières, Les Penserots, Les Piverdières, Les Pivots, Les Plantes, Les Raguins, Les Réaux, Les Richardières, Les Roches, Les Rouchoux, Les Sautinières, Livernière, L'Ormeau, L'Ourlière, Malessart, Moisay, Passeray, Pièce-du-Buisson, Serre, Sus-Chêne, Valançais
      Communes voisines: Abilly, Barrou, Chaumussay, La Celle-Guenand, Le Petit-Pressigny, Neuilly-le-Brignon, Paulmy
        Blason du Grand-Pressigny

        1 commentaire:

        1. Bonjour, très bonnes photos du Grand Pressigny, chef-lieu du Canton de Touraine du Sud et recommandé pour son musée excellent et rénové, son festival de théâtre les paysages nocturnes et la richesse de son patrimoine immobilier et préhistorique.

          RépondreSupprimer