Bossay-sur-Claise

Bossay-sur-Claise est un village du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Bosséens et les Bosséennes.
Il porta les noms de Bociacum (1090, charte de l'abbaye de Preuilly) et de Grand-Bossé (XVIe siècle), puis de Bossay-sur-Claise en 1938. Ce fut successivement une seigneurie des barons de Preuilly, des Isoré, des Bernin de Valentinay et des Dauphin. En 1024, Gausbert 1er, seigneur de Preuilly, fonde l'église qui sera donnée, en 1090, par le seigneur d'alors à l'abbaye Saint-Pierre de Preuilly.
Coordonnées GPS de Bossay-sur-Claise: 0°57'44"E - 46°49'52"N
Code INSEE: 37028 - Code postal: 37290 - Superficie: 6556 hectares
Altitudes: de 67 à 144 mètres
L'église Saint-Martin, reconstruite au XIIe siècle (nef, transept, chœur, clocher, abside et absidioles), a été restaurée et agrandie en 1883 (collatéral nord).
De l'église primitive, fondée en 1024 par Gausbert 1er, il reste une partie de la façade en petit appareil. La porte ouverte dans cette façade est en plein cintre et possède deux rouleaux dont le second retombe, de chaque côté, sur une colonnette placée dans un retrait du jambage. Les chapiteaux sont ornés de chimères et le tailloir est décoré de palmettes. L'archivolte est moulurées de rinceaux. Cette porte est surmontée par un fronton triangulaire. Le fronton date du XIXe siècle.
La nef n'a gardé du XIIe siècle que son mur sud mais il a été surélevé au XIXe siècle. Épaulé à l'extérieur par des contreforts plats, ce mur présente six fenêtres en plein cintre (les deux premières ont été refaites) dont l'archivolte est ornée de pointes de diamant.
Cette nef est suivie par un transept dont le carré est voûté par une coupole sur trompes. Des chapiteaux des piles d'angle, trois ont gardé leur décoration, deux à feuillages, un avec des animaux fantastiques. Les bras du transept sont voûtés en berceau en plein cintre. Leur mur terminal est ouvert d'une fenêtre supérieure en plein cintre et, plus bas, présente une arcature de quatre arceaux reposant sur des colonnettes. Les deux arceaux centraux sont transparents. Le bras nord communique avec le collatéral grâce à une arcade en plein cintre qui repose sur des chapiteaux. Le bras sud communique avec la nef par un petit couloir. Chacun de ces bras ont une absidiole semi-circulaire voûtée en cul-de-four et éclairée par une fenêtre en plein cintre.
Le chœur composé d'une courte travée voûtée en berceau avec, de chaque côté, une arcature de deux arceaux dont l'un est transparent. Il se termine par une abside semi-circulaire en cul-de-four qui est éclairée par trois fenêtres entourées de colonnettes. Cette abside est épaulée par deux contreforts-colonnes.
Le clocher carré, accompagné à l'angle nord-est par une tourelle d'escalier surmontée par une flèche conique, est ouvert sur chaque face, à l'étage du beffroi, par des fenêtres jumelles entourées de colonnettes et dont l'archivolte est ornée de chevrons. Primitivement, ce clocher était couronné par une flèche en pierre qui fut démolie au XVIIe siècle et remplacée par une flèche en charpente. Cette dernière fut refaite en 1752.
Dans le mur sud de l'église, une porte romane aveugle présente un arc orné de billettes et circonscrit par une ligne de chevrons.
Extérieurement, l'abside est épaulée par des contreforts-colonnes dont les chapiteaux (photos), ornés d'animaux, soutiennent la tablette restaurée.
Cette tablette est soutenue aussi par quelques modillons sculptés presque tous du XIXe siècle.
Cette église renferme plusieurs statuettes en pierre polychrome du XVe siècle. Celle-ci, haute de 81 cm, représente sainte Élisabeth-de-Hongrie.
Cette autre statue, haute de 85 cm, est celle de sainte Radegonde.
Enfin, celle-là, haute de 73 cm, représente une sainte inconnue.
Deux chapiteaux (XIIe siècle) encadrant l'autel sont sculptés. L'un représente le Bien et l'autre le Mal (photo). A noter que les monstres représentés sont moustachus.
Face à l'église, l'ancien presbytère a été construit en 1698 par l'abbé Martineau. Il a été restauré en 1999.
La nef de la chapelle Saint-Lifard ou Saint-Leoffort, édifiée vers 1484, a été convertie en demeure privée. L'abside a été détruite.
Le château privé de Bossay est une ancienne forteresse féodale dont les importantes fortifications la défendant ont disparu. Elles avaient été restaurées en 1350 puis détruites par les Anglais. Il n'en reste que le donjon carré du XIIe siècle, épaulé par des contreforts plats. Cette tour a été transformée en logis au XVe siècle. A cette époque, elle fut surélevée par un toit aigu porté par deux pignons. A l'origine, elle devait être surmontée par un chemin de ronde reliant quatre échauguettes supportées, aux angles, par des corbelets, et qui sont encore visibles. Le pignon nord-est est percé par deux petites fenêtres jumelles tréflées. La façade nord-est présente deux arcades en plein cintre, moulurées d'un tore, qui circonscrivaient, chacune, deux fenêtres jumelles en plein cintre aussi, et dont les arcs reposaient sur des colonnettes. Seules les baies de droite furent conservées. Au XVe siècle, quatre autres fenêtres furent ouvertes dans cette façade, dont deux ont des croisées de pierre. Du côté nord-ouest subsiste une porte romane mais qui est masquée par un bâtiment du XIXe siècle.
Le château privé de Cingé (ou Singé) présente des douves en ruines, un logis et un donjon du XIIe siècle, un bâtiment du XVIIe siècle flanqué de deux tours circulaires et une chapelle castrale de 1624 (devenue une grange). Cette chapelle a remplacé un oratoire dédié à saint Thomas. C'est à Cingé, le 14 juillet 1629, que Claude-Bonaventure de Crevant voit le jour. Il devint le roi d'Yvetot par son mariage avec Marie d'Apellevoisin, héritière de cette couronne. En 1874, ce château fut acquis par les trappistes qui y installèrent une succursale de la colonie pénitentiaire qu'ils dirigeaient alors à Fontgombault.
Le château de Ris, bâti au XVe siècle, a été restauré vers 1850 par Louis-Joseph Dauphin. Il comprend un corps de logis principal dont les angles, du côté nord, présentent chacun une tourelle en encorbellement et qui est accompagné, au sud-est, par un pavillon. La décoration des portes, fenêtres et lucarnes a été refaite. Sa chapelle, dédiée à sainte Thérèse, a été consacrée le 17 septembre 1787. Il a servi de colonie de vacances à la société Hispano-Suiza.
Près de l'église, le monument aux morts, sculpté dans de la pierre de Lavoux, a été inauguré le 17 septembre 1922.
Dans la rue de la Fontaine-Saint-Fiacre, se trouve le lavoir (XIXe siècle) en briques.
Le château privé de Vinceuil a été édifié au XIXe siècle. Cet endroit est un ancien fief.
Le moulin de La Roche-Berland, mu par la Claise, a été construit au XVIe siècle puis agrandi au XIXe siècle (1847). Toutefois, il avait été signalé en fonctionnement dès 1496. A l'époque, il appartenait à la baronnie de Preuilly. Sa roue a été réparée en juillet 1995.

A voir:
  • Le manoir privé de Claise (XVe siècle) était, jadis, fortifié. Le logis, avec contreforts d'angle, présente, au sud, deux baies jumelles, avec arcs en plein cintre, plus anciennes que les fenêtres à croisée de pierre qui s'y inscrivent.
  • Les pigeonniers: Saint-Lifard (fuie cylindrique semi-enterrée), Les Grandes-Goupillières (fuie carrée) et Les Viollières (fuie carrée du XVIIIe siècle).
Patrimoine disparu:
  • A Villejésus, la chapelle Saint-Jean (détruite en 1793) de l'ancienne commanderie de l'ordre de Malte.
  • Près de la fontaine Saint-Fiacre, une chapelle, reconstruite en 1584, a été détruite à la fin du XVIIIe siècle.
  • La chapelle de L'Habit, signalée encore en 1757.
  • La chapelle du hameau de Sainte-Catherine, connue en 1705.

Les lieux-dits: Beauvais, Bois-Brunet, Bois-de-la-Commanderie, Bois-de-la-Gironnerie, Bois-de-Vinceuil, Bois-Soleil, Bournigal, Buisson-Rousseau, Carroir-des-Trois-Chênes, Chantereine, Chéraulois, Chézelle, Cingé, Claise, Colleau, Flée, Foix, Fondamer, Jappe-Renard, La Basse-Métairie, La Berche, La Bessonnière, La Bonnerie, La Bourgognière, La Buchetterie, La Cabane, La Caltière, La Carillonnerie, La Castillarderie, La Chainaye, La Chalantonnerie, La Chapelle, La Châtaigneraie, La Chaumette, La Chillolerie, La Clavellerie, La Clouterie, La Commanderie, La Coulonnerie, La Couture, La Crocheterie, La Croix-Dais, La Drageonnière, La Duranderie, La Fertauderie, La Foi, La Fontaine-aux-Puces, La Foresterie, La Forge-de-Fenil, La Fosse-Rouge, La Gailliennerie, La Gateauderie, La Gatinière, La Gilletterie, La Gironnerie, La Gouarie, La Gourie, La Grange, La Justice, La Lieutenanderie, La Mailletterie, La Maison-Neuve, La Maurellerie, La Petite-Rabaudière, La Phillonnerie, La Pièce-du-Rallet, La Potéterie, La Prairie-de-Cingé, La Rabaudière, La Rebocquerie, La Rochepineau, La Rouarie, La Roulette, La Soupiquerie, La Tartinerie, La Terteaudrie, La Touche, La Touche-au-Lard, La Touche-Bernay, La Tuilerie, La Vidonnière, La Voltière, Launay-sur-Fourche, Le Boisson, Le Buchet, Le Château, Le Fourneau, Le Gargot, Le Grand-Vaucoulon, Le Paradis, Le Petit-Bois, Le Petit-Saint-Lifard, Le Petit-Vaucoulon, Le Petit-Vinceuil, Le Piedtertau, Le Pin, Le Pontreau, Le Rochereau, Le Ruisseau, Le Tremble, Les Augereaux, Les Baronnières, Les Basses-Renauderies, Les Basses-Sablonnières, Les Bertaulières, Les Caves, Les Chéraux, Les Courances, Les Effes, Les Fonds-de-Launay, Les Gaillards, Les Gounelles, Les Grandes-Goupillères, Les Guérines, Les Hautes-Renauderies, Les Lignes, Les Maitreaux, Les Mées, Les Mondains, Les Mousserons, Les Petites-Goupillères, Les Quatre-Bornes, Les Renondeaux, Les Richardières, Les Sablonnières, Les Vignes-de-la-Croix, Les Viollières, L’Étanché, L’Étang-Noquet, L'Habit, L'Oisillère, Marchebec, Massuet, Moulin-de-la-Roche-Berland, Moulin-de-la-Volette, Moulin-de-Ris, Neuville, Petit-Ris, Piproue, Ravin-des-Richardières, Richelieu, Ris, Sainte-Catherine, Saint-Lifard, Sauvaget, Taille-de-Bossay, Thouaré, Valclaise, Villechaise, Villejésus, Vinceuil, Virfollet
    Communes voisines: Charnizay, Preuilly-sur-Claise, Tournon-St-Pierre, Yzeures-sur-Creuse
    Blason de Bossay-sur-Claise

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire