Druye

Druye est un village du centre-ouest de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Druyens et les Druyennes.
Il a porté les noms de Terra de Droe (1080, cartulaire de l'abbaye de Noyers) et de Dreia (1100, cartulaire de l'abbaye de Fontevraud). Le fief, ayant relevé de La Chevrière, a appartenu à l'abbaye de Noyers puis aux seigneurs de Colombiers (Villandry).
Coordonnées GPS de Druye: 0°32'21"E - 47°18'31"N
Code INSEE: 37099 - Code postal: 37190 - Superficie: 2287 hectares
Altitudes: de 69 à 101 m
L'église Saint-Pierre (église souvent ouverte), construite au XIIe siècle (nef unique couverte en charpente, chœur d'une travée voûtée en berceau brisé, abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four et éclairée par trois fenêtres en plein cintre), a été agrandie en 1519 (chapelle dédiée à la Vierge). Le 14 mai 1562, elle fut pillée et partiellement détruite par les huguenots. Au nord, un collatéral bâti vers 1519, relié à la nef par deux arcades, aurait disparu lors de cette attaque. Elle a été restaurée en 1770 (avec adjonction d'un porche latéral en charpente donnant accès à la chapelle). Ce sanctuaire a remplacé une église du Xe ou du XIe siècle.
Son clocher-porche, masquant en partie la façade, date du XVIIIe siècle.
Les murs du chœur et de l'abside sont entièrement couverts de peintures murales réalisées par un prêtre au début du XXe siècle.
Cette église renferme une statue en pierre (début du XVe siècle) représentant la Vierge à l'Enfant.
Près de l'église, on peut observer cette ancienne croix qui devait être une croix de chemin ou de cimetière réimplantée à cet endroit.
Le manoir privé de La Becthière (ou La Bectière, ou La Becquetière), bâti à la fin du XVe siècle, a été modifié au XVIIe siècle (porte centrale de la façade, escalier à rampe droite et à balustres moulurés dans le vestibule). Le logis possède trois tourelles d'angle en encorbellement (la quatrième a été détruite). Sa toiture est supportée par une charpente en carène de navire renversée. Ce lieu était un fief relevant d'Avaloux.
Sa chapelle, couverte d'une fausse voûte en plâtre, a été reconstruite entre 1673 et 1675 puis restaurée au début des années 2000. Sa porte en anse de panier est surmontée d'un oculus. Sa haute toiture à quatre pans est coiffée par un clocheton récent.
Le logis fortifié (et privé) des Ténières ou des Quatre-Tourelles (XVIe siècle) possède quatre tours d'angle rondes surmontées de toits en poivrière (photo PCIL).
Dans la rue des Vignes-de-Renault, ce lavoir de 1909 était alimenté par l'eau d'un puits grâce une éolienne. En 1960, sa charpente, en ruines, a été rasée. Cette charpente a été refaite en 2013-2014. Son bassin, servant de bac à fleurs, sera remis en eau.

Les lieux-dits: Bois-de-la-Ronde, Bois-des-Touches, Bois-Tireau, Clos-de-la-Becquethière, Devant-des-Tènières, Forêt-de-Villandry, Genièvre, La Becquetière, La Bernassière, La Bonnnevau, La Croix-des-Quarts, La Fagotière, La Feignière, La Ganeraie, La Gautraye, La Girarderie, L'Aiguillon, L'Aireau, La Joubardière, La Laurinière, La Martinière, La Messandière, La Petite-Fagotière, La Pièce-de-l’Étang, La Pièce-Renardier, La Prudhommière, La Ragasse, La Rauderie, La Recoulière, La Rouillère, La Sansonnière, La Sicoterie, La Turpinière, Le Baillin, Le Besseau, Le Bois-Chevalier, Le Chêne-Villier, Le Chevallet, Le Genièvre, L’Égronnière, Le Moulin-Taureau, L'Enguillement, Le Pain, Le Pas-du-Bois, Le Patouilleau, Le Platet, Le Prieuré, Le Ruau, Le Saule-Durand, Le Sicot, Les Baillières, Les Basselleries, Les Bertelines, Les Bruères, Les Caves, Les Gasniers, Les Hayes, Les Joncs, Les Missoudets, Les Morinières, Les Nouzillers, Les Quatre-Tourelles, Les Robinières, Les Roulettes, Les Tènières, Migné, Plaisance, Rome, Rondeux, Roujoux, Sauloup

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire