Ferrière-sur-Beaulieu

Ferrière-sur-Beaulieu est un village du sud-est de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Ferrièrois et les Ferrièroises.
Il apparait sous le nom de Ferrariae (1105, charte de l'abbaye de Villeloin). En 1305, il est nommé Ferrières-sur-Beaulieu sur le cartulaire du Liget. L'ancien prieuré, fondé au XIIIe siècle par Dreux de Mello, relevait de l'abbaye de Miseray en Berry.
Coordonnées GPS de Ferrière-sur-Beaulieu: 1°02'17"E - 47°08'21"N
Code INSEE: 37108 - Code postal: 37600 - Superficie: 1963 hectares
Altitudes: de 75 à 144 mètres
Au centre du bourg, l'église Saint-Gilles, ancienne église prieurale devenue paroissiale, est, de ce fait, proche du logis du Prieur.
L'église Saint-Gilles (appellation traditionnelle, mais, en fait, elle est dédiée à Notre-Dame) , construite au XIe siècle (nef), a été modifiée aux XIIe (porte de la façade) et XIIIe siècles (chœur, abside). Au XIXe siècle, elle a subi des remaniements et les fenêtres absidales furent murées.
La façade ouest et les murs de la nef sont parementés en petit appareil irrégulier. Il est à noter que la façade fut surélevée mais que le pignon d'origine a été conservé. L'arc de la porte en plein cintre est orné de palmettes et d'une chaîne de fleurs-hélices. Au-dessus d'elle s'ouvre une petite fenêtre en plein cintre. La nef, couverte d'une charpente avec bardeaux du XIIIe siècle (restaurée au XVe), communique, au nord, avec une petite chapelle couverte d'une fausse voûte. Le chœur est composée d'une travée voûtée sur ogives et liernes en style angevin. L'abside, à sept pans, était éclairée par sept fenêtres étroites en plein cintre condamnées et masquées par un retable en 1711. Cette abside est aussi voûtée sur ogives et liernes en style angevin. Au sud du chœur, on accède, par la sacristie, à une tourelle cylindrique d'escalier à vis de Saint-Gilles. Sur le toit de la nef, se trouve un clocheton octogonal en bois recouvert d'ardoises.
Cette église renferme deux peintures murales du XVe siècle. La première (photo), située entre la chapelle latérale et le chœur, représente saint Gilles ou saint Hubert. La seconde (très effacée), à gauche de l'entrée, représente saint Christophe aidant l'Enfant Jésus à traverser un gué.
Les clefs de voûtes du chœur sont sculptées. On distingue un évêque bénissant et la Vierge à l'Enfant.
Le logis du prieur (XVe siècle) présente de hauts pignons en moellon et une tour pentagonale d'escalier. Il a été acheté par la commune en 1947.
Le manoir privé de Beauregard a été bâti au XVIIIe siècle dans le style classique. La façade du logis présente un fronton triangulaire percé d'un oculus ovale et, à l'arrière, une porte à pilastres doriques. L'aile perpendiculaire Est possède une porte en anse de panier. Beaurgard est le lieu de naissance de Moreau de Beauregard, élu abbé de Beaulieu-lès-Loches, en 1442, sous le nom de Guillaume III.
Le manoir privé L’Ébaupinaye date du XIXe siècle. (CPA: collection Pascal Calmettes)
La Persillère, un ancien rendez-vous de chasse du XVIIe siècle, possède toujours son pigeonnier carré.
Dans l'allée du Lavoir, le lavoir communal (début du XXe siècle) a été récemment restauré.
Située dans la forêt de Loches, la fontaine d'Orfonds alimentait en eau l'aqueduc gallo-romain de Contray. Elle est entourée par un muret en forme de fer à cheval et deux petits escaliers permettent de descendre jusqu'à elle.
A proximité, la Cave de Charles VII (un rendez-vous de chasse) présente encore un reste de mur et l'entrée d'une cave voûtée aujourd'hui comblée. Toujours dans ce lieu, il y avait, jusqu'au XVIe siècle, la chapelle Saint-Nicolas-du-Bois qui était celle d'un prieuré supprimé en 1759.
Aux limites de la commune, dans la forêt de Loches, on découvre trois pyramides de 1770, anciens points de ralliement aux équipages de chasse: la pyramide de Genillé...
... la pyramide de Montaigu, et...
... la pyramide de Saint-Quentin. Ces pyramides jalonnaient la route Georges-d'Amboise qui traverse, du nord-ouest au sud-est, la forêt de Loches. A proximité de chacune d'elles se trouvait une maison forestière pour héberger les gardes. Celle de Saint-Quentin a été détruite dans les années 1980.

A voir:
  • Les manoirs privés: Les Fourneaux (XVIIIe siècle) et La Montrotterie (XIXe siècle).
  • La ferme du Puits-Bertin (XVe et XVIIIe siècles).
Patrimoine disparu
  • Au nord-ouest du bourg, la chapelle Sainte-Monégonde, de forme carrée, mesurait 7 mètres de côté et avait des murs de 1,50 mètre d'épaisseur.

Les lieux-dits: Baille-de-la-Brétignière, Baille-du-Puits-Bertin, Beauchêne, Beauregard, Bois-Clair, Casse-Cou, Château-Neuf, Ferrières, La Baille-de-Luain, La Belle-Noue, La Brossardière, La Buhetterie, La Cave-Morinet, La Galocherie, La Grande-Brétignière, La Montrotterie, La Noue-du-Chilloux, La Persillère, La Pommeraie, La Reine, La Vallée-Verte, La Vente-Moreau, La Vinaigrerie, Le Bas-Puits-Bertin, L’Ébaupinaye, Le Bosquet, Le Chêne-Sec, Le Clos-Garnier, Le Haut-Puits-Bertin, Le Puits-Bertin, Le Rossignolet, Les Briquions, Les Coupées, Les Ées, Les Fourneaux, Les Grandes-Ventes, Les Menous, Les Minées, Les Mousées, Les Placiers, Les Rives, Les Trois-Cheminées, Orfonds, Pièce-des-Chilloux
    Blason de Ferrière-sur-Beaulieu

    1 commentaire: