Limeray

Limeray est un village de l'est de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Limeriens et les Limeriennes.
Il changea souvent de nom: Limeriaco (VIIe siècle), villa Limeriacum (978-983, Chartes de Saint-Julien), Limeriacum (1162, charte de Fontaines-les-Blanches, bulle du pape Alexandre III), Limeray (1283, cartulaire du Liget), Lymeré (1290, Pouillé de Tours), Limere (1296 et 1380, Pouillé de Tours), Lumereyo (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours), Limeray (XVIIIe siècle, carte de Cassini). Ancien fief de la famille d'Amboise, Limeray devint prévôté royale en 1431.
Coordonnées GPS de Limeray: 1°02'32"E - 47°27'33"N
Code INSEE: 37131 - Code postal: 37530 - Superficie: 1439 hectares
Altitudes: de 52 à 116 m
L'église Saint-Saturnin (église souvent ouverte), construite au XIIe siècle (nef, chœur, abside et sommet du clocher carré, parementé en moyen appareil, avec des fenêtres en plein cintre), a été modifiée au XVIe siècle (voûte de la nef et façade ouest). Par contre, la base du clocher, parementé en petit appareil, date du XIe siècle (vers 1032). Ce clocher, s'étant effondré sur le chœur le 10 décembre 1711, a été rebâti en 1715.
La nef de trois travées, remaniée et revoûtée au XVIe siècle, aboutit à choeur couvert d'une voûte angevine sur ogives et liernes et suivi par une abside semi-circulaire éclairée par trois fenêtres en plein cintre et voûtée en cul-de-four.
Vers 1880, la galerie protégeant le porche fut transformé en narthex. Ce dernier a été démoli en 1963 et la façade fut restaurée en 1964.
Cette église renferme plusieurs vitraux dont celui-ci, signé par L. Lobin (1857), représentant saint Martin.
Au niveau de l'abside, des médaillons provenant de l'abbaye de Moncé ont été intégrés à des verrières. Ce médaillon représente la prieure Françoise de Lavardin en 1561.
Une seule stalle en bois sculpté (XVe siècle) de l'abbaye de Fontaines-les-Blanches a été conservée dans ce lieu de culte (les autres se trouvent dans les églises de Noizay et de Pocé-sur-Cisse).
On y trouve aussi de nombreuses statues des XIVe, XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Cette statue en pierre (XVe siècle) de saint Jean-Baptiste provient de l'église de Mosnes.
Ce mouton (contre-poids) de cloche est en orme. Il porte une date gravée (1778) et les lettres BR (?).
L'ancien palais de justice de la Prévôté Royale (XIVe siècle), appelé aussi Audience ou Auditoire, est situé rue d'Enfer. Du côté Est, le rez-de-chaussée de la façade présente des portes et des fenêtres en arc brisé. A l'étage, on peut voir la base de fenêtres, avec colonnettes et chapiteaux, dont les linteaux ont disparu. La partie supérieure du pignon n'existe plus, le toit a été surbaissé. Les seigneurs du Bois y rendaient justice. Devenu une grange, l'édifice a été acheté en 1585 par Pierre de Molan, seigneur de Saint-Ouen.
A l'arrière du bâtiment, dans la ruelle de Montluma, une porte et une fenêtre en arc brisé du XVIe siècle ont été conservées.
Le château privé de Moncé fut édifié entre 1845 et 1846 dans un style néo-Renaissance.
L'abbaye cistercienne de femmes de Moncé fut, d'abord, un prieuré fondé, sous le vocable de Notre-Dame, en 1209 par Sulpice III d'Amboise. A la demande de Louis XIV, ce prieuré fut érigé en abbaye par le pape Innocent X en 1652. Il n'en reste que ce pavillon du XVIIe siècle ayant servi d'infirmerie. L'église et le cloitre, bâtis en 1216, furent démolis vers 1825.
Le pigeonnier carré de Moncé (fin XVIe siècle) est construit en pierres avec un étage supérieur de briques en partie recouvertes d'ardoises. La toiture est en tuiles. Il renferme 632 trous de boulins (nids de pigeons) et a conservé son échelle pivotante permettant l'accès à ces nids. Cette fuie a été restaurée en 2013.
La grange dîmière de La Roche-Saulue (début XVIe siècle) comprend une entrée cavalière et une charpente montée sur dés.
Le relais de poste (appelé aussi La Vieille Poste) de la fin du XIVe siècle, au lieu-dit Le Haut-Chantier, est resté en activité jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.
Dans le bourg, il existe quelques maisons anciennes dont celle-ci (XVIe siècle) avec des fenêtres à croisée de pierre.
Sa porte est bois et possède un vieux heurtoir.
Le moulin privé de Limeray est cité dès 1162 sous le nom de Molendinum Villa Aigulfi. A cette époque, il dépendait de l'abbaye des Fontaines. Il possédait une roue mue par le ruisseau de Mesland et deux paires de meules. Sa charpente date du XVIIIe siècle. En 1658, ce moulin appartenait à Radegonde de Brisson, veuve de François de Villebret. Le 1er juillet 1791, il est désigné comme bien national. Il a subi des modifications en 1854. Devenu une menuiserie en 1910, sa roue est alors démontée.
Le moulin privé de Moncé, sur la Cisse, a été reconstruit en 1845 par Charles Sain de Bois le Comte. L'ancien moulin, qui appartenait au clergé, avait été en partie détruit par un incendie en 1748. Il a fonctionné jusqu'en 1916.
Ce pont sur la Cisse, restauré à de nombreuses reprises, a été édifié au XVIIIe siècle puis refait au XIXe siècle.
Le lavoir est situé rue de la Fontaine.
Derrière le lavoir, on trouve la source qui l'alimente en eau. La margelle du bassin date du XVIIIe siècle.
Limeray possède son girouet dont la partie centrale représente le clocher de l'église Saint-Saturnin et une grappe de raisins (le village est sur le terroir des vins AOC Touraine-Amboise).
Le manoir privé d'Avisé ou d'Avizé (seconde moitié du XVe siècle), jadis fortifié, présente deux ailes en équerre encadrant une tour polygonale d'escalier. Sa chapelle (1498) est composée de deux travées voûtées d'ogives à moulures prismatiques.
Le château privé du Plessis a été édifié au XVIe siècle puis remanié aux XVIIe et XIXe siècles. Il a été en partie démoli au milieu du XXe siècle.

A voir:
  • Les habitations troglodytiques.
Patrimoine disparu
  • Un moulin à vent avait été construit à la fin du XVIIIe siècle au lieu-dit Bordebure. Par la suite, cet endroit fut appelé Le Moulin-à-Vent.

Les lieux-dits: Avisé, Cottereau, La Cave-aux-Renards, La Galetterie, La Grande-Maison, La Haute-Noue, La Havrie, La Hilaine, La Houssière, La Lamproie, La Lande, La Liardière, La Médecine, La Pâquerie, La Rivière, La Roche-Saulue, La Rue-d'Enfer, La Taille-Péchard, Launay, Le Bois-d'Enhus, Le Buisson, Le Coteau, Le Grand-Parc, Le Haut-Chantier, Le Luat, Le Mail, Le Moulin-à-Vent, Le Moulin-de-Moncé, Le Petit-Perrier, Le Plessis, Le Pont, Les Aglines, Les Beauvoirs, Les Fourneaux, Les Grillons, Les Îles-Bardes, Les Mardelles, Les Pillaudières, Les Rottes, Les Sablons, Les Varennes, L'Ormeau, L'Ouchonnerie, Moncé, Prairie-d'Août
    Blason de Limeray

    3 commentaires:

    1. Le pont est du 19e, ça ne fait aucun doute pour moi ! Peut-être reconstruit à l'emplacement d'un pont du 14e...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Erreur corrigée: le pont date du 18e.

        Supprimer
    2. C'est déjà plus crédible ^^ Surement la toute fin alors...

      RépondreSupprimer