La Riche

La Riche est une ville de la banlieue ouest de Tours. Ses habitants sont appelés les Larichois et les Larichoises.
En 1787, elle portait le nom de La Varenne-de-La-Riche.
Coordonnées GPS de La Riche: 0°39'57"E - 47°23'24"N
Code INSEE: 37195 - Code postal: 37520 - Superficie: 817 hectares
Altitudes: de 43 à 51 mètres
Le prieuré de Saint-Cosme, fondé en 1092 par Hervé de Buzançais, a conservé des vestiges de son église du début du XIIe siècle (le chevet et les chapiteaux romans, l'arc gothique et le croisillon sud). Le mur gouttereau a gardé une porte en anse de panier surmontée d'une accolade bûchée, ainsi qu'une fenêtre en arc brisé qui a perdu son amortissement. La nef, le carré du transept et le croisillon nord ont disparu. Le prieuré fut supprimé canoniquement en 1742. Cet édifice avait été partiellement démoli en 1744. A noter que le théologien Bérenger de Tours est mort à Saint-Cosme en 1088.
Dans le chœur, aujourd'hui disparu, se trouve la tombe de Pierre de Ronsard, le "Prince des Poètes", qui avait reçu la commende du prieuré en mars 1565. Il la conservera jusqu'à sa mort, le 27 décembre 1585. Sa tombe ne fut retrouvée que le 10 mai 1933. Il était né le 11 septembre 1524 au manoir de La Possonnière, à Couture-sur-Loir dans le Vendômois.
La maison du prieur (XVe siècle) a été remaniée au XVIIe siècle. Sur la façade nord, elle est munie d'un étage en encorbellement et à colombage. Cet édifice abrite le petit escalier primitif en colimaçon.
Au premier étage, se trouvent les appartements de Ronsard dont le petit cabinet où le poète écrivait ses œuvres. Il se compose d'une seul pièce couverte en charpente et chauffée par une cheminée à hotte. Au nord, il communique avec deux petites pièces situées dans le bâtiment du XIIIe siècle.
Le réfectoire des moines a été construit au début du XIIe siècle.
On y pénètre par une porte dont la décoration en dents-de-scie a été reconstituée entre 1946 et 1948 après avoir été endommagée par les bombardements de 1944.
Le réfectoire est couvert en charpente et est éclairé par des fenêtres en plein cintre accostées, à l'intérieur, de colonnettes ornées.
La chaire du lecteur présente des voussures, ornées de palmettes, qui retombent sur des colonnettes tapissées de sculptures. Pendant les repas, un moine montait dans cette chaire pour lire les Saintes Écritures.
La colonne ouest est décorée de feuillages et d'animaux.
A coté du réfectoire, l'hôtellerie a été bâtie au XIIIe siècle.
Le château de Plessis-lès-Tours a été édifié à partir de 1469. Auparavant, il existait à cet endroit une forteresse appelée Les Montils. C'était une châtellenie ayant appartenu, en 1143, à Sulpice II d'Amboise, fils de Hugues 1er. Elle resta la propriété de ses descendants jusqu'au 15 février 1463. A cette date, Hardouin de Maillé, époux de Perrenelle d'Amboise, vendit Les Montils à Louis XI pour la somme de 5500 écus d'or.
De cet édifice, il ne reste que ce logis rectangulaire et une tourelle d'escalier octogonale. Louis XI habita ce château et il y mourut le 30 août 1483. Son ancienne église, dédiée à saint Mathias, a disparu.
Une cheminée monumentale du XVIe siècle de l'hôtel des Bohier à Tours a été transférée dans une des salles de ce château.
De l'ancien couvent des Grands Minimes du Plessis, il ne reste que le logis du XVIIe siècle, une petite tour octogonale du XVIIIe siècle. Acheté en 1807 par un prêtre, il est transformé en petit séminaire en 1824, puis en orphelinat en 1838. En 1870, il est utilisé comme hôpital militaire.
La chapelle néo-gothique de 1877 (inachevée) renferme le tombeau de saint François de Paule (fondateur du couvent en 1489), mort le 2 avril 1507. Cette chapelle fut rénovée en 1984. L'église, achevée en 1490, a disparu. En 1562, elle avait été saccagée par les Huguenots.
Le prieuré Sainte-Anne dépendait du prieuré de Saint-Cosme. Si les bâtiments prioraux ont disparu, la chapelle, édifiée au XVIe siècle, est encore visible dans le square Roze. Très remaniée, elle comprenait, initialement, une nef unique couverte en charpente, et dont les bardeaux ont subsisté, un chœur d'une travée et une abside à trois pans, l'un et l'autre voûtés sur ogives. En 1668, ces pans avaient été décorés (Trinité peinte et bas-reliefs) par le sculpteur Charpentier.
L'église Sainte-Anne a été construite d'avril 1855 (pose de la première pierre) à octobre 1856 (consécration par Mgr Morlot, archevêque de Tours) dans le style néo-gothique selon les plans de l'architecte Gustave Guérin. Elle comprend un clocher-porche (achevé en 1857) avec une flèche en pierre, une nef unique, un transept saillant et un chœur à trois pans entouré par deux sacristies. Elle renferme une fresque de Brard (1874) et des peintures murales de Grandin (1877).
Les trois vitraux du chevet représentent saint François de Paule, sainte Anne (photo) et sainte Jeanne de France.
Les deux verrières de la chapelle nord sont des œuvres de l'atelier Lobin (Tours). Elles relatent des épisodes de la vie de saint François de Paul. Les vitraux de la nef sont signés par Lux Fournier (Tours, 1947).
Le manoir privé des Pavillons (1640) présente une tour centrale carrée entourée par deux ailes plus petites. A l'angle sud-ouest, une petite chapelle présente encore des traces de peintures murales.
Le manoir privé de La Rabaterie (début du XVIe siècle) comprend un bâtiment central rectangulaire avec deux ailes inégales en retour d'équerre vers l'ouest et une tour carrée d'escalier à vis. Il a été construit sur un bâtiment plus ancien dont il subsiste les caves voûtées. Au XVe siècle, ce lieu s'appelait La Motte-Chapon.
Dans la rue du Pigeonnier, une ancienne fuye carrée a été transformée en logis privé. Son toit a conservé un vestige de lanternon.
La ville possède son girouet dont la partie centrale représente le logo de La Riche.

Patrimoine disparu
  • L'ancien couvent des Carmes, fondé du temps de saint Louis, était situé au 39 rue du Plessis. Les bâtiments rescapés de la Révolution furent détruits en 1932.
Personnalités liées à la commune:

    Les lieux-dits: Gevrioux, La Balaterie, La Fuye, La Gare-de-Saint-Cosme, La Grande-Maison, La Grange-David, La Potéterie, La Poudrière, La Rabaterie, La Tuilerie, Le Grand-Carroi, Le Petit-Plessis, Le Pigeonnier, Le Plessis-lès-Tours, Le Pont-Libert, Le Pont-Neuf, Le Port-Cordon, Le Saugé, Les Devalleries, Les Hautes-Marches, Les Îles-Noires, Les Minimes, Les Montils, Les Pavillons, Saint-François
      Communes voisines: Ballan-Miré, Joué-lès-Tours, St Genouph, Tours

      Blason de La Riche

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire