Truyes

Truyes est un village situé au sud-est de Tours, sur la rive droite de l'Indre. Ses habitants sont appelés les Troïciens et les Troïciennes.
Dans la cartulaire de l'abbaye de Cormery, il a porté les noms de: Villa Troicis (844), Troium (860), Troilis (1007-1025), Troillum villam (1026), Trolium (1123), Troilo (1139), Sancti Martini de Trois (1180), Trois, Truies, Truys (XIIIe siècle). Par la suite, il s'est appelé: Truies (1290, pouillé de Tours), Truys, alias Troys (1357-1363, cartulaire de l'archevêché de Tours), Truis (XVIIIe siècle, carte de Cassini). Le prieuré-cure appartenait à l'abbaye de Cormery.
Coordonnées GPS de Truyes: 0°51'02"E - 47°16'21"N
Code INSEE: 37263 - Code postal: 37320 - Superficie: 1639 hectares
Altitudes: de 57 à 99 mètres
Cours d'eau: la Truyes, affluent de l'Indre
L'église Saint-Martin (église souvent ouverte), construite au XIIe siècle (nef et clocher), a été modifiée aux XVe (porte de la façade et porte latérale Nord) et XVIe siècles (chœur, abside et chapelle Nord).
Le tiers supérieur du mur Nord de la nef a été refait. La façade est percée d'une porte en arc brisé qui a remplacé, au XVe siècle, la porte en plein cintre primitive. La porte latérale Nord, de la même époque, est aussi en arc brisé. La nef unique comprend trois travées voûtées d'un berceau en plein cintre soutenu par des doubleaux. A gauche de la nef, une petite chapelle fut rajoutée postérieurement à la construction de l'église. Le chœur est couvert d'un berceau brisé et terminé par une courte abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Cette abside est éclairée par trois fenêtres en plein cintre. Au Nord du chœur, une grande chapelle, voûtée sur croisée d'ogives, date du XVIe siècle.
Le clocher carré présente, sur chaque face, cinq étages de fenêtres. Le premier étage n'a qu'une baie en plein cintre de chaque côté. Les fenêtres des quatre étages supérieurs sont géminées. Au second, les voussures retombent sur trois colonnettes (une médiane et deux latérales). Au troisième et quatrième, il n'y a qu'une colonnette médiane séparant les baies géminées. La plupart de ces colonnettes ont été refaites. La tour est couronnée par une flèche octogonale moderne accompagnée par quatre lucarnes d'angle.
Cette église possède plusieurs vitraux. Celui-ci, représentant Saint-Martin partageant son manteau, est signé par le maître-verrier L. Duclos (Le Mans, 1878). Quatre autres verrières sont des œuvres de L. Lobin (Tours, 1880 et 1881). J. Fournier (Tours, 1886) et Lux Fournier (Tours, 1910) sont les auteurs chacun d'un vitrail.
Près de l'entrée, cette statue de saint Martin a été réalisée par Jean-Charles Avisseau au milieu du XIXe siècle.
Le confessionnal est en marbre.
La chapelle Saint-Blaise, construite au XIIe siècle en blocage de meulière (nef, clocher carré et portail en arc brisé), a été agrandie au XVIe (chœur et abside semi-circulaire). Le clocher est percé par des petites fenêtres en plein cintre. Cette chapelle a été vendue comme bien national en septembre 1791. Elle a été restaurée en 1986.
Le château de Bel-Air a été bâti de 1921 à 1923 selon les plans de l'architecte Paul Bataille. Il était la propriété de la famille Oudin.
Près de l'église, ce pigeonnier circulaire, dépendant du château de Bel-Air, aurait été construit en 1921.
Le manoir privé de Chaix, construit en 1529, a été remanié au XVIIIe siècle. Il a remplacé une forteresse du XIIIe siècle entourée de douves et de tours. Le corps de logis présente deux niveaux à trois baies, des combles éclairés, côté Ouest, par deux lucarnes (XVIIIe siècle) et, côté Est (photo), par trois lucarnes à croisée de pierre et à fronton triangulaire. La façade Ouest possède, au centre, un fronton triangulaire percé d'un oculus. Celle de l'Est est flanquée par une tour pentagonale d'escalier. Le logis est entouré par deux pavillons dont celui de l'Ouest possède une charpente à la Philibert Delorme. De l'ancienne forteresse subsistent trois tours dont une ruinée. Il possédait un pigeonnier carré.
En contrebas de l'église, un petit aqueduc romain, voûté en plein cintre, est encore en eau.
Il débouche sur un canal qui a été transformé en lavoir avec cinq postes de lavage.
La croix de l'Apothicairesse (XVIIe siècle) est située près de la ferme de La Gautellerie (au Nord du bourg). Cette croix porte l'inscription reminescere (rappelez-vous). D'après la tradition, la femme d'un apothicaire aurait trouvé la mort dans ce lieu en cueillant des fleurs médicinales pour son mari.
Au 51 rue Charentais, un châtaignier mesure 18 mètres de haut.
Son tronc a une circonférence de 6,20 mètres à 1,30 mètre du sol.

A voir:
  • L'ancien four à chaux de La Galloterie.
  • Les loges de vigne aux Hallebardeaux et à Forge.

Les lieux-dits: Bordebure, Brosdail, Candy, Chaix, Champs-Chrétiens, Champsoreau, Charentais, Château-Jouan, Clos-du-Paradis, Derrière-la-Gautellerie, Devant-Bordebure, Gâte-Acier, Grand-Bois, Grands-Bois, La Blonnerie, La Boissière, La Cartonnerie, La Gabloterie, La Garenne, La Gautellerie, La Grande-Vallée, La Grue, La Mitronnerie, La Patterie, La Roche-Pipard, La Villaudière, Le Buisson-Pouilleux, Le Faubourg, Le Feuillet, Le Fougerais, Le Tripot, Les Barrières, Les Brossards, Les Chaumes, Les Delanoues, Les Frandalais, Les Gilleteries, Les Grandes-Maisons, Les Granlineries, Les Hallebardeaux, Les Hallebarderies, Les Huit-Arpents, Les Pelouses, Les Taillettes, Les Terrages, Pointe-de-Farcé, Prairie-de-la-Vacherie, Sables-de-Saint-Blaise, Saint-Blaise, Taille-des-Moreaux, Tailles-de-la-Boissière, Tour-Carrée, Vallée-du-Feuillet, Vauzelle
    Blason de Truyes

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire