Maillé

Maillé est une commune du sud de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Maillaciens et les Maillaciennes.
Elle a porté les noms de Maillé-Argenson (1791) puis de Maillé-Lailler (XIXe siècle). Le fief d'Argenson, possession de la famille Voyer depuis le XVIe siècle, fut érigé en marquisat en 1716 au profit de Marc René de Voyer d'Argenson, garde des Sceaux.
Coordonnées GPS de Maillé: 0°34'52"E - 47°03'08"N
Code INSEE: 37142 - Code postal: 37800 - Superficie: 1567 hectares
Altitudes: de 43 à 110 m
Le 25 août 1944 (jour de la libération de Paris), le village fut incendié et 124 habitants (37 hommes, 39 femmes, 48 enfants de moins de 15 ans dont 26 de moins de 5 ans et 2 bébés) furent massacrés par les troupes nazies. 52 maisons ont été détruites, 8 maisons n'ont pas subi de dommages trop importants. Cette stèle commémorative, érigée en 1946, est l’œuvre du sculpteur Gaston Watkin et des architectes M.-P. Chalumeau et P. Mondineu.
La Maison du Souvenir, inaugurée le 25 août 2008, est un lieu de mémoire dédié au massacre de Maillé. On y découvre des pièces d'archive et des photographies mais aussi des documents audio et vidéo.
L'église Saint-Martin a été construite au XIe siècle (mur nord de la nef). Sa façade romane, avec un porche à double voussure, date du XIIe siècle mais elle a été restaurée au XVe siècle.
Cet édifice a été agrandi au XVe siècle (chapelle seigneuriale et chœur ogival à chevet plat).
Cette église renferme une statue en bois polychrome de sainte Barbe (XVIIIe siècle).
Le vitrail du chevet, signé par J. Fournier (Tours, 1895), représente saint Martin (en haut), saint Charles Borromée et sainte Marie-Madeleine.
Le château privé d'Argenson (1670) possède encore un pigeonnier circulaire érigé en 1683 (à droite de la photo). Ce château, jamais achevé, a remplacé une forteresse édifiée entre 1436 et 1445 par Jean Gueffault, seigneur d'Argenson, avec l'accord du roi Charles VII.
Près du château, l'église du Père-Éternel, dont la construction a débuté en 1667, a été bénie le 15 août 1671. A l'époque, la nef est flanquée de quatre chapelles. En 1673, la chapelle funéraire des Voyer d'Argenson est ajoutée. Argenson a formé une paroisse de 1666 à 1791. Situé derrière l'église, le presbytère date de 1736. (photo: litteratur.fr)
Le manoir privé de La Chetallière est une gentilhommière fortifiée des XVe et XVIe siècles qui a conservé ses murs de défense surmontés d'un chemin de ronde, son portail à mâchicoulis et ses quatre tours d'angle (trois tours rondes et une tour carrée). Une des tours cylindriques a été transformée en pigeonnier.
La ferme fortifiée (et privée) de Pessé (XVIe siècle) a gardé son pigeonnier carré (au centre de la photo) et une tour circulaire arasée et couverte d'un toit en ardoise (à gauche).
Au lieu-dit La Heurtelière, il existe un pigeonnier circulaire du XVIe siècle. Il appartenait à une ferme incendiée le 25 août 1944.
La métairie privée de La Roche-Ramé (XVIe siècle) a toujours son pigeonnier de plan carré. Par contre, le manoir dont elle dépendait a disparu. Sa chapelle (1527), dédiée à sainte Barbe, n'existe plus. Encore présente en 1787, elle est signalée sans charpente ni toit en 1817. En ce lieu, on a découvert de nombreux souterrains.

Les lieux-dits: Barcelone, Beauregard, Bois-Adrien, Bois-Semé, Bulande, Château-d'Argenson, Ferme-d'Argenson, Gâte-Bourse, La Babinière, La Bichonnerie, La Borderie, La Braudière, La Bruyère, La Chapelle, La Chaume, La Chetallière, La Cigogne, La Coupellière, La Fétière, La Forgeais, La Gaudinière, La Guetterie, La Guignardière, La Guisquière, La Heurtelière, La Loge, La Mousselière, La Pinardière, La Poulinière, La Rabaudière, La Roche, La Varenne, Le Moulin, Le Pérou, Le Pressoir, Les Aubœufs, Les Doucets, Les Éguets, Les Godins, Les Mérys, Les Pies-Ferrées, Nimbré, Pessé, Rut-de-l'Âne, Taille-de-Pessé, Village-des-Champs, Villière, Villiers
    Communes voisines: Draché, La Celle-St-Avant, Nouâtre, Ste-Maure-de-Touraine, Pouzay

    Blason de Maillé

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire