Savonnières

Savonnières est une commune située à l'ouest de Tours, sur le Cher. Ses habitants sont appelés les Saponariens et les Saponariennes.
Elle est connue, dés le Ve siècle, sous le nom de Villa Saponaria. Ce fut une châtellenie relevant de l'archevêché de Tours.
Coordonnées GPS de Savonnières: 0°33'02"E - 47°20'51"N
Code INSEE: 37243 - Code postal: 37510 - Superficie: 1646 hectares
Altitudes: de 37 à 96 mètres
Ce village se trouve sur les rives du Cher.
L'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais a été construite au début du XIIe siècle (nef, collatéral nord, chœur, abside et absidiole nord). Le collatéral sud, plus court, a été ajouté en 1862 et l'absidiole sud en 1880. La nef est divisée en quatre travées couvertes de voûtes angevines sur croisées d'ogives, moulurées de gros tores. A l'est, la première travée de la nef supporte le clocher. La nef est éclairée, au nord, par deux petites fenêtre en arc brisé s'ouvrant entre les contreforts. Le collatéral nord, dont le mur n'est pas parallèle à l'axe de l'église, a quatre travées inégales qui sont voûtées comme celles de la nef, sauf la troisième qui a une voûte angevine sur ogives et liernes. L'abside semi-circulaire, voûtée en cul-de-four, et l'absidiole nord ont été restaurées au XIXe siècle.
En 1138, Hugues, archevêque de Tours, donna cette église à l'abbaye de Toussaint d'Angers.
Son clocher carré présente un beffroi avec deux fenêtres en arc brisé sur chaque face et se termine par une flèche octogonale revêtue d'ardoise.
Au nord, sa porte romane, en arc brisé, présente trois voussures. La première voussure est ornée de feuilles d'acanthe, la seconde d'animaux fantastiques, chimères, griffons et personnages, la troisième d'entrelacs et d'animaux. A droite de cette porte, on peut voir les vestiges d'une litre aux armes de l'archevêque de Tours.
Elle renferme plusieurs vitraux dont deux représentent les martyres de saint Gervais (photo) et saint Protais.
Près de l'église, le presbytère était, à l'origine, un prieuré-cure fondé au XIIe siècle par l'abbaye Toussaint d'Angers. Il était tenu par des moines de l'ordre de saint Augustin. Agrandi aux XVe et XVIe siècles, il fut vendu comme bien national en 1790. Ensuite, il devint une auberge jusqu'en 1842.
A côté de l'église, le chemin des Cent-Marches permet de grimper sur le coteau.
Du sommet de ce chemin, on peut apercevoir Tours avec de gauche à droite: les tours Charlemagne et de l'Horloge, le dôme de la basilique Saint-Martin, la cathédrale Saint-Gatien (pourtant située à 12,5 km à vol d'oiseau).
En face de l'église, la maison du Passeur (XVIe siècle) fut transformée, en 1615, en cour de justice de la châtellenie de Savonnières par Balthazar Le Breton.
Au 13 rue Chaude, un logis privé, appelé La Closerie, semble avoir été bâti au XVe siècle.
Au 10 rue Chaude, la maison des Baillis (ou maison du Prieuré Sainte-Anne) date des XVe et XVIIe siècles. Elle possède deux pignons à rondelis. Sa façade sur rue est percée par trois fenêtres dont une seule, au nord, a conservé son encadrement chanfreiné et sa croisée de pierre. Au XVIIe siècle, dans une cage en colombage, il a été construit un escalier en bois en tambour dont la partie supérieure comporte deux balustres tournés en double poire. Au rez-de-chaussée, la cheminée avec un arc de décharge est du XVe siècle, comme celle du premier étage.
Au 9 rue Chaude, on peut apercevoir un cadran solaire gravé sur un fronton triangulaire.
Le moulin privé des Fontaines, bâti au XVe siècle, a fonctionné jusqu'au 1 septembre 1949.
Le manoir privé du Plessis comprend plusieurs bâtiments dont les deux principaux sont du XVIe siècle (remaniés au XVIIIe siècle). Ils sont reliés par un logis sans étage du XVIIIe siècle. Une petite chapelle (XVIe siècle mais restaurée), dont la nef est couverte de lambris, est accolée au pignon Est du bâtiment principal (à droite de la photo). Ce dernier possède un étage et, entre ses pignons à rondelis, un comble surmonté par un petit campanile. Au sud, en retour d'équerre, un bâtiment d'un étage présente, côté cour, un rez-de-chaussée avec deux arcades en plein cintre. L'ensemble est couvert par des ardoise. Au sud et à l'angle sud-ouest, les communs sont couverts de tuiles. Ce manoir a été la propriété de l'écrivain René Benjamin qui l'a restauré en 1921.
Le logis privé de La Barraudière (ou La Baraudière) date du XVIe siècle. Cet endroit était un fief relevant de l'archevêché de Tours à foi et hommage lige.
Le "prieuré" des Granges (rue  des Fontaines) est, en fait, un château des XVIIIe et XIXe siècles ayant environ 70 mètres de long.
La maison privée du Petit-Paradis présente une façade Renaissance.
Son étonnante cheminée en brique a une forme hélicoïdale.
Il existe encore de nombreuses habitations troglodytiques à Savonnières et ses environs. Ce "troglo" se trouve dans l'impasse du Paradis.
Il existe encore quelques loges de vigne, appelées ici choquettes, comme celle de L'Ouche Baudrais.
Le port de Savonnières permet d'observer des gabares, des toues sablières ou cabanées et des fûtreaux. Ce port a fini d'être construit en octobre 1835.
Sur l'angle sud-est de la maison située au 26 rue Principale, des niveaux de crues du Cher ont été gravés. On peut voir, de haut en bas, les hauteurs des crues des 29 septembre 1866, 4 juin 1856, 13 mai 1850 et 8 mai 1940.
A proximité de la plage sur le Cher, un peuplier noir de plus de 200 ans mesure environ 30 m de haut.
A 1 mètre du sol, son tronc a une circonférence de 6,80 m.
Près du port, il y a un Ginkgo biloba.
De ce même endroit, on peut apercevoir cette belle girouette sur le toit d'une maison.
Le village possède son girouet dont la partie centrale représente un toit et le clocher de l'église ainsi que des méandres du Cher en forme de S.
Le château privé des Touches fut construit au début du XVIIe siècle puis remanié au XIXe siècle (ajouts, du côté de la terrasse, d'un pavillon et, du côté opposé, d'un rez-de-chaussé se terminant par une tour ronde avec un toit en poivrière). Il fut la propriété de l'imprimeur Alfred Mame. Au XIXe siècle, son parc de 40 hectares fut aménagé par le paysagiste Eugène Bühler.
Le château privé des Mazeraies a été édifié au XIXe siècle sur l'emplacement d'un château du XVIIIe siècle.
Le château privé des Roziers date aussi du XIXe siècle. (CPA collection Pascal Calmettes)

