Saint-Ouen-les-Vignes

Saint-Ouen-les-Vignes est une commune du nord-est de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Audoniens et les Audoniennes.
Elle apparait sous le nom de Pinus (852, acte de Charles le Chauve). Elle a aussi porté le nom de Saint-Ouen-du-Bois. Le fief relevait de Château-Renault et d'Amboise. En 1048, l'église fut donnée à l'abbaye de Marmoutier.
Coordonnées GPS de St-Ouen-les-Vignes: 0°59'45"E - 47°28'01"N
Code INSEE: 37230 - Code postal: 37530 - Superficie: 1855 hectares
Altitudes: de 63 à 116 m
L'église Saint-Ouen (église toujours fermée), construite au XIe siècle (nef), a été agrandie en 1584 (chœur et collatéral nord lambrissé à quatre travées) et au XVIIe siècle (clocher, chapelle Saint-Laurent de 1682). En 1890, une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four a été rajoutée.
De la nef de l'église du XIe siècle, ont subsisté la façade et la moitié ouest du mur sud. Ce mur est épaulé par deux colonnes-contreforts non appareillées. La nef est couverte en charpente avec berceau de bois du XIXe siècle. Le collatéral nord comporte quatre travées auxquelles correspondent, extérieurement, quatre pignons. Ces travées sont reliées à la nef par quatre arcades en plein cintre. Elles sont couvertes en charpente avec lambris du XIXe siècle, enduits de plâtre.
Elle possède un porche charpenté (ou caquetoire) du début du XVIIe siècle.
Dans ce caquetoire, on peut observer une pierre gravée de 1678.
Cette église renferme un petit médaillon en camaïeu du XVIe siècle qui représente sainte Anne et la Vierge. Ce médaillon a été incorporé dans la verrière de la première travée du collatéral.
Un petit orgue, en fait un orgue de salon, a été offert par la famille de Bellaing et fut installé dans l'église en 1892. Il proviendrait du château de Chanteloup (Amboise)
Le château de Saint-Ouen a été construit en 1680 par Charles de Vigarany, intendant des menus plaisirs du Roi. C'est lui qui avait réalisé la machine de Marly à la demande de Colbert. Cet édifice remplace un château muni d'un pont-levis qui avait été bâti à la fin du XVIe siècle par Pierre Gabriel de Mollan. Il se compose d'un corps de logis principal flanqué de pavillons.
Le manoir privé du Morier a été édifié au XVIIe siècle.
Dans la rue Jules-Gautier, sur la clef de l'arcade de cette porte charretière en plein cintre sont gravées la devise Satis cui satis et la date 1655.
Dans la rue de la Poste, un cadran solaire ancien est visible sur la façade d'une maison privée.
Il existe deux lavoirs sur la Ramberge: celui du bourg (1ère photo) et celui de Pont-Chalet (2ème photo).
Des loges de vigne sont encore visibles sur le territoire de cette commune comme celle des Perrons.
L'ancienne Boulangerie-Pâtisserie est toujours en activité.

A voir:
  • Le moulin à eau privé de Launay.
  • Le pigeonnier cylindrique du Buisson (fin XVIe siècle) dont la base est plus petite que le reste du pigeonnier.
  • Les vestiges de l'ancien camp retranché de Châtres comprennent des fossés et les ruines d'un logis du XVe siècle avec cheminée ornée d'épis sculptés.

Les lieux-dits: Beaubœuf, Bel-Air, Bois-de-la-Vacherie, Bois-du-Mont, Canevaux, Châtre, Crouteau, Gerbault, Jupault, La Bourdonnerie, La Cailloterie, La Cantinière, La Charmetrie, La Clarsière, La Foucaudière, La Garenne-du-Pin, La Gaudinellerie, La Grand-Hardière, La Grosse-Haie, La Guénardière, La Haie, La Hargandière, La Haute-Renauderie, La Longueterie, La Maillaudière, La Mardelle, La Montagne, La Perrée, La Pinière, La Rivaudière, La Rourètrie, La Saboterie, La Taponière, Le Bois-Régnier, Le Buisson, Le Carroi-à-Lauze, Le Fou, Le Jeune-Jouet, Le Joneau, Le Mail, Le Morier, Le Moulin-Rouge, Le Parc, Le Petit-Grillon, Le Petit-Lieu, Le Pin, Le Plessis, Le Poirier-Croqué, Le Poirier-Pelé, Le Puits-Chauvé, L’Érable, Le Vau, Le Vigneau, Les Gâts, Les Genêts, Les Genièvres, Les Longs-Champs, Les Niverdières, Les Perrons, Les Roches, Les Souchardières, L'Orchevau, Moulin-de-Launay, Pont-Chalet, Sauleux, Taille-de-la-Mourrie, Tripe-Genêt

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire