Brèches

Brèches est une commune du nord-ouest de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Brèchois et les Brèchoises.
Elle a porté les noms de: Bricca (VIe siècle, Grégoire de Tours, Histoire des Francs), Brechia (vers 1060, charte de Marmoutier), Ecclesia de Brechia (1144 et 1156, chartes de Saint-Julien de Tours), Brechie (1231, charte d'Enjorand, doyen de l’Église de Tours), Parochia de Breche (1245, cartulaire de la Clarté-Dieu) et Breche (XIVe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours). Dès le XIIe siècle, le prieuré relevait de l'abbaye Saint-Julien de Tours. Le fief appartint aux archevêques de Tours au XIIIe siècle puis aux de Bueil au XVIe siècle. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le village dépendait du duché de La Vallière.
Coordonnées GPS de Brèches: 0°23'20"E - 47°34'11"N
Code INSEE: 37037 - Code postal: 37330 - Superficie: 1163 hectares
Altitudes: de 74 à 132 mètres (à La Justice)
Cours d'eau: l'Ardillière
L'église Saint-Martin (église souvent ouverte) a été construite entre 1863 et 1869 selon les plans de l'architecte Gustave Guérin. Le clocher abrite une cloche en bronze de 1776. L'église primitive fut fondée vers 400 par saint Brice, évêque de Tours.
Elle renferme deux vitraux circulaires du XIIIe siècle avec des couleurs à dominantes rouge et bleu (comme les vitraux de la cathédrale de Chartres). Le premier représente la Vierge à l'Enfant...
... le second, le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean. Ils proviennent de l'église du XIe siècle démolie sous Napoléon III.
Le château privé de La Cour, ancien logis seigneurial, date du XVe siècle mais il a été, en grande partie, reconstruit au XVIIIe siècle. Jadis, il était fortifié et entouré de douves qui subsistent à l'Ouest et au Sud. Celles de l'Est ont été comblées. Le donjon de trois étages est surmonté d'un toit à quatre pans. Le comble est éclairé, au Nord et au Sud, par une lucarne de pierre à gâble aigu. Au Sud, sous l'appui de la lucarne, on voit une tête de femme sculptée. Chacune de ces lucarnes domine une travée de trois baies étroites superposées, la plus basse agrandie par la suppression de son allège. Certaines ont leur linteau creusé par une accolade, l'une d'elles amortie par un fleuron. Tous les jambages sont finement moulurés. Au dessus du fossé, deux corbeaux de pierre soutiennent un édicule appuyé le long d'un contrefort. A la face Ouest viennent s'adosser deux corps de bâtiments formant un angle obtus. Le premier présente, au Sud, deux grandes fenêtres aux huisseries à petits carreaux qui coupent un encorbellement. Le second, presque entièrement reconstruit au XVIIIe siècle, a conservé, sur la cour, le mur goutterot de l'édifice primitif, jusqu'à la hauteur du premier étage sur lequel il repose. L'ancienne entrée, surmontée par un arc trilobé se terminant par un fleuron, a été gardée ainsi que l'encadrement d'une fenêtre, probablement à meneau, transformée en porte. Une accolade double sur le large linteau, souligné d'une moulure, se développe sur une frise formée par une série de petits arcs trilobés. Le même décor se voit sur la baie de l'aile jouxtant la tour, surmontée par le fronton triangulaire d'une lucarne remaniée. Dans l'angle fut aménagé un portique quadrangulaire percé, sur deux faces, par une arcade en plein cintre. Une dizaine de marches aboutit à la plus étroite.
Il possède un pigeonnier circulaire d'environ 6 mètres de diamètre extérieur qui est coiffé par un toit pointu couvert d'ardoises. A l'intérieur, tous ses boulins ont été détruits.
Au 14 Grand'rue, une demeure (XIXe siècle) présente une façade sculptée: deux griffons entourent un blason orné d'une coquille surmontée par une couronne royale. Entre la corniche et les griffons, on remarque un bandeau de rinceaux. Auparavant, cette maison avait abrité l'épicerie Mercier disparue vers 1920.
Au 7 Grand'rue, un autre logis possède, dans une niche, une statue polychrome de sainte Catherine d'Alexandrie. Au XIXe siècle, ce bâtiment renfermait le café Sainte-Catherine tenu par le charron Leduc puis par Hervé.
C'est à Brèches que se trouve la maison natale du médecin et chirurgien Alfred Velpeau. Cette demeure a été bâtie au début du XVIIIe siècle.
Une plaque indique sa date de naissance: le 29 mai 1795.
Sur la place de l'église, un monument, érigé en 1897, lui rend hommage. Le buste en bronze a été réalisé par le sculpteur J. Danian en 1857.
Souvent présentée comme un menhir, la Pierre-Saint-Martin serait une borne milliaire, vestige de la voie romaine Tours - Le Mans. Elle mesure environ 1,60 mètre de haut et 65 centimètres de diamètre. A son sommet, une cavité naturelle de 15 à 25 centimètres de diamètre est profonde de 15 à 21 centimètres.
Le lavoir du village est situé à proximité de la route de Chenu.
Il existe encore quelques loges de vigne sur le territoire de Brèches.

Les lieux-dits: Bel-Air, Gâtineau, La Basse-Martinière, La Blancherie, La Chevronière, La Closerie, La Coquillère, La Cour, La Duchênerie, La Féraudière, La Galifernière, La Galloire, La Groletière, L'Aiguiller, La Jarossais, La Justice, La Marionnette, La Morénerie, La Pinoterie, La Polissière, La Potrais, La Rembourgère, La Tavinière, Le Buisson-Rond, Le Châtelier, Le Grand-Clos, Le Jauneau, Lempocherie, Le Saule, Les Bournais, Les Gautroux, Les Gouzils, Les Jarossais, Les Sables, Riz, Saint-Hubert
    Communes voisines: Couesmes, St-Paterne-Racan, Sonzay, Souvigné

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire