Sorigny

Sorigny est une commune située au sud de Tours. Ses habitants sont appelés les Sorignois et les Sorignoises.
Elle a porté les noms de: Soriniacus (XIe siècle, charte de l'abbaye de Beaumont), Soreigné (1290, pouillé de Tours), Ecclesia de Sorigneyo (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours) et Sorigné (1358, cartulaire de l'archevêché de Tours). Une charte de Robert le Pieux de 1031 fonde cette paroisse. Au XIIIe siècle, il existait une aumônerie des seigneurs de Montbazon. Autrefois, il y avait deux fiefs: la prévôté appartenant au chapitre de la cathédrale de Tours et la Tour de Sorigny relevant du baron de La Haye.
Coordonnées GPS de Sorigny: 0°41'41"E - 47°14'28"N
Code INSEE: 37250 - Code postal: 37250 - Superficie: 4342 hectares
Altitudes: de 68 à 123 mètres
L'église Saint-Pierre-ès-Liens a été reconstruite en 1866. De l'église romane primitive (bâtie en 1007), il ne reste que la base du clocher carré qui contient une cloche en bronze de 1745 portant l'inscription: "L'an 1745 j'ai été bénite du temps du sieur Pierre Barat, curé. Parrain: M.A.E Pierre Paul Dombarde de Beaulieu, conseiller honoraire du Roy en son grand conseil, seigneur de Montisou et autres lieux. Marraine: Dame Françoise du Boucher, épouse de M.R.E Gilles Anguilles des Ruaux, trésorier de France honoraire au bureau des finances de Soissons, seigneur de Thais et autres lieux". Ce clocher a été détruit en 1898 puis rebâti au début des années 1900.
La base de ce clocher conserve une peinture murale du XIIIe siècle montrant la Crucifixion.
Cette statue en bois de chêne (XVIe siècle) représente sainte Barbe.
Un Christ en Croix (en bois) date du XVIIe siècle.
Les vitraux (fin du XIXe siècle) sont signés par les ateliers tourangeaux Lobin et Fournier (photo: la Charité de saint Martin par Julien Fournier en 1886).
Le château privé de Longue-Plaine a été reconstruit (le logis) vers 1715 sur les ruines d'un château féodal de la fin du XIe siècle. Ensuite, il a été agrandi en 1843 sous la direction de l'architecte Phidias Vestier. Par contre, les deux tours datent des XVe et XVIe siècles.
Près de ce château, cette tour (peut-être un ancien pigeonnier) est ce qui reste, avec des vestiges de douves, du manoir de Montison (XVe siècle), aujourd'hui remplacé par une exploitation agricole. Montison était un fief relevant de Montbazon.
Ce pigeonnier cylindrique était une dépendance du château de Thais (XVIe siècle) qui a été démoli en 1853. Ce château présentait un logis carré flanqué de quatre tours d'angle. Des vestiges de douves carrées sont situés à environ 150 mètres à l'ouest du pigeonnier. Thais était un fief relevant de l'archevêché de Tours.
Ce pigeonnier du XVIIe siècle a été restauré en 2015-2016. Il renferme 600 boulins (nids de pigeons).
Le monument aux morts (place de la Mairie) a été conçu, en 1923, par le sculpteur Marcel Gaumont (Grand prix de Rome) et par l'architecte Maurice Boille.
Au 53 rue Nationale, cet ancien relais de poste, appelé La Maréchalerie, a été construit vers 1746. Il se trouvait au bord de la route royale d'Espagne ouverte en Touraine à cette époque. On y trouvait l'atelier d'un maréchal-ferrant-charron, chargé de l'entretien des chevaux et des diligences. Napoléon Ier s'y serait arrêté le 22 janvier 1809. Le logis présente un balcon en fer forgé, un linteau sculpté et une corniche denticulée.
Au 11 rue de Louans, ce logis du XIXe siècle présente une façade très décorée: médaillons sculptés, palmes, pots, lucarnes et œils-de-bœuf en zinc.
Au nord du bourg, au lieu-dit La Métiverie, un lavoir privé est alimenté en eau par une fontaine.
Sur le mur d'une maison de la rue Nationale, on peut encore observer cette ancienne publicité peinte vantant les mérites des huiles Renault.

A voir:
  • Les deux fours à chaux de 1842 et 1854.
Patrimoine disparu

- Le manoir de Montison (XVe siècle).
- Le logis seigneurial de La Tour-d'Isoré (XIVe siècle ?) dont la dernière tour fut démolie vers 1910. Il en subsiste des communs.
- Le château de Thais (XVIe siècle).
    - Le lavoir, dans le bourg, qui était alimenté en eau grâce à une éolienne. Il a été détruit pour pouvoir construire la laiterie coopérative de Sorigny.

    Les lieux-dits: Beau-Chêne, Bel-Air, Bois-Neuf, Bordebure, Bourg-Cocu, Cesnay, Crétinay, Creuzeau, Genevray, La Bautière, La Belessière, La Bérangerie, La Billotière, La Bougrie, La Bourrellerie, La Bourde, La Cénetrie, La Couperie, La Coutancière, La Dégessière, La Denillère, La Ferrandière, La Fleuriette, La Frogerie, La Gérandelière, La Gibaudière, La Girandelière, La Grande-Boissière, La Lyonnerie, La Margallerie, La Martin, La Métiverie, La Monnaie, La Niverdière, La Nouillère, La Petite-Bautière, La Petite-Boissière, La Petite-Bougrie, La Petite-Ferrandière, La Petite-Lyonnerie, La Petite-Poste, La Pointe, La Poitevinière, La Pommeraie, La Poste, La Primaudière, La Rèmerie, La Rétrie, La Ripaudière, La Simaudière, La Tour-d'Isoré, La Viorne, Lassy, L’Ébaupin, Le Bois-Charron, Le Bois-Saint-Maurice, Le Breuil, L’Échallerie, Le Châtelet, Le Cheval-Blanc, Le Four-à-Chaux, Le Gouret, Le Lion-d'Or, L'Enfer, Le Petit-Cesnay, Le Pot-aux-Moreaux, Le Verger, Les Acacias, Les Bails, Les Beaux-Mortiers, Les Bertinières, Les Buissarderies, Les Champs-Meunier, Les Chevillons, Les Gagneraies, Les Genièvres, Les Gilets, Les Girardières, Les Glaumières, Les Goderies, Les Gravelles-Caltries, Les Liboreaux, Les Marécages, Les Millardières, Les Mottes, Les Perraults, Les Petites-Mottes, Les Prasteaux, Les Renardières, Les Ruaux, Les Titis, Les Trois-Chênes, L'Esturgeonnerie, Les Turpeaux, L'Oclinière, L'Officière, Longue-Plaine, Maltache, Montison, Nétilly, Nouis, Taille-des-Bodins, Taille-des-Gilets, Thais, Vau-Précieux
      Blason de Sorigny

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire