Chaumussay

Chaumussay est une commune du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Chaumusséens et les Chaumusséennes.
Elle a porté les noms de: Parochia de Chaumuçay (1220, 1230 et 1240, cartulaire de la Merci-Dieu), Chamuçay (1225, cartulaire de la Merci-Dieu), Chaumucayum (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours), Chaumuçay (1290, pouillé de Tours) et Parochia de Chaumucaio (1360, charte du roi Jean). La châtellenie relevait du château de Preuilly. Au XIVe siècle, ce territoire était la possession Jean Le Meingre dit Boucicaut, maréchal de France. Le village était le siège d'un prieuré dépendant de l'abbaye de Fontgombault.
Coordonnées GPS de Chaumussay: 0°51'49"E - 46°52'18"N
Code INSEE: 37064 - Code postal: 37350 - Superficie: 1915 hectares
Altitudes: de 60 à 135 m
L'église Saint-Médard a été construite au XIIe siècle (clocher, façade, chœur, abside semi-circulaire). La porte en plein cintre de la façade ouest est située dans un avant-corps. Elle présente trois voussures dont la première est engendrée par les pieds-droits et dont la seconde et la troisième retombent sur des colonnettes logées dans les retraits des jambages. L'archivolte est ornée d'entrelacs et de rinceaux. Le nef, couverte d'une fausse voûte en berceau de plâtre, et les deux collatéraux, reliés à la nef par trois arcades, datent du XIXe siècle. La nef aboutit à une travée dont la voûte est soutenues par une croisée d'ogives de section carrée dont les arêtes ont été abattues par un chanfrein et qui retombent sur des morceaux de colonnes situés dans les angles. Le chœur est composé d'une travée voûtée en berceau en plein cintre et est éclairé par deux fenêtres aussi en plein cintre circonscrites par un tore et une ligne de chevrons. L'abside est épaulée par quatre colonnes engagées dont les chapiteaux sont décorés de feuilles. Elle est couronnée par une corniche soutenue par des modillons grotesques. Cette abside présente trois fenêtres, identiques à celles du chœur, qui sont soulignées à l'intérieur par un bandeau festonné. Au sud, le clocher en bâtière possède, sur chaque face de son étage supérieur, une grande fenêtre unique en plein cintre, dont les deux voussures reposent sur des colonnettes.
La chaire en bois a été fabriquée par l'abbé Brung à la fin du XIXe siècle.
Plusieurs vitraux (photo: saint Gatien) sont signés par le maître-verrier Ernest Stelzl (Nancy). La verrière de la façade, au dessus du porche, est une œuvre de L. Lobin.
Le presbytère est, en fait, une ancienne maison forte du XVe siècle.
Près de l'église, une statue de Jeanne d'Arc a été le 13 septembre 1896.
La grange, située près de l'église, serait une ancienne grange dîmière.
Une de ses fenêtres a été aménagée en entrée (en zinc et bois) de pigeonnier.
Le logis privé des Reuilles (XVe siècle) possède 42 trous de boulins muraux (nids de pigeons) répartis sur sa façade Est, du côté de la cour (ouest) et sur son pignon sud.
Le manoir privé de La Villatte (XVe et XVIe siècle) comprend un long corps de logis dont l'étage et le comble sont desservis par un escalier renfermé dans une tour cylindrique éclairée par quatre baies dont deux meurtrières. et coiffée d'une poivrière de tuiles. Cette tour est couverte par un toit en poivrière. C'est un ancien fief. (photo PCIL)
Le manoir privé de La Chevrie (XVIe siècle) présente un corps de logis à haut toit pyramidal, couvert de tuiles plates. Les différents niveaux sont desservis par une tour carrée d'escalier. Sa façade a gardé, à l'étage, une fenêtre à croisée de pierre. C'est un ancien fief. (photo PCIL)
La Sinjoierie est un logis fortifié du XVIIe siècle. L'enceinte, en moellons, n'a qu'une porte d'entrée, au nord, encadrée par deux tours rondes d'angle, coiffées de poivrières. Celle du nord-ouest (à droite) renferme un fournil alors que celle du nord-est (à gauche) abrite un pigeonnier. Le logis est accompagné par un pavillon carré. C'est aussi un ancien fief. (photo PCIL)
A l'entrée nord du village, la fontaine Saint-Marc présente une importante concrétion calcaire ayant la forme d'une tête animale.
Son eau, autrefois réputée guérir les problèmes de vue, a attiré un pèlerinage annuel jusqu'en 1971. Elle émane d'une source située sous cette statue.
Près de cette source, se trouve une grotte artificielle dite de l'Enfant-Jésus.
Derrière l'église, on peut découvrir ce puits du XVe siècle.
L'entrée de l'école est signalée par ces crayons de couleur géants.

A voir:
  • Le menhir de La Prade (ou de La Touche), prés de la ferme des Rivaux (1,50 mètre de haut, base de 1,60 mètre sur 0,95 mètre).
  • Les vestiges du logis (XVe siècle) de La Grange-de-la-Caillère, un ancien fief: porte à accolade, fenêtres à croisée de pierre, pilastres, ...
  • Les restes de la chapelle de Millet, un ancien fief, qui fut fondée au XVe siècle: un pignon triangulaire en moyen appareil et une cheminée.
  • La Prade a conservé une cheminée du XVe siècle, les traces d'une chapelle et un souterrain désormais comblé.

Les lieux-dits: Benais, Flambart, Foux, Jussay, La Basse-Caillère, La Bionnerie, La Boissière, La Chevrie, La Courette, La Garenne, La Grande-Caillère, La Lardière, La Muanne, La Petite-Caillère, La Prade, La Rocherie, La Sanglinière, La Saulais, La Sinjoierie, La Trochère, La Varenne, La Vilatte, Le Bout-des-Champs, Le Breuil, Le Carroir, Le Moulin, Le Moulin-de-Benagu, Le Paradis, Le Petit-Carroir, Le Peuré, Le Puits, Le Ris, Les Bardons, Les Basses-Thurinières, Les Bonneaux, Les Carêmeaux, Les Chaumes, Les Fripières, Les Genêts, Les Grattons, Les Jarossières, Les Lions, Les Marinières, Les Reuilles, Les Rivaux, Les Viaullières, Millet, Picosson, Piedoye, Pied-Sec, Saunay, Tivoli, Village-du-Bois, Virallier
    Blason de Chaumussay
    Source: L'Armorial de France

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire