Montlouis-sur-Loire

Montlouis-sur-Loire est une ville de la rive gauche de la Loire, à l'est de Tours, connue pour son vignoble. Ses habitants sont appelés les Montlouisiens et les Montlouisiennes.
Elle a porté les noms de: Mons Laudium (VIe siècle, Grégoire de Tours), Mons Laudatus (XIIe siècle), Montloué (1336, cartulaire de l'archevêché de Tours) et, enfin, Montlouis-sur-Loire (1920). En 1717, elle fait partie du marquisat de la Bourdaisière érigé au profit de Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau. Elle appartint aux familles de Luynes, Choiseul-Stainville et Bourbon-Penthièvre.
Coordonnées GPS de Montlouis-sur-Loire: 0°49'53"E - 47°23'11"N
Code INSEE: 37156 - Code postal: 37270 - Superficie: 2455 hectares
Altitudes: de 46 à 97 mètres
Cours d'eau: la Loire et le Filet
L'église Saint-Laurent (église souvent ouverte), construite au XIIe siècle (chœur, abside et base du clocher), a été modifiée au XVe siècle (chapelle seigneuriale Nord), au XVIe siècle (nef, deux collatéraux et chapelle Sud) et en 1870 (clocher et façade Ouest). Ce sanctuaire a remplacé l'église bâtie en 485 par saint Perpet.
La façade Ouest, divisée en trois pignons de hauteurs inégales, correspondant à la nef et aux deux collatéraux, a été refaite en 1870, sauf le pignon Nord. De ce côté, la porte en arc surbaissé est surmontée par un cartouche mutilé. Accolé au Sud du chœur, le clocher carré, restauré aussi, est couronné par une terrasse à galerie soutenue par une ligne d'arceaux trilobés retombant sur des culs-de-lampe. L'étage du beffroi est ouvert, sur chaque face, par deux fenêtres jumelles en plein cintre. Au-dessus, se trouve une flèche en charpente. L'extérieur de l'abside semi-circulaire, épaulée par de colonnes-contreforts et surmontée par une corniche à modillons grotesques, a été également restauré.
A l'intérieur, la nef et les deux collatéraux sont composés de quatre travées voûtées sur croisée d'ogives retombant sur des culots. Les collatéraux sont d'inégales dimensions: les quatre travées Nord sont plus larges que celles du Sud. Le chœur, comprenant deux travées voûtées d'un berceau en plein cintre, se termine par l'abside voûtée en cul-de-four et éclairée par trois fenêtres en plein cintre. Au Nord se trouve la chapelle seigneuriale. La clef de sa voûte, sur croisée d'ogives, porte un blason meublé par trois rosaces à huit feuilles. Au Sud, une chapelle, voûtée d'un berceau en plein cintre, sert de sacristie.
Sur son mur Sud, on trouve ce cadran solaire en ardoise. Il porte la date de 1610 et une phrase: "faict par messire Jacques Gasnier".
Sur sa façade Ouest, ce graffiti de 1793 est un ex-voto de marinier de Loire représentant une gabare.
Les deux collatéraux de cette église renferment huit vitraux du maître-verrier Lux Fournier dont celui-ci, de 1904, représentant la fondation de l'église de Montlouis par saint Perpet en 485. Les trois verrières du chœur sont signées par Lobin (1859).
Au dessus de la porte d'entrée, cette verrière, signée Fournier, commémore les bombardements du pont ferroviaire de Montlouis en mai-juin 1944.
Le château de la Bourdaisière a été modifié de 1839 à 1843 par le baron Joseph Angelier, selon les plans de l'architecte Jean-Charles Jacquemin, à partir des restes d'un château de 1520 bâti pour Philibert Babou, grand argentier de François Ier. C'est ici que serait née, vers 1565, Gabrielle d'Estrées, future favorite d'Henri IV.
Au début du XIXe siècle, une maison de jardinier fut transformée en une chapelle de style néo-gothique Tudor.
Son parc et ses jardins se visitent. Il renferme un conservatoire de la tomate (environ 650 variétés) et des plantes médicinales. On peut aussi y observer 100 variétés de dahlias.
Il possède encore une éolienne Bollée de la fin du XIXe siècle.
Le presbytère, bâti au XVIe siècle mais remanié au XIXe siècle, présente deux lucarnes couronnées d'un gâble orné d'une coquille. Selon la tradition, il aurait abrité les amours de Gabrielle d'Estrèes et d'Henri IV.
Le château privé de Thuisseau, bâti au XIXe siècle dans un style néo-Renaissance, comporte une partie centrale à un étage ouvert par trois baies surmontées par un toit pointu. Le rez-de-chaussée possède une fenêtre centrale plus large que les deux autres. Ce logis est encadré par deux ailes dissymétriques avec deux étages de fenêtre dans le toit pour celle de l'Ouest. De hautes cheminées dominent le toit. Thuisseau était un fief relevant de l'archevêché de Tours.
Le manoir privé de Bondésir, dominant la Loire, date du XVIe siècle mais a été remanié au XIXe siècle (ajout d'un étage en 1847 et d'un belvédère en 1854). Il possède un petit pigeonnier de la fin du XVIIIe siècle (à gauche). Ce manoir a eu comme propriétaires le comte de Fersen, fils du chevalier servant de Marie-Antoinette, et le prince Radziwill, grand chambellan du Tsar. Sa chapelle Notre-Dame, fondée en 1554 par Philibert Babou et sa femme Marie Gaudin, a disparu après la Révolution.
Le manoir privé de La Pousterie (ou La Posterie) date, pour une partie, de la fin du XVe siècle et, pour l'autre, du début du XVIe siècle. C'est un ancien relais de poste dépendant de l'archevêché de Tours.
Le manoir privé de Belle-Roche, à La Vallée, servit de relais de poste sous Henri IV (XVIe et XVIIe siècles).
Le manoir privé de La Barre a été construit au XVIIIe siècle (vers 1786). Un important portail en anse de panier donne accès à une cour encadrée de bâtiments sur ses quatre côtés. Au Nord, le logis comprend une rez-de-chaussée et un comble. A l'Est, il se prolonge par une aile plus longue en retour d'équerre. Son toit à quatre pans est orné de lucarnes de pierre à fronton courbe comme l'est aussi l'extrémité Sud de l'aile. La porte centrale présente un linteau incurvé surmonté par un tympan triangulaire portant la date de 1786. Cette porte est encadrée par des pilastres à chapiteaux ioniques. Fermant la cour au Sud, un petit bâtiment à fronton triangulaire, construit de 1748 à 1788, servait jadis de chapelle. La Barre était un fief relevant d'Amboise.
Le manoir privé de La Miltière, édifié au début du XVIIe siècle, est composé d'un rez-de-chaussée et de combles éclairés par trois lucarnes et deux œils-de-bœuf. La lucarne médiane de la façade Sud, à tympan triangulaire et ailerons à la base, est accompagnée par un balcon soutenu par deux colonnes à cannelures torses, jadis ornées de fleurs de lis. Dans le logis principal, une cheminée est garnie de boiseries avec cinq petits tiroirs destinés à l'éclosion des vers à soie. La Miltière était un fief relevant de Plessis-lès-Tours puis ensuite, en partie, d'Amboise.
Au Sud-Est de la cour, son pigeonnier carré est surmonté d'un toit en pavillon.
Visible depuis la place Abraham-Courtemanche, le manoir privé de Beauregard a été construit en 1888 par Antoine-Jules Dubois. Il a remplacé une maison de vigneron.
Quai de la Loire, le manoir privé de Roc-en-Val date de 1730. Il est élevé d'un rez-de-chaussée, d'un étage et d'un comble éclairé par des lucarnes et dominé par de hautes cheminées. Jadis, il a abrité un restaurant.
L'hôtel de la Ramée, au 36 quai Albert-Baillet, est un logis du XVIe siècle. Il est élevé d'un rez-de-chaussée, d'un étage et d'un comble éclairé, au Nord, par deux lucarnes surmontées par un gâble  sculpté accompagné de pinacles. Les fenêtres de la façade Nord et les deux fenêtres de la travée Ouest de la façade Sud ont conservé la décoration de leur encadrement. La façade Sud est accompagnée par une tour rectangulaire d'escalier dont la porte d'accès est encadrée par des pilastres soutenant un fronton courbe meublé par des armoiries bûchées, ornés de crochets et supportant des vases.
Dans les rues, des maisons anciennes peuvent être observées (25 quai Albert-Baillet).
Sur la façade d'une maison Art Nouveau (1900), au 2 quai Albert Baillet, deux figures de Chinois (selon la tradition locale) ont été sculptées: l'un qui rit et l'autre qui pleure.
Le manoir privé du Tertre, à Husseau, a été bâti au XVIIe siècle. C'était un fief relevant de la baronnie d'Amboise. En 1768, il fut acheté par le duc de Choiseul.
Son pigeonnier carré (XVIIe siècle) a été transformé en chambre d'hôtes.
Toujours à Husseau, chemin de Cours, un ancien logis d'habitation a été transformé en chapelle dotée d'un petit clocheton couvert d'ardoises surmontant son pignon ouest.
Au cœur de l'aire des vins AOC portant son nom, le territoire de Montlouis est riche en loges de vigne. Près du hameau de Husseau, on découvre celle-ci de 1901, appelée L'Espérance,...
... qui possède une pierre sculptée, ce qui est rare sur ce type d'édifice.
Sa voisine est plus simple.
D'autres loges de vigne sont éparpillées sur le territoire de la commune.
Ce vieux puits à chapelle, situé au 7 rue du Chemin-Creux, présente encore, protégées par une grille une poulie de bois et la manivelle servant à remonter l'eau se trouvant à 30 mètres de profondeur.
Une ancienne plaque routière de l'Automobile Club de l'Ouest (créé en 1906), don du café Mirault, est visible au 18 rue du Maréchal-Foch. La maison Mirault de Joué-lès-Tours était une épicerie en gros mais, aussi, un torréfacteur et un fabricant de rillettes.
Montlouis possède son girouet dont la partie centrale représente l'église Saint-Laurent, un pont sur la Loire et une grappe de raisin.

Les lieux-dits: Belle-Roche, Bondésir, Conneuil, Gratte-Chien, Greux, Husseau, La Barre, La Béchellerie, La Bonde, La Bourdaisière, La Brunette, La Closerie, La Croix-Blanche, La Croix-Cassée, La Folie, La Fosse-Alouette, La Fosse-aux-Joncs, La Frelonnerie, La Garenne, La Gaudellerie, La Gravelle, Le Haut-du-Thet, La Miltière, La Pousterie, La Printanière, La Tuilerie, La Vallée, La Vallée-Moret, La Varenne, Le Bas-Rocher, Le Chapitre, Le Chemin-About, Le Clos-au-Renard, Le Cormier, Le Grand-Carroi, Le Jeu, L’Épine-Fleurie, Le Saule-Michaud, Le Saunay, Les Aujoux, Les Bâtisses, Les Bodets, Les Bouvineries, Les Bredins, Les Coteaux-de-Montlouis, Les Fosses-Bouteilles, Les Grands-Rangs, Les Gravuches, Les Grillonnières, Les Justices, Les Landes, Les Marronniers, Les Moques-Bouteil, Les Ormeaux, Les Piquetteries, Les Pointereaux, Les Ralluères, Les Renardières, Les Robinières, Les Roussières, Les Sablons, Lorbinais, Montaigu, Parc-de-la-Bourdaisière, Rochepinard, Saint-Brice, Saint-Hilaire, Taille-de-Nouy, Thuisseau, Velauger

    A consulter:
      Blason de Montlouis-sur-Loire

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire