Tavant

Tavant est un village du sud-ouest de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Tavantais et les Tavantaises.
Il a porté les noms de: villa Tavennis (988, charte de Marmoutier), Tavenno (1050-1060, cartulaire de Marmoutier), Taventum (vers 1075 et 1089, cartulaire de l'abbaye de Noyers), Taventium (XIe siècle), Tavent (1189, cartulaire de Cormery), Tavento (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours). Le prieuré-cure de Tavennis, fondé en 987 par Thibault de L'Île-Bouchard, fut donné à l'abbaye de Marmoutier.
Coordonnées GPS de Tavant: 0°23'24"E - 47°07'31"N
Code INSEE: 37255 - Code postal: 37220 - Superficie: 522 hectares
Altitudes: de 28 à 82 mètres
L'église romane Saint-Nicolas, construite au début du XIIe siècle, possède une nef unique de cinq travées, un transept carré surmonté d'une coupole sur trompe, un chœur surélevé voûté en berceau et une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Le clocher carré présente un étage octogonal, un comble pyramidal à huit pans coiffé d'un lanternon aveugle. Deux collatéraux ont disparu.
Sa porte en plein cintre est entourée par deux arcades aveugles de même dessin. Cette porte, sans tympan, possède trois voussures retombant sur des jambages accompagnés chacun par deux colonnettes logées dans leurs retraits et dont les chapiteaux sont garnis de feuilles d'eau. La troisième voussure est ornée de pommes de pin reposant sur des feuilles entre deux lignes d'étoiles. Creusée par une série de cupules, la seconde voussure a son arête chanfreinée et garnie de pommes de pin. La première est moulurée d'un câble, de gorges et d'un tore. Les arcades aveugles n'ont qu'un rouleau supporté par des colonnettes et circonscrit par une ligne d'étoiles.
Les fresques des plafonds du chœur et de l'abside datent du XIIe siècle. La fresque du chœur représente le Christ en majesté dans une mandorle (photo du haut). Les autres montrent des scènes de la Vie de la Vierge.
Dans la nef, on peut observer de nombreux chapiteaux sculptés.
Sous le chœur, la crypte renferme des peintures murales du XIIe siècle représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, mais aussi des scènes profanes. Cette crypte comprend trois vaisseaux séparés par deux rangées de quatre colonnes à base carrée qui soutiennent des voûtes d'arêtes retombant sur neuf autres colonnes prises dans les murs. (photo: Guillaume Metayer)
Ces peintures représentent la Vierge,...
... Adam et Eve,...
... Jésus aux enfers,...
... David tuant le lion,...
... la colère et le vice,...
... un danseur,...
... deux guerriers, etc...
Il faut noter que la visite de la crypte est payante mais que les photos y sont interdites.
Un timbre, édité par La Poste en 1997, représente une des peintures murales de la crypte.
Dans l'église, le gisant (XVIe siècle) de Jehan Guydier est exposé. Une inscription a été gravée: Ci git vénérable et discrète personne Jehan Guydier curé de Tavant ... trespassa le XX jour de mars 15_4 (peut-être 1564). Le gisant a été mutilé (la tête manque).
Près de l'église, un médaillon en pierre inséré dans le mur d'une maison représente sainte Radegonde.
Il ne subsiste plus que des vestiges de l'église prieurale Notre-Dame, datant du début du XIIe siècle, qui comprenait, initialement, une nef, deux collatéraux, un chœur et une abside semi-circulaire. Le clocher, érigé au XVe siècle, n'a gardé que son rez-de-chaussée. Il ne reste plus que trois travées du collatéral sud, avec l'amorce de leurs voûtes d'arêtes et les trois arcades qui le relaient à la nef. A l'ouest, la porte en plein cintre aux voussures sculptées fut vendue, en 1927, à un antiquaire. Le prieuré a été fondé vers 987 par Thibault, seigneur de L'Île-Bouchard. Il fut incendié en 1070, puis rebâti avant d'être abandonné après la Révolution.
Dans la Grande-Rue, intégrée dans une maison, la porte du prieuré (du XIIIe siècle, remaniée au XVIe siècle) est en arc surbaissé au sud (photo) et en arc brisé au nord. Jadis, la niche la surmontant contenait une statue.
L'ancienne gare semble encore attendre d'hypothétiques trains et voyageurs. La ligne de chemin de fer était entrée en activité en 1882.
Dans la Grande-Rue, une enseigne gravée de charron se trouve sur le linteau d'une porte.
Au 2 rue Sainte-Anne, deux doloires sont gravées sur le linteau d'une porte. C'était, sans doute, l'enseigne d'un tonnelier.
Toujours rue Sainte-Anne, un puits, encastré dans un mur, était le puits banal qui alimentait en eau une partie du village, sauf le prieuré qui avait son propre puits.

A voir:
  • Les maisons anciennes du bourg.
Patrimoine disparu
  • La chapelle Sainte-Anne, située près du bourg, était encore visible au milieu du XIXe siècle.

Les lieux-dits: Braslou, Carroi-de-la-Croix-Fumard, La Chardonnière, La Crotille, La Queue-des-Bois, La Roche, Le Bois-Caille, L’Épine, Les Buissons, Les Lisons, Les Mottes, Les Pâtureaux, Les Perrières, Les Pets-de-Groles, Les Quarts, Les Sept-Arpents, Les Trotte-Loups, Marmignon, Meaux, Sous-le-Bois
    Communes voisines: Brizay, Lémeré, L'Île-Bouchard, Sazilly

    Blason de Tavant

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire