Cérelles

Cérelles (prononciation locale Srelles) est un village de la gâtine tourangelle, au nord de Tours. Ses habitants sont appelés les Cérellois et les Cérelloises.
Il a porté les noms de: Cersilla (943, charte de Théotolon, archevêque de Tours), Cersalis (978), Ecclesia Cersille (1144, bulle du pape Célestin II), Parochia de Cerseles (1270, charte d'Hervé, seigneur de Rochecorbon), Parochia de Cersolis (1257, charte de l'abbaye de Saint-Julien), Parochia de Cerellis (1290, cartulaire de l'archevêché de Tours), Serelles et Cerelles (XVIIIe siècle). C'était un fief de l'abbaye Saint-Julien de Tours qui y établit un prieuré.
Coordonnées GPS de Cerelles: 0°40'58"E - 47°29'58"N
Code INSEE: 37047 - Code postal: 37390 - Superficie: 1230 hectares
Altitudes: de 62 à 122 mètres
L'église Saint-Pierre, construite au XIe siècle (nef en petit appareil), a été modifiée au XVIe siècle (chœur). Par la suite, elle a été très remaniée et les petites fenêtres de la nef ont été condamnées. Extérieurement, on en voit encore les traces dans le mur nord.
Le vitrail du chevet est signé par L. Lobin (Tours, 1858).
Le bénitier en marbre rose (XIXe siècle) a été ramené de Crimée par le comte Reille. Ce dernier avait participé au siège de Sébastopol lors de la guerre de Crimée (1853-1856).
Près du portail de l'église, une ancienne cuve baptismale sert désormais de pot de fleurs.
Le Château privé de La Bédoire (ou La Bédouère) date du XVe siècle mais a été modifié au XIXe siècle. La façade ouest a conservé une porte fortifiée (masquée par un bâtiment moderne), des mâchicoulis et les rainures des ponts-levis. C'est une ancienne châtellenie dont il reste quelques vestiges de l'enceinte: deux tourelles cylindriques et des douves à l'Est. En 1940, il devint le siège de l'ambassade du Danemark.
Son parc contient de nombreux animaux.
Le château privé de Baudry, construit au XVIe siècle (logis de brique et de pierre, deux pavillons) sur les substructions d'un château féodal du XIIIe siècle, a été remanié en 1640 (deux tours carrées) et en 1900 (l'aile Est dont les plans sont de l'architecte Nénot). En 1529, le fief de Baudry appartenait à Guillaume Bohier, maire de Tours. En 1940, il a abrité l'ambassade de la Turquie.
Ce château possède un pigeonnier rectangulaire (XVIIe siècle) dont le toit est surmonté par un lanternon carré.
Le manoir privé de Châtenay, édifié au XVe siècle, présente des fenêtres à croisées de pierre et une porte à accolade. Ce fief relevant du château de Tours fut donné à l'abbaye Saint-Julien par l'évêque Théotolon au Xe siècle. De 1726 à 1755, une chapelle y était signalée.
Le manoir privé du Tertre a perdu son étage. Sur la façade ouest, on aperçoit des vestiges d'entourages de fenêtres condamnées semblant datées du XVe siècle. Des contreforts épaulent son pignon sud et l'angle sud-ouest de sa façade. C'était un fief qui, en 1669, appartenait à Hilaire Roger.
Sa chapelle carrée, signalée dès 1787, était, à cette époque, la propriété de Nicolas Baillardeau, marchand à Tours.
Le moulin aux Clercs est un moulin banal ayant appartenu à l'abbaye de Marmoutier jusqu'à la Révolution. Il est cité dans un acte de 1221 et est appelé moulin Mauclerc sur une carte de Cassini. Remanié au XIXe siècle, il est devenu une habitation privée comme les deux autres moulins à eau de la commune: le moulin de Renouard et le moulin de La Gravelle. Par contre, le moulin de Vaulinard et celui des Cormiers ont disparu.
La Grand'Maison (XVIIe siècle) est devenue la mairie.
A côté de la mairie, il y a ce vieux puits.
Un lavoir de 1907 est situé rue du Gué-Bolin.
Un autre lavoir, de 1911, est privé et se trouve au lieu-dit Flanray.
Une seule loge de vigne a été préservée au lieu-dit La Boulas.
Le château privé de La Chenaye (ou La Chesnaye) a été édifié au XIXe siècle. En 1940, l'ambassade du Portugal s'y était installée.
Le château privé de Roiville ou Royville, reconstruit vers 1850, a appartenu au peintre orientaliste Eugène Napoléon Flandin.
Il existe aussi quelques demeures bourgeoises comme La Pilonnière...
... et La Roderie.
Étonnamment, Cérelles est un endroit où vivent de nombreux oiseaux. J'ai pu y observer une cinquantaine d'espèces en quelques jours, dont cette Huppe fasciée.

Les lieux-dits: Baigneux, Baudry, Beaucahu, Bois-de-Linière, Châtenay, Flanray, Huche-Pie, La Ballière, La Basse-Bédouère, La Basse-Boulas, La Basse-Carte, La Bigotière, La Boulas, La Bretonnière, La Chesnaye, La Croix, La Gaspière, La Feuillette, La Filonnière, La Frêlonnière, La Gaspière, La Gélinière, La Girarderie, La Grange-d'Asse, La Harlandière, La Haute-Bédouère, La Haute-Carte, La Herse, La Milleterie, La Mulotière, La Piéterie, La Pilonnière, La Puiserie, La Rivière, La Roderie, La Tonnellerie, La Valerie, La Vallée-du-Vau, Le Buisson, Le Guignier-Béni, Le Hallier, Le Jauneau, Le Moulin-aux-Clercs, Le Moulin-de-Cormiers, Le Moulin-de-Renouard, Le Petit-Vouvray, Le Poirier, Le Pot, Le Rudon, Le Tertre, Le Vau, Les Ajoncs, Les Bourdiers, Les Caves-de-la-Gaspière, Les Grisse-Dents, Les Œufs-Durs, Les Landes, L'Héreau, Linière, Moulin-de-la-Gravelle, Pièces-de-Baigneux, Roiville

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire