Cheillé

Cheillé est un village situé à l'ouest d'Azay-le-Rideau. Ses habitants sont appelés les Cheillens et les Cheillennes.
Il a porté les noms de: Challium (1141, cartulaire de Turpenay), Chaillé (1290, pouillé de Tours), Chelleium (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours) et Cheillié (XVIIIe siècle, carte de Cassini). Ce fief relevait de la châtellenie d'Azay-le-Rideau. L'ancien prieuré-cure dépendait de l'abbaye de Mauléon.
Coordonnées GPS de Cheillé: 0°24'23"E - 47°15'38"N
Code INSEE: 37067 - Code postal: 37190 - Superficie: 4626 hectares
Altitudes: de 37 à 120 mètres
L'église Saint-Didier a été construite au XIIIe siècle (nef et base du clocher), puis agrandie aux XVe (abside et chœur à chevet plat), XVIe (chapelle sud) et XVIIIe siècles (collatéral de 1770). Le clocher repose sur quatre gros piliers carrés dont deux, à l'intérieur, sont flanqués d'une colonne engagée. Jadis, il se terminait par une flèche en pierre qui aurait été renversée par la foudre. La toiture actuelle date du XIXe siècle. La nef qui, au nord, est reliée à une petite chapelle, aboutit à un chœur rectangulaire dont le mur du chevet était percé par une grande baie en tiers-point qui fut remplacée, plus tard, par une fenêtre plus petite à remplage Renaissance. Au sud, le chœur communique avec une chapelle. Toutes les voûtes de l'église sont en brique et datent du XIXe siècle.
Cette église a la particularité d'avoir un chêne bicentenaire poussant dans son mur ouest, entre deux contreforts.
Elle renferme une statue en bois du XVIe siècle représentant le Christ en croix. Il a été replacé sur une croix en 1948 après avoir été longtemps relégué dans le clocher.
Le château de L'Islette a été édifié de 1530 à 1535, par les ouvriers ayant travaillé au château d'Azay-le-Rideau, pour Barjot, baron de Maillé. Le bâtiment principal, s'appuyant sur un édifice du XVe siècle en brique et en pierre, est flanqué de deux tours cylindriques. Au nord-est, se trouve une tour polygonale d'escalier. La façade sud et les tours ont conservé leur chemin de ronde avec mâchicoulis. La chapelle, voûtée d'ogives, est aménagée au rez-de-chaussée de la tour sud-est. Lors des étés 1891, 1892 et 1893, Auguste Rodin et Camille Claudel y séjournèrent. Auguste y fit poser M. Estager, voiturier à Azay, pour la statue de Balzac et Camille, la fille de Mme Courcelle, pour un bronze "La Petite Châtelaine".
Au début du XIXe siècle, les toitures des tours d'angle furent tronquées, les lucarnes démolies et les douves comblées. Cette gravure montre l'Islette avant ces modifications.
Sa porte sud est surmontée par un panneau finement sculpté entre les rainures de l'ancien pont-levis. Ce cartouche représente les armes des Barjot.
Son mur sud présente un cadran solaire.
La grande salle est, en partie, de l'époque de la construction du château. La cheminée, le plafond, la plinthe et le sommet des murs ont reçu une remarquable décoration.
Le château de La Cour-au-Berruyer (XVIe siècle) possède un logis rectangulaire de deux étages surmonté de lucarnes à croisée de pierre et à gâbles mutilés. Il était entouré de douves, en partie conservées, que franchissait un pont-levis disparu de nos jours. A droite du portail, on peut voir un petit pavillon avec deux fenêtres et lucarnes dont le chambranle est orné de pilastres, de médaillons et de rinceaux. Ce château remplace un château-fort du XIIe siècle. Ce domaine était un fief relevant de La Roche-Clermault et de Villaines.
Le château privé de La Roche a été édifié au XVIe siècle puis agrandi au XIXe siècle. En 1680, c'était un fief relevant de l'abbaye de Turpenay.
Le manoir privé de La Ploquinière (XVIIe siècle) possède un pigeonnier circulaire bâti, au XVIe siècle, en tuffeau jaune (ou pierre de Cheillé) dont le toit en tuiles est surmonté par un lanternon en ardoises.
Au 24 rue du Vieux-Chêne, on peut apercevoir le manoir privé de La Touche à travers les frondaisons. Il a été construit en 1535 pour Nicolas de La Valette. Sa façade principale est percée d'une porte accostée de pilastres soutenant un entablement surmonté d'un fronton triangulaire. Deux lucarnes sont rehaussées de gâbles et de pinacles. Au XIVe siècle, cet endroit s'appelait La Turpellerie.
Un autre château privé est difficile à observer à travers les feuillages, c'est celui de Chéniers (ou Chesniers). Bâti au XVIe siècle (logis principal élevé d'un étage et d'un comble), il a été agrandi au XVIIe siècle (pavillon nord au toit pyramidal). Les façades ont été remaniées et les fenêtres ont, pour la plupart, perdu leur croisée de pierre. Les lucarnes à croisée de pierre ont leurs jambages ornés de pilastres ioniques et sont surmontées par un gâble décoré d'une large coquille. On pénètre dans la cour du château par une porte cochère et une poterne flanquées de pilastres à chapiteaux ioniques et, jadis, surmontées de médaillons qui ont disparu.
Le manoir privé de La Rémonière a été édifié au début du XVIe siècle puis agrandi aux XVIIe (bâtiment dans le prolongement du manoir) et XIXe siècles (pavillon d'angle). Le manoir primitif a été construit sur les fondations d'une villa gallo-romaine. Ces fondations, composées de murailles parementées en petit appareil, sont visibles à la base des murs du manoir. Dans son parc, il existe un pigeonnier cylindrique. (photo: litteratur.fr)
A l'intérieur du manoir, on peut voir aussi les vestiges de la villa gallo-romaine.
Une des cheminées de La Rémonière date du début du XVIe siècle.
Le manoir privé de La Fondrière (XVe siècle) a été transformé en ferme. C'était un fief qui, au XVIIe siècle, appartint aux familles de Beauvau et de Choiseul.
Le manoir privé du Petit-Arrêt (XVIe siècle) a été restauré au XIXe siècle dans le style néo-Renaissance.
Le moulin à eau de L'Islette (XVIIIe siècle), sur l'Indre, possédait jadis deux roues hydrauliques: une roue à chaque pignon.
A La Chapelle-Saint-Blaise (23 rue de Chinon), ce logis privé à pan de bois date du XVIe siècle.
Toujours à La Chapelle-Saint-Blaise (2 rue du Parc), cette maison privée (XVIe siècle) présente, sur sa façade nord, une fenêtre à croisée de pierre. De l'autre côté, au sud, on peut voir une fenêtre à croisée de bois et une pièce avec des murs à colombage.
De nombreuses habitations troglodytiques existent encore à Cheillé, en particulier au lieu-dit Les Vallées.
Cheillé se trouve sur la zone des vins AOC d'Azay-le-Rideau. On trouve quelques loges de vigne sur le territoire de cette commune.
Au Grand-Chénier, ce puits à roue avec toit en charpente semble dater du XVIIIe siècle.
Il existe un autre puits ancien, de style bien différent, à La Baillière.
Cheillé possède son girouet dont la partie centrale représente le blason du village.

Patrimoine disparu
La chapelle Saint-Blaise avait été édifiée au début du XVIe siècle puis remaniée au XVIIIe siècle. Vendue le 9 mai 1791, elle est ensuite transformée en auberge (Hôtel du Grand-Cerf), en café (le café des Touristes), en silo à grains de la Coopérative Agricole de Touraine et, enfin, en habitation. Elle a été détruite en 1976. En 1869, il lui fut accolé une autre chapelle plus petite qui, abandonnée en 1880, fut rasée vers 1970.

A voir:
  • Les moulins du XIXe siècle: le Moulin-Neuf et le moulin du Roi.

Les lieux-dits: Baigneux, Baigneux-le-Bas, Baigneux-le-Haut, Barbechatte, Beau-Fou, Beaulieu, Beau-Poirier, Beauregard, Belle-Croix, Bois-Bourreau, Bourg-Cocu, Champs-Huault, Chêne-Feuillet, Chesnier, Fosse-l’Épine, Fosse-Plate, Fosse-Ronde, Goupilly, La Baillière, La Barbée, La Belle-Croix, La Brosse, La Cave, La Chapelle-Saint-Blaise, La Chauvelière, La Chesnaie, La Cour, La Courbette, La Croix-Delamain, La Croix-Taschereau, La Fondrière, La Fosse-aux-Loups, La Fosse-Laslin, La Gadouillère, La Gaillarderie, La Gouzillerie, La Grande-Grange, La Herpinière, La Jagée, L'Andruère, La Noue-du-Poirier, La Petite-Chauvelière, La Ploquinière, La Poterie, L'Arche-du-Mai, La Rémonnière, La Roche, La Roderie, La Rousselière, La Salpêtrerie, La Surprise, La Taconnière, La Tendrinière, La Touche, L'Auberdière, La Vaunoire, L’Ébaupinaie, Le Breuil, Le Buisson-Rond, Le Carroi-des-Larrons, Le Chêne-de-Rivarennes, Le Chesnier, Le Fort-des-Anglais, Le Grand-Arrêt, Le Grand-Javesnon, Le Loup-Pendu, Le Marchais-du-Héron, Le Maupas, Le Petit-Arrêt, Le Petit-Javesnon, Le Peu, Le Peu-Moyen, Le Piquelin, Le Rang-du-Bois, Le Rouillard, Le Signal, Le Temple, Le Vaudour, Le Vaujoin, Le Vaurichard, Les Bornes, Les Bretons, Les Brûlis, Les Champs-Marie, Les Charges-d'Ânes, Les Cheminières, Les Croisettes, Les Fougères, Les Grandes-Noues, Les Pertégaux, Les Princes, Les Rousseaux, Les Trompées, Les Vallées, Les Verdelets, L'Islette, Lureau-Barbereau, Maison-Rouge, Marchais-des-Trembleaux, Montison, Moulin-du-Roi, Moulin-Neuf, Ombre-Douce, Pierre-Rouge, Pinçon-Moreau, Près-de-la-Chapelle, Quimpélé, Ravin-de-la-Gaudinière, Ravin-de-la-Nauraie, Saint-Hubert, Vallon-du-Maupas, Ventes-Callot
    Blason de Cheillé

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire