Parçay-Meslay

Parçay-Meslay est une commune située au nord-est de Tours et formée par la fusion des villages de Parçay et de Meslay en août 1814. Ses habitants sont appelés les Parcillons et les Parcillonnes.
Parçay portait les noms de: Partiacus (avril 852, charte de Charles-le-Chauve), Ecclesia S. Petri de Parciaco (993, charte d'Archambault, archevêque de Tours), Parciacum (XIe et XIIe siècles, charte de Marmoutier), Villa de Parcayo (1277), Parceyo (1293), Parcey (1338) et Sanctus Petrus de Parchayo (1438, charte de Marmoutier). Meslay se nommait Campaniacus en 1061, Moelleium en 1148 et Mellaio au XIIIe siècle. C'était une seigneurie de l'abbaye de Marmoutier.
Coordonnées GPS de Parçay-Meslay: 0°44'48"E - 47°26'30"N
Code INSEE: 37179 - Code postal: 37210 - Superficie: 1407 hectares
Altitudes: de 74 à 122 mètres
L'église Saint-Pierre (église souvent fermée), construite à la fin Xe siècle (nef et façade à murs en petit et moyen appareils), a été modifiée au XIIe siècle (chœur et abside semi-circulaire).
On pénètre dans la nef par une porte latérale en plein cintre, refaite au XVIe siècle. La nef est couverte en charpente avec entraits, poinçons et lambris du XVIe siècle. L'abside semi-circulaire, voûtée en cul-de-four, a son axe plus au nord que celui de la nef. Le mur absidal est couronné par trois assises de moyen appareil et présente, à hauteur des impostes des trois fenêtres en plein cintre rogné à l'intrados, des arases de moyen appareil presque carré. Ces arases et ces assises datent du Xe siècle.
A la douelle de la voûte de l'abside, une peinture murale du XIIe siècle, découverte en 1923, représente le Christ en majesté dans une mandorle, saint Pierre et les apôtres. Le Christ, assis sur un coussin et les pieds appuyés sur une bancelle, tient dans sa main droite une hostie et, dans sa main gauche, le livre de Évangélistes. Les symboles des quatre évangélistes se devinent encore: le lion de saint Marc, l'aigle de saint Jean, l'homme ailé de saint Mathieu et le taureau de saint Luc.
Ce vitrail, représentant saint Pierre recevant les clefs du paradis, est signé par les maîtres verriers J. Virolle et G. Merklen (Angers, 1924). Cette verrière est un don de la famille Le Gouin-Duchamp.
Derrière l'église, on peut observer le logis seigneurial du XVe siècle. Il est nanti de lucarnes à fronton triangulaire et d'une accolade sur un mur de clôture. Sa façade nord a conservé une fenêtre divisée par une colonnette médiane. Le mur pignon ouest, épaulé par deux contreforts d'angle, présente la saillie d'un avant-corps occupé par les conduits de fumée des cheminées. A partir de 1844, une partie du bâtiment servait d'école. Le premier étage était réservé au logement de l'instituteur. En 1902, le logis devint la mairie.
Près de l'église, au 1 allée du bourg, ce logis, soutenu par des contreforts, date du XVe ou du XVIe siècle.
Il possède deux fenêtres présentant des meneaux en bois sculptés. Sur l'un d'eux, on remarque un chevalier avec casque, lance et écu, et un dragon (photo). Sur l'autre, se voit une noble dame.
La Grand'Maison a été édifiée en 1671 pour être, à l'époque, la maison du bailli. Par la suite, elle est devenue le presbytère puis la mairie après son achat, en 1980, par la municipalité. Son porche en plein cintre, construit la même année, a été conservé. A sa droite, se trouve une porte piétonne. Le bâtiment rectangulaire renferme un escalier en bois à balustres du XVIIe siècle. Celui-ci dessert un grenier carrelé dont la charpente est en forme de carène de bateau inversé. Les combles sont éclairés par des lucarnes en bois. En sous-sol, un niveau comprend, de part et d'autre d'un couloir central, une salle voûtée d'arêtes sur quatre travées soutenues par un pilier centrale.
La ferme fortifiée de Meslay, bâtie en 1220 par Étienne de Mortagne sur ordre de Hugues de Rochecorbon, dépendait de l'abbaye de Marmoutier. Elle comprend une porte monumentale, un mur d'enceinte avec chemin de ronde à créneaux et une grange. Sa chapelle et son pigeonnier ont disparu. Le porche est une tour carrée de deux étages comportant une double ouverture en plein cintre avec de larges voussures. Cette tour est couverte par un toit à double versant orné d'épis de blé en peirre. A la façade ouest, au-dessus de la porte, une fenêtre en tiers point, divisée en deux baies en lancette et une rose, éclaire la salle du premier étage qui, à l'est, possède une fenêtre aussi en arc-brisé. Au sommet du pignon ouest se trouve un oculus aveugle.
La grange dîmière, longue de 60 mètres et large de 25, est composée de cinq nefs de treize travées. A l'ouest, sa porte plein cintre est surmontée d'un gâble élevé, ajouré d'une baie. De chaque côté un oculus et une fenêtre accompagnent cette porte. Le pignon est ornés par des épis de pierre sculptés.
Sa charpente, refaite au XVe siècle, est soutenue par quatre rangées de piliers en chêne. Les piliers des deux rangées centrales mesurent 17 mètres de haut.
Au sud de la grange, le logis seigneurial fut presque totalement détruit, en 1944, par l'explosion d'un dépôt de munitions voisin que les Allemands firent sauter avant leur départ.
Près de la ferme, un monument (œuvre du sculpteur Michel Audiard) à la mémoire de Sviatoslav Richter a été érigé. Il rappelle que ce pianiste russe a fondé le Festival de la grange de Meslay en 1964.

Les lieux-dits: Belle-Vue, Chizay, Coudray, Frasne, La Baraudière, La Barrie, La Biardière, La Chanterie, La Diablerie, La Carqueterie, La Charronnerie, La Coudrière, La Doucinière, La Fosse-Neuve, La Garenne, La Gaverie, La Gibellerie, La Petite-Logerie, La Mulocherie, La Pérauderie, La Pinotière, La Poivrie, La Quillonnière, La Roche-Deniau, La Rouletière, La Rue-de-Parçay, La Thibaudière, La Vallée-des-Ruers, Le Calvaire, Le Chêne-du-Gué, Le Papillon, Le Petit-Meslay, Le Plivier, Le Tatin, Les Auvannes, Les Boissières, Les Coupes, Les Locquets, Logerie, Meslay
    Communes voisines: Chanceaux-sur-Choisille, Monnaie, Notre-Dame-d'Oé, Rochecorbon, Tours

    Blason de Parçay-Meslay

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire