Yzeures-sur-Creuse

Yzeures-sur-Creuse est un village du Sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Yzeurois et les Yzeuroises.
Il a porté les noms de: Hicciodero (Ve siècle), Iciodurum vicus, Iciodorensis, Icodurum, Isiodurum et Icciodurum (VIe siècle, Grégoire de Tours), Iciodoro (VIIe siècle, monnaie mérovingienne), Ysorio (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours), Izeure (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Izeures (1820, carte de l'état-major), Yzeures-sur-Creuse (décret du 9 septembre 1926).
Le fief, relevant du château de Tours, appartint successivement aux familles de Chasteigner, de Montbel et d'Harambure.
Coordonnées GPS d'Yzeures-sur-Creuse: 0°52'16"E - 46°47'09"N
Code INSEE: 37282 - Code postal: 37290 - Superficie: 5542 hectares
Altitudes: de 53 à 139 mètres
Cours d'eau: la Creuse, la Gartempe, le ruisseau du Grand-Vicq
L'église Notre-Dame a été reconstruite en 1895, selon les plans de l'architecte tourangeau Jean Hardion et consacrée le 5 août 1903.
Ce sanctuaire a remplacé une église bâtie aux XIIe (abside, chœur et transept), XIIIe (clocher, nef de deux travées et façade Ouest) et XVe siècle (deux chapelles seigneuriales ouvertes sur les croisillons du transept).
Démolie à l'automne 1895, il en reste le mur Nord de la nef et le croisillon Nord du transept. Percé par trois hautes fenêtres du XIXe siècle, ce mur goutterot Nord a gardé une de ses petites baies primitives en arc brisé et sa corniche, soutenue par des modillons a été partiellement conservée. Le croisillon Nord de l'ancien transept est relié à la nef actuelle par l'arcade qui le séparait du carré primitif et dont le rouleau retombe sur les chapiteaux, ornés de feuillages à gauche et de deux oiseaux buvant dans un vase à droite. Ce croisillon comprend une seule travée voûtée sur croisée d'ogives moulurées de deux tores séparé par un étroit bandeau. Il est éclairée par une haute fenêtre en plein cintre à l'Ouest et par un oculus au Nord. Il est accompagné par une absidiole semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Plus loin, un bas-relief du XVe siècle représentant la Cène a été sculpté dans le mur Nord du chœur.
Ce monument avait déjà été rebâti partiellement en 1527 puis réparé en 1624. L'église originelle avait été fondée au Ve siècle (entre 441 et 461) par saint Eustoche.
Une partie de ce vitrail, œuvre de l'atelier (Lobin, Tours) et représentant la Vierge à l'Enfant, provient de l'ancienne église. En bas, dans le médaillon, on voit l'ancien édifice. D'autres verrières sont signées par Jean-Prosper Florence.
Derrière l'église, on trouve l'ancien presbytère.
Dans son jardin, une grotte a été bâtie sur le modèle de la grotte de Lourdes. Elle a été bénie le 1er mai 1887.
Les vestiges du prieuré Notre-Dame de Hauterives (ou des Terrives) comprennent les restes de la nef de l'église rebâtie vers 1450 pour remplacer un édifice du XIe siècle et les bâtiments claustraux du XIIIe siècle. L'abside de l'église a disparu et les murailles subsistantes ont été totalement privé de leur parement dont les pierres furent utilisées pour construire une ferme proche. La porte latérale Nord, en arc légèrement brisé, présente un arc mouluré d'un tore retombant sur les chapiteaux à feuillages de deux colonnettes disparues. Le pignon de la façade Ouest est percé par une haute fenêtre et étroite fenêtre en plein cintre.
Au Sud de l'église, un bâtiment en retour d'équerre date du XIIIe siècle avec des arcs en plein cintre de fenêtres condamnées et, au premier étage, la partie inférieure des petites fenêtres qui l'éclairaient. Au Sud et à l'Ouest, il reste les substructions des corps de logis qui fermaient le préau de ces deux côtés.
Appartenant à l'ordre de Grandmont, ce prieuré, fondé entre 1139 et 1163 par les seigneurs de Preuilly, fut supprimé au début du XVIIe siècle.
Près du hameau de Confluent, le dolmen de la Pierre-Levée est entouré par un cromlech en demi-cercle de 8 à 10 mètres de diamètre et comprenant des blocs de 0,50 à 0,60 mètre de hauteur. Ce dolmen, datant de 3500 ans avant Jésus-Christ, se compose d'une table en meulière de 4,20 mètres sur 3 mètres, surélevée à l'Est par un support en calcaire de 1,40 mètre de long et 0,75 mètre de haut. Trois autres supports se sont effondrés.
Le château privé d'Harambure, édifié aux XVIIIe et XIXe siècles, se compose d'un bâtiment rectangulaire flanqué de deux pavillons. Sur la façade, la porte, encadrée de pilastres doriques, est surmontée par un fronton triangulaire.
Le manoir privé de Granges, début du XVIIe siècle, comprend un logis rectangulaire, élevé d'un rez-de-chaussée et d'un comble, flanqué à ses angles Sud et au milieu de sa façade Nord par des tours carrées plus hautes d'un étage. Il remplace une ancienne forteresse dont il reste deux tours rondes en ruines. L'une de ces tours, creusée de boulins, avait été convertie en pigeonnier.
Le château privé de Marigny a été érigé au XVIIe siècle. Il est composé d'un rez-de-chaussée, d'un étage et d'un comble. Son aile en retour vers l'Ouest, coiffée d'un toit à la Mansard, est un peu plus récente. Le portail à arc en anse de panier est doublé par un guichet.
Son parc renferme un pigeonnier circulaire du XVIIe siècle qui a été restauré après son effondrement partiel de décembre 1941. Son diamètre interne est de 4 mètres.
Le manoir privé de Thou (XVe siècle) a été partiellement reconstruit à partir de 1580. Son long corps de logis comprend une partie centrale du XVe siècle, une partie Sud du début du XVIe et une partie Nord de la fin du XVIe. Il a conservé des tours polygonales, une tour carrée à meurtrières et une chapelle. Il possède aussi un pigeonnier cylindrique (XVIe siècle) à toiture surmontée d'un lanternon hexagonal.
Le château privé de La Mothe (XIXe siècle) a été la propriété de Paul Haviland (des porcelaines Haviland de Limoges). Des artistes et des écrivains y ont séjourné: Lalique, Jean Giraudoux, Paul Morand, Miguel Zamacoïs, Roland Oudot, ....
Le musée Minerve (gratuit), inauguré le 14 mai 1972, expose les vestiges d'un temple gallo-romain du début du IIIe siècle. Les fouilles de ce temple eurent lieu en 1895 et 1896 au niveau des fondations de la nouvelle église. Environ 85 blocs sculptés de grandes dimensions sont alors trouvés.
Parmi les découvertes, il y a un pilier votif à Jupiter qui, s'il avait été reconstitué, mesurerait plus de 9 mètres de haut. Au troisième niveau du pilier, Léda, fille du roi étolien Thestios, est représentée avec un cygne et ses fils: à sa gauche, Castor, fils de Tyndare et roi de Sparte et à sa droite, Pollux, fils de Jupiter.
Trois blocs, formant un ensemble de 2,25 mètres de large pour une hauteur de 1,10 mètre, portent une inscription dans un cadre rectangulaire (de 1,80 mètre de large sur 0,80) entouré d'une moulure. Dans le creux de lettres, des traces de polychromie rouge ont été conservées. Cette inscription est une dédicace à Minerve dont la traduction est: Aux divinités des Augustes et à la déesse Minerve, les deux M. Petronius, fils de Giamillus (?) [---] se sont occupés d'élever à leurs frais un temple et ses ornements que leur père avait promis.
En 1970, la municipalité décide de percer une nouvelle rue au niveau du mur Sud de l'église. A cet endroit, une nécropole mérovingienne est alors découverte. Deux des couvercles de sarcophages retrouvés sont exposés au musée.
Le musée Mado Robin est dédié à la célèbre cantatrice de l'Opéra et de l'Opéra comique, née dans ce village et inhumée dans le cimetière.
Près du musée, un monument, réalisé par l'atelier Richwal (Richon Walter) de Preuilly, lui est consacré.
Dans la rue Descartes, un ancien atelier était celui d'un charron comme le prouve cette inscription.
Le château privé de Péré (ou Pairé), édifié au XVe siècle, comprend un donjon carré, un logis rectangulaire et deux tours cylindriques de hauteur inégale à toitures coniques. Au XIXe siècle, deux étages ont été rajoutés sur la partie Nord-Ouest du logis.
Dans son parc, on peut voir un pigeonnier circulaire.
Le moulin aux Moines, situé à la confluence de la Gartempe et de la Creuse, présente plusieurs marques de crues, parmi lesquelles: 31 mars 1913, 26 avril 1926, 11 juillet 1927, mars 1942, décembre 1944, 1953, 1955, 1960, janvier 1968. Jusque dans les années 1980, ce moulin a fonctionné pour fournir de l'électricité. Au XVIIIe siècle, il figurait sur la carte de Cassini.

A voir
  • L'éolienne Bollée de 1897 à Laireau.
Patrimoine disparu
  • La forteresse de Rigollet.
  • Le château de Thais (ou Thaix, Taye) a disparu depuis le XVIIIe siècle.

Lieux-dits: Baratière, Beauvais, Bel-Air, Bignoux, Bois-Chevet, Bois-de-la-Barre, Bois-de-Peray, Bois-de-Rigollet, Bois-de-Saint-Léonard, Bois-Prieur, Bors, Bruyères-de-Beauvais, Bussay, Chavis, Chêne-des-Trois-Bois, Cirande, Confluent, Fromenteau, Harambure, Île-des-Bouillons, Île-de-Thais, La Barre, La Basse-Métairie, La Beauge, La Brineraie, La Bristière, La Caltière, La Chaise, La Cimbeaudrie, La Cour, La Fineraie, La Folie, La Fontaine-à-Chabot, La Font-la-Touche, La Forge, La Garbouillère, La Garenne, La Garguillère, La Gatauderie, La Grande-Métairie, La Grange-Renée, La Graverie, La Grosse-Borne, La Groue, La Guérinière, La Jarrie, La Jousière, La Maison-Rouge, La Mauricière, La Mère-Lagosse, La Morinière, La Mothe, La Multonnerie, La Natte, La Petite-Métairie, La Pierre-Levée, La Piofayterie, La Pluche, La Ratrie, La Revaudière, La Siroterie, La Tricocherie, L'Aubraie, La Varenne, Le Bâtiment, Le Bout-du-Pont, Le Carroir, Le Carroir-de-la-Bristière, Le Cormier, Le Gros-Chillou, Le Gué-de-Châtillon, Le Moulin-au-Moine, Le Petit-Cormier, Le Petit-Varennes, Le Pointeau-Jacquet, Le Pontreau, Le Port, Le Pré-Godet, Les Aubépins, Les Availlons, Les Billaux, Les Bournais, Les Buissons, Les Cabins, Les Champs-du-Four, Les Châtaigniers, Les Chaumes-Longues, Les Claireaux, Les Coteaux, Les Coteaux-de-Reclos, Les Fleurs, Les Fontenaults, Les Gâte-Bourses, Les Gâte-Fer, Les Grandes-Varennes, Les Grands-Fonds, Les Grouins, Les Magnons, Les Martinières, Les Pavés, Les Pièces-de-la-Vigneraie, Les Pièces-du-Port, Les Porteaux, Les Rivières, Les Taillis-de-Cirande, Les Terres-Fortes, Les Terres-Noires, Les Terriers, Les Terrives, Lauderie, Lignez, Madrolle, Marigny, Napres, Neuville, Pémilla, Péray, Petit-Grange, Poizay, Rond-de-la-Sainte-Vierge, Rigollet, Saint-Saturnin, Taillis-de-Terrives, Thous, Vallée-des-Bois, Varennes

      Aucun commentaire:

      Publier un commentaire