A voir:
  • Les Grottes Pétrifiantes (ou Caves Gouttières) et le musée de pétrification: ces grottes ont été décrites par Bernard Palissy en 1547.
  • Le manoir privé de La Carmerie (XVIIe siècle) est un ancienne ferme du monastère des Carmes de Tours. Il se compose d'un logis à simple rez-de-chaussée (avec un fronton triangulaire surmontant la porte centrale), d'une chapelle à nef voûtée en lambris (dont le comble, encadré par des pignons à rondelis, comprend en son milieu un clocheton octogonal couvert d'ardoises) et de communs.
  • L'ancienne grange au sel (32 et 34 rue Principale).
  • Les ruines d'un château fort (impasse Saint-Gervais) construit vers 1150 par Gaubert, chevalier et seigneur de Savonnières.
  • Le manoir privé de La Bretonnière, construction d'un étage avec une porte centrale en plein cintre.
 Patrimoine disparu
- Le Grand Moulin, sur la rive gauche Cher, a été détruit par un incendie en juillet 1942. Il avait cessé son activité en 1937 mais, vers 1940, il était devenu une usine de fabrication de porcelaine industrielle (entourage de bougies pour moteur).

Les lieux-dits: Bois-des-Prêtres, Bois-Robert, Boucault, Clos-des-Rosiers, La Barraudière, La Bassellerie, La Beauce, La Bellangerie, La Boissière, La Bonde, La Brèche, La Bretonnière, La Butte, La Carmerie, La Croix-Blanche, La Fosse-au-Bray, La Fosse-Boucher, La Foucaudière, La Girardière, La Grande-Barre, La Grange, La Grenouillère, La Guillonnière, La Maison-d'Ardoise, La Martinière, La Montée-Jaune, La Moutinnerie, La Petite-Barre, La Planche, La Protairie, La Ronsière, La Rousselière, La Sainterie, La Tuilerie, L'Audeverdière, La Vallée-Bourcier, Le Bas-Bray, Le Clos-Faux-Chapeau, Le Guédier, Le Haut-Bray, Le Mitan-Bray, Le Pavillon, Le Perreau, Le Petit-Bois, Le Pied-Fleury, Le Plessis, Le Poirier-Blanc, Le Port, Le Val-Gelé, Les Ballandais, Les Caves, Les Caves-Gouttières, Les Chesnaies, Les Dalvinières, Les Écouettes, Les Fontaines, Les Mazeraies, Les Métairies, Les Noues, Les Rosiers, Les Ruaux, Les Perreaux, Les Touches, L'Ouche-Baudraie, L'Oucherie, Montliveau, Soulas, Taillis-des-Noues
    Blason de Savonnières

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire