Beaumont-la-Ronce

Beaumont-la-Ronce est un village du nord Touraine. Ses habitants sont appelés les Beaumontois et les Beaumontoises.
Il a porté les noms de: Runcia (1119, bulle du pape Calixte II), Ecclesia de Bello monte (1144, charte de l'abbaye de Saint-Julien), Bellus Mons de Runcia (1270, cartulaire de l'abbaye de Fontevraud) et Parochia Belli montis de Roncia (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours). La châtellenie, relevant de la baronnie de Maillé (Luynes), fut érigée en marquisat en avril 1757 au profit de Jean-Claude Bonnin de La Bonninière de Beaumont.
Coordonnées GPS de Beaumont-la-Ronce: 0°40'20"E - 47°34'15"N
Code INSEE: 37021 - Code postal: 37360 - Superficie: 3904 hectares
Altitudes: de 85 à 175 m
L'église Saint-Martin (église toujours fermée) a été bâtie en style néo-gothique selon les plans de l'architecte Gustave Guérin. Elle a été inaugurée en 1893. Elle a remplacé un édifice du XIIe siècle démoli en 1879.
Elle renferme plusieurs vitraux dont celui-ci, signé Jean-Prosper Florence (Tours, 1900), qui représente saint Armel.
Dans le cimetière, la chapelle Saint-Armel a été reconstruite en 1869 selon les plans de l'architecte Gustave Guérin. Elle a remplacé un ancien oratoire qui était un but de pèlerinages.
Le château de Beaumont possède un donjon carré (avec une tourelle circulaire en encorbellement au nord) du XIIIe siècle. Au XVIe siècle, ses murs Est et sud ont été percés de fenêtres. Puis, en 1780, ce donjon a perdu son chemin de ronde et son étage supérieur. Les autres bâtiments sont des XVIIIe et XIXe siècles, à l'exception de la tour octogonale en briques (XVIe siècle) contenant un escalier à vis.
Aujourd'hui dans le parc du château de Beaumont, la colonne du bois des Chalonges est constituée de treize colonnettes. Elle a été érigée le 12 octobre 1810, par les treize enfants (et les soixante petits-enfants) d'Anne-Claude de la Bonninière, comte de Beaumont, et de Marguerite de Gauville dont l'union avait été consacrée le 7 janvier 1761.
Le château privé de Montifray (XVIe siècle) est composé d'un corps de logis avec un étage en brique. Il a été agrandi au XIXe siècle (deux ailes inégales en retour d'équerre vers le Nord-Ouest). Sa chapelle fut édifiée en 1878 par la famille Roques. Montifray était un fief relevant de Saint-Christophe.
En 1884, ce château possédait un vignoble de 55 hectares qui avait été planté après l'épidémie de phylloxera. Le chais, bâti en 1885-1886, mesure 60 m de long, 12 m de large et 7 m de haut. Il abritait alors deux pressoirs et 32 foudres de 120 à 300 hectolitres. Il cessa son activité avant la Première Guerre mondiale et, en 1960, devenait le hangar d'une exploitation céréalière.
Le menhir de Montifray (ou pierre de Pont-Champion) mesure 2,80 m de haut, 1,40 m de large et 1 m d'épaisseur. Jadis, il était entouré par un cromlech.
Près du château de Montifray, un chêne pédonculé a une hauteur de 20 m.
A 1 mètre du sol, son tronc a une circonférence de 4,90 m.
Le "château" privé de la Haute-Barde (1906) a été bâti pour abriter un orphelinat (de 1906 à 1940). Il fut la propriété de L'Avenir du Prolétariat.
Dans la cour de ce château, on peut encore observer le dolmen de la Pierre-Levée qui mesure 6 mètres de long.
Le véritable château de La Haute-Barde (XIXe siècle) se trouve au nord-est de l'ancien orphelinat.
Le château de Mirandol ou Mirandolle (XIXe siècle) a été transformé en clinique.
Il a conservé une éolienne Bollée (XIXe siècle), de 24 m de hauteur, dont la turbine mesure 3,50 m de diamètre.
Dans le bourg, il reste quelques maisons anciennes comme celle-ci qui est située rue des Prés.
Près du château, Le Plessis est un logis privé qui semble dater du XVIe siècle. C'était un fief relevant de Beaumont-la-Ronce. Il portait le nom de Plessis-Bouchard au XVIIIe siècle.
Sur la Choisille, le lavoir communal des Dix-Selles (1860) a été restauré en 2005.
L'éolienne Bollée de la ferme privée de La Louisière (au nord du parc du château) a disparu. Toutefois, sa tour carrée en brique a été conservée.
Près de la ferme de La Champlonnière, cette tour hexagonale en brique est signalée comme étant un pigeonnier sur la carte IGN. Mais, elle ressemble aussi à la tour d'une éolienne aujourd'hui disparue. La Champlonnière était un fief relevant de Boisvignon.
Par contre, la tour cylindrique de La Chauvellière semble bien être un pigeonnier.
De même, cette tour circulaire accolée à la ferme privée de La Thibauderie, doit être une ancienne fuie. En 1626, ce lieu appartenait à Jean Goyet, fourrier du logis du roi.
Il existe de nombreuses habitations troglodytiques à Beaumont-la-Ronce dont celle-ci, route de Marray.

A voir:
  • Le manoir privé de La Guillonnière (XVIIIe siècle).
  • L'ancien presbytère (XIIIe siècle) dont la façade a été modifiée au XVIIIe siècle.

Les lieux-dits: Bois-Bourdeil, Bois-Clair, Carroi-Ferdoué, Gaudis, La Barre, La Béguerrerie, La Blancherie, La Bézardière, La Brindelinière, La Burérie, La Buvinière, La Champlonnière, La Chauvellière, La Chênaie, La Corderie, La Coudre, La Culoderie, La Dausserrerie, La Flonnière, La Françoisière, La Ganachère, La Georgerie, La Grande-Carrerie, La Grange, La Guillonnière, La Hallandière, La Haute-Barde, La Huberdière, La Jallière, La Logerie, La Louisière, La Mondinerie, La Monvaletterie, La Paillasse, La Patonnerie, La Perrière, La Petite-Carrérie, La Plotinière, La Rainière, L'Arche, La Ribondière, La Richerie, La Roche-Bourdeil, La Rocherie, La Ronce, La Rougerie, La Sévraudière, La Thibauderie, La Touche, La Trémaillère, La Tupinière, L'Aubuis, Le Chêne, Le Fourneau, Le Grand-Coudray, L'Hêtre, Le Moulivert, L'Encloître, Le Perthus, Le Petit-Boulay, Le Petit-Coudray, Le Petit-Hêtre, Le Pommier-Vert, Le Pont-Champion, Le Porteau, Le Vivier, Les Boudegourds, Les Carrières, Les Caves-de-Valarault, Les Chalonges, Les Châtelliers, Les Chotards, Les Commaillères, Les Créneaux, Les Hayes, Les Poupinières, Les Vallois, L'Hêtre, Mauny, Mirandolle, Montifray, Moulin-de-Beaumont, Sécheresse, Vauchouan, Verneuil

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire