Lémeré

Lémeré est un village du Sud-Ouest de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Lémeréziens et les Lémeréziennes.
Il a porté les noms de: Lameriacum (1089, cartulaire de l'abbaye de Noyers), Lesmeré (vers 1201-1208, cartulaire de la Merci-Dieu), Lameriacus (vers 1208, Livre des Serfs de Marmoutier), Lameré (1290, pouillé de Tours), Lammereio (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours), Lesméré (XVIIe siècle), Lemere (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Lémeré (1820, carte de l'état-major).
C'était un fief relevant de la seigneurie du Rivau, érigée en marquisat le 14 juillet 1664 au profit de Jacques de Beauvau.
Coordonnées GPS de Lémeré: 0°20'12"E - 47°05'01"N
Code INSEE: 37125 - Code postal: 37120 - Superficie: 1983 hectares
Altitudes: de 35 à 115 mètres
Cours d'eau: la Veude, la fontaine de Jable
Le château du Rivau a été construit aux XIIIe et XIVe siècles puis rebâti en 1442 par Pierre de Beauvau, chambellan de Charles VII.
On pénètre dans le château par un pont dormant jeté sur le fossé Ouest et reliant le parc à la cour d'honneur. La porte d'entrée (XVIIe siècle) de cette avant-cour, formée d'assises faisant alternativement saillie et retrait, est ornée, au-dessus de l'entablement, d'une frise de postes. Trois pilastres doriques encadrent la porte cochère et celle des piétons. Au-dessus de cette dernière, un écusson a été bûché.
La cour carrée des communs, à laquelle cette porte donne accès, est limitée à l'Ouest et au Sud par les écuries monumentales construites au début du XVIe siècle. Ces écuries, divisées de nos jours en plusieurs salles par des cloisons, sont voûtées par un berceau avec bandeaux plats ornés d'ovales aux points d'intersection.
Le château se développe sur trois côtés d'une surface rectangulaire entourée par des fossés profonds de 4 mètres et larges de 10. La porte d'entrée, fortifiée, se trouve au centre du côté Sud. C'est une haute construction ouverte, au rez-de-chaussée, par une porte charretière et un portillon munis, chacun, d'un pont-levis. Couronné de mâchicoulis ornés de petits arceaux trilobés et garni de créneaux, ce donjon comprend trois étages reliés par un escalier situé dans une tourelle flanquant son angle Nord-Ouest et plus haute que lui. La partie supérieure était un poste de guetteur.
La porte-donjon est reliée à l'Ouest par une aile, dont il ne reste plus que le rez-de-chaussée, à une tour cylindrique d'angle à toit conique. A l'Est, elle joint l'aile en retour d'équerre Sud du bâtiment principal du château. Ce corps de logis, qui occupe le côté Est de l'enceinte et qui est flanqué à chaque extrémité par une tour ronde, est élevé d'un rez-de-chaussée, d'un étage et d'un comble, reliés par un escalier à vis situé dans une tourelle à pans coupés flanquant la façade sur cour. La porte du logis, qui se trouve au pied de cette tourelle, est surmontée par une accolade circonscrivant un blason qui a été refait. Le rez-de-chaussée et l'étage sont éclairés, sur chaque face, par des fenêtres qui ont été remaniées. Les lucarnes du comble sont surmontées par des gâbles dont les crochets son mutilés. L'intérieur comporte, au rez-de-chaussée et à l'étage, deux grandes salles aux plafonds soutenus par de grosses poutres et chauffées par des cheminées à hotte. Des salles plus petites occupent l'aile en retour. La chapelle se trouve au rez-de-chaussée dans la tour d'angle Sud-Est. Elle a remplacé une chapelle gothique détruite en 1880. Sur la façade extérieure de l'aile Sud, on remarque une lucarne en encorbellement formant bretèche avec mâchicoulis. Elle défendait une poterne, située au-dessous d'elle, qui était munie d'un pont-levis et qui a été condamnée.
En dehors des douves, au Nord, un pigeonnier cylindrique renferme 2000 nids de pigeons. Les rangées de boulins descendent jusqu'à la base de cette fuye où existe encore le socle de pierre central qui soutenait l'échelle tournante. Ce pigeonnier a perdu sa toiture à la Révolution.
L'église Saint-Hilaire, édifiée au XIIe siècle (nef), a été remaniée aux XVe (chœur et clocher) et XVIIe siècle (deux collatéraux). Elle a été restaurée en 1860.
La nef et ses bas-côtés sont couverts de fausses voûtes du XIXe siècle. Le chœur rectangulaire comprend deux travées voûtées sur ogives à moulures prismatiques. La première travée est reliée, de chaque côté, à une chapelle formant la dernière travée du collatéral correspondant, mais qui semble plus ancienne que lui. Le clocher est une tour carrée épaulée par des contreforts aux angles, ouverte à l'étage du beffroi, sur chaque face, par des fenêtres en lancette jumelles, et surmontée par une flèche octogonale butée aux quatre angles de la terrasse de la tour, par des pinacles qui lui sont reliés par des massifs de maçonnerie.
Elle renferme plusieurs vitraux signés L. Lobin dont celui-ci réalisé à Tours en 1861.
Le château privé du Perron est une construction du XIXe siècle. Au Sud, une chapelle de 1839 a été conservée.
Son pigeonnier hexagonal (XVIIe siècle) accueille toujours des pigeons.
Le château privé de La Noblaye (XVIe siècle, modifié au XIXe) comprend un corps de bâtiment à deux niveaux flanqué, à chaque extrémité, d'une tour quadrangulaire en saillie. Un fronton triangulaire percé d'un oculus surmonte l'avant-corps central aux ouvertures encadrées par des pilastres. Au Nord, un petit pavillon perpendiculaire abrite un escalier de pierre et un grand arc en anse de panier. Son pigeonnier existe encore.
Le manoir privé de La Bourlière (XVIIe siècle) est entouré par deux pavillons coiffés en pyramides. Il possède encore son pigeonnier carré (à gauche de la photo) dont la corniche est soutenue par de gros modillons.
Le manoir privé de Saumuret (XVe siècle) a été remanié au XIXe. Il comprend un corps de logis en équerre. Le logis principal est flanqué de deux pavillons à toitures en pyramide. On accède à l'aile Sud par un portail en anse de panier entouré, de part et d'autre, par une porte piétonne (dont une a été murée). Deux tours quadrangulaires flanquent l'aile du Nord-Est. Une autre tour, carrée, se dresse à proximité. Il s'agit d'un pigeonnier transformé en logis.
Le manoir privé de L'Ouraye (XVe siècle) possède des fenêtres à croisées de pierre.
Le manoir privé des Munets (fin XVe siècle) a été remanié au XVIIIe. Au rez-de-chaussée, deux fenêtres ont retrouvé leurs croisées de pierre au XXe siècle. L'intérieur abrite un escalier à vis de pierre et deux cheminées.
Le logis privé des Teilles (XVIe siècle) est un ancien fief qui, au XVIIIe siècle, appartenait à la famille de Vandel.
Près de l'église, le pigeonnier-porche de La Michellière, datant de 1756, est couvert par un toit à quatre pentes souligné par une corniche à modillons.
Le pigeonnier rectangulaire du Sable, surmonté d'un toit en croupe, a été transformé en logis privé.
Le pigeonnier carré des Gaudrées a été récemment restauré.
Le logis privé de La Grande-Maison possède, lui aussi, sa fuye carrée.
Le lavoir de la Fontaine-de-Jable (route de La Tour-Saint-Gelin) a été rénové en 2004.

A voir
  • Le logis privé de La Botardière (XVIIe siècle).
  • Les moulins sur la Veude: Coutureau, Judeau.
Patrimoine disparu
  • Le dolmen du bois de Neuilly.

Lieux-dits: Beausset, Bel-Air, Bertinière, Bois-de-Saint-Hilaire, Boissé, Botard, Dercé, Grésigny, Jable, Jaunais, La Blotière, La Botardière, La Bourlière, La Brelière, La Carte, La Chaussée, La Chésellerie, La Corbinière, La Corronnerie, La Duboisserie, La Garenne, La Garenne-des-Hauts, La Guimarderie, La Haute-Foi, L'Allée, La Motte, La Neuptière, La Noblaye, La Pièce-Blanche, La Pièce-de-L’Étang, La Reversière, L'Arsonnière, La Saucraie, La Tréchandière, La Valinière, La Vallée-au-Renard, Le Bois-d'Orge, Le Carroi-Guérin, Le Champs, Le Chêne-des-Croix, Le Coudray, Le Parc, Le Perron, Le Piquenay, Le Portail, Le Rivau, Le Sable, Le Taillis-de-l'Ouraye, L’Étang, Le Thenay, Les Blutières, Les Boiteaux, Les Bruères, Les Champs-Roux, Les Épinettes, Les Gautrèes, Les Joncs, Les Lambilloux, Les Landes, Les Perches, Les Perrières, Les Places, Les Quarts-Blancs, Les Teilles, Les Varennes, L'Huilerie, L'Ouraye, Moulin-de-Coutureau, Moulin-de-Judeau, Munet, Neuilly, Pelois, Saumuret

    Vigneron Bio (Wine)

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire