Bléré

Bléré est une ville de l'est de la Touraine. Ses habitants sont appelés les Blérois et les Bléroises.
Elle a porté les noms de: Vicus Briotreidis (VIe siècle, Grégoire de Tours), Briotreit (VIe siècle, sur une monnaie mérovingienne), villa Bridado et vicaria Bridriacensis (939, charte de Saint-Julien), Bliriaco (1078, cartulaire de Cormery), Bliriaco (1156, charte de Saint-Julien), Bliriacum (vers 1211, charte de Saint-Julien), Blereium (1247, Querim Turonum), Blereio ( 1265, cartulaire de l'archevêché de Tours), Blereyum (XIIIe siècle), Bléré (XIVe siècle).
D'abord, chef-lieu de viguerie au Xe siècle, elle devint une châtellenie relevant d'Amboise jusqu'en 1431 puis du château de Tours jusqu'en 1789. Jadis, Bléré était une cité fortifiée.
Coordonnées GPS de Bléré: 0°59'35"E - 47°19'32"N
Code INSEE: 37027 - Code postal: 37150 - Superficie: 3080 hectares
Altitudes: de 52 à 112 mètres
L'église Saint-Christophe est formée par deux chapelles des XIe et XIIe siècles: la chapelle Saint-Christophe et la chapelle Sainte-Agnès. Autrefois séparées pat une ruelle, elles furent