Noyant-de-Touraine

Noyant-de-Touraine est un village du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Noyantais et les Noyantaises.
Cette seigneurie, relevant du château de Sainte-Maure, appartenait aux Gébert, aussi seigneurs de Brou, du XVe au XVIIIe siècles. Au XIIIe siècle, ce bourg apparait sous le nom de Ecclesia de Noento (cartulaire de l'archevêché de Tours). Le suffixe "de Touraine" a été ajouté à son nom le 5 décembre 1925.
Coordonnées GPS de Noyant-de-Touraine: 0°33'40"E - 47°06'32"N
Code INSEE: 37176 - Code postal: 37800 - Superficie: 1374 hectares
Altitudes: de 51 à 103 mètres
L'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais a été construite en 1874 dans le style néo-gothique selon les plans de l'architecte tourangeau Rémy. Le clocher a été rajouté en 1890 par l'architecte Guérin fils. L'église primitive, du XIIe siècle, avait été agrandie au XVe siècle.
Les vitraux de cette église ont été signés conjointement par les maîtres-verriers tourangeaux Fournier et Clément.
Situé à l'Est de l'église, ce logis privé date du XVe siècle. Les lucarnes étroites de pierre à traverse permettent d'éclairer les combles. La façade Est (photo) et le pignon nord à rondelis de pierre ont gardé leur aspect primitif. Sur une carte postale du début du XXe siècle, cette demeure est appelée La Jaulnaie.
Exposé derrière la mairie, ce sarcophage mérovingien, avec un couvercle portant une croix à trois traverses, est l'un des 23 sarcophages découverts en 1962 au croisement de la D58 et de la D760.
Le château de Brou, édifié en 1475 par François de Gébert, seigneur de Noyant, a été modifié en 1867 (par le marquis de Moges) et en 1911. Il a remplacé une forteresse médiévale dont subsiste, au sud-ouest, un donjon circulaire sur une motte. Au nord, la façade, avec un avant-corps de trois étages flanqué de tourelles en encorbellement, est munies de portes et de croisées de pierre. En 1867, a été bâtie l'aile Est en retour d'équerre. Ce château possède une chapelle néo-gothique consacrée en 1864 (et renfermant des vitraux de 1868 de l'atelier Lobin) et un pigeonnier cylindrique.
De l'ancien château féodal de La Barre (milieu du XVe siècle), il ne reste que quelques vestiges. La façade sud présente, au premier étage, une fenêtre, encadrée d'une double baguette, qui a perdu sa croisée de pierre. La façade nord (photo) a conservé une baie à une traverse. De la chapelle d'une travée, attenante à l'ouest au logis à deux niveaux, on peut encore voir le départ de nervures prismatiques de deux arcs formerets, restes de la croisée d'ogives originelle.
Le logis fortifié (et privé) de Noizay a conservé des traces de ses murs d'enceinte avec archères et tours du XVe siècle. A cette époque, ce fief était qualifié d'hôtel fort et portait le nom de Nouezay. Du château, il ne subsiste qu'un bâtiment où, au rez-de-chaussée, se trouve une grande baie avec banquette de pierre. Près de la muraille, une petite salle voûtée a été transformée en cave.
Le lavoir communal des Besnaults (au nord du bourg) a été bâti en 1822 et restauré en 2008.
Il existe de nombreuses fermes anciennes sur le territoire de la commune.
Au sud du bourg, au lieu-dit Les Bouroflères, on trouve ce petit pigeonnier (XVIIe siècle) en pierres de tuffeau.
A cheval entre les communes de Noyant et de Saint-Épain, le viaduc ferroviaire de Besnault permet à la ligne de chemin de fer Paris-Bordeaux d'enjamber la vallée de la Manse grâce à ses 15 arches. Il mesure 303 mètres de long et 31 mètres de haut. Fini de construire en 1852 selon les plans de l'architecte Jules de la Morandière, il a été inauguré le 15 octobre 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III.

A voir:
  • Le logis privé du Ruau-Persil (Rivus Petrosus dans une charte de 1089) qui abrite une cheminée du XVe siècle. En 1612, il appartenait à Étienne Pallu, maire de Tours. C'était un fief relevant de Sainte-Maure. Dans le logis seigneurial, il existait une chapelle.

Patrimoine disparu
  • Le dolmen des Piraudière dont il reste très peu de traces. Sa table reposait sur deux pierres de 1,30 mètre de long et 1,50 mètre de haut. Il a été détruit vers 1880.
  • Le dolmen de La Hacherie qui a été vendu en 1848 pour entrer dans la construction du pont de chemin de fer de la Sauneraie.

Les lieux-dits: Baugé, Besnault, Castille, Château-de-Brou, Fayette, Forville, Fosson, Guille-Midi, La Barre, La Bellotière, La Cantinières, La Chatière, La Cigogne, La Croix, La Delletière, La Durandière, La Hacherie, La Jalletière, La Perrière, La Persillère, La Rarie, La Sauneraie, La Touche, L’Ébeaupin, Le Breuil, Le Champ-de-Grelet, Le Château, Le Marchais, Le Petit-Paris, Le Préau, Le Ruau, Les Bouroflères, Les Caves, Les Charbonnières, Les Cinq-Chemins, Les Colombelles, Les Cours, Les Loges, Les Loisis, Les Mouruaux, Les Patureaux, Les Piraudières, Montet, Noizay, Sanouva
    Communes voisines: Ste-Maure-de-Touraine, St-Épain, Pouzay

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire