Rilly-sur-Vienne

Rilly-sur-Vienne est une commune du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Rillois et les Rilloises.
Elle est citée sous les noms de: Villa de Ruillico (Xe siècle), Rilliacus et Relliacum (XIe siècle, cartulaires de Noyers et de Cormery), Reillé (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours) et Rilly (XIVe siècle). Rilly devient Rilly-sur-Vienne le 13 août 1920. Aux XIIIe et XIVe siècles, ce fief relevait de l'archevêché de Tours. Il appartenait à la famille Odart au XVIIIe siècle.
Coordonnées GPS de Rilly-sur-Vienne: 0°29'34"E - 47°03'22"N
Code INSEE: 37199 - Code postal: 37220 - Superficie: 1310 hectares
Altitudes: de 38 à 124 m
L'église Saint-Martin, construite au XIIe siècle (nef, carré du transept, base du clocher, chœur voûté en berceau en arc brisé et terminé par un chevet plat), a été agrandie au XVe siècle (chapelle seigneuriale voûtée sur croisée d'ogives à moulures prismatiques) et, en 1870, selon les plans de l'architecte Gustave Guérin (façade nord-ouest, première travée de la nef et chapelle nord voûtée comme celle du sud). La nef, en moyen appareil, est éclairée par des petites fenêtres en plein cintre dont la seconde, au sud, est surmontée par un linteau échancré. Le transept comprend une travée voûtée sur croisée d'ogives et liernes, aux arêtes abattues par un chanfrein. Le clocher octogonal peu élevé, surmontant la croisée du transept, a quatre de ses pans percés par des fenêtres en plein cintre.
Le linteau d'une porte latérale présente les armoiries de la famille Odart qui se blasonnent ainsi: d'or à la croix de gueules, chargé de cinq coquilles d'argent.
Le vitrail du chevet n'est pas signé mais il y figure les noms des donateurs: le curé Léon Habert et la famille Artault-Chevreau. Cette fenêtre du chevet, à remplage flamboyant, date du XIXe siècle. La plupart des autres verrières (essentiellement des grisailles) sont des œuvres de Julien Fournier (Tours).
Le manoir de La Pitonnière (ou de La Pictonnière) date du XVe siècle. Il possède un logis rectangulaire, prolongé vers l'ouest par une aile étroite, et une tour d'escalier polygonale, tous les deux couverts de toits en tuiles. Le logis présente des fenêtres à croisée de pierre dont les linteaux sont soulignés d'une fine moulure. Son porche d'entrée, composé d'une porte piétonnière et d'une porte charretière (toutes deux en plein cintre), est flanqué par une tour circulaire de défense couverte d'une coupole de pierre et percée de deux meurtrières circulaires. Un fragment du mur d'enceinte subsiste encore. Une des cheminée du logis, acheté en 1962 par le département, a été transférée dans l'une des salles de l'aile Louis XVII du Logis Royal de Loches.
Le château de Rilly a été bâti en 1840 par Ulysse Charbonnier.
Il a remplacé une forteresse édifiée au milieu du XIVe siècle puis remaniée au XVIIe siècle. Ce dessin de James Richard montre cette forteresse en 1837. Le logis est entouré, à gauche, par deux tours d'angle circulaires et, à droite, par une tour d'enceinte cylindrique en partie ruinée.
Aux Serruères, ce portail date de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle. Ces montants sont cannelés.
Il existe encore quelques loges de vigne sur le territoire de cette commune dont celle du lieu-dit Les Quatre-Vents.
A Gryère, il existe plusieurs fours à pain du XVIIe siècle.

A voir:
  • Les fermes anciennes et privées: Les Liots (XVe siècle), Le Vauthiou (XVIIe siècle), La Hulandière (XVIIe siècle), Les Touches (1693) et Perray (XVIIIe siècle).

Les lieux-dits: Fonbon, Gryère, La Basse-Gatée, La Bigeonnerie, La Chamardière, La Charterie, La Gilberdière, La Grande-Doucé, La Grande-Lande, La Haute-Gatée, La Haute-Pépinière, La Hulandière, La Petite-Doucé, La Petite-Lande, La Pitonnière, La Prillée, La Rebufière, La Serinière, Le Chêne-Vert, Le Vau, Le Vauthiou, Le Village-du-Bois, Les Barangeraies, Les Bénardières, Les Cornus, Les Liots, Les Monjalons, Les Petites-Vernières, Les Quatre-Vents, Les Serruères, Les Touches, Les Treuillets, Les Varennes, Les Vignaux, Perray, Vausselle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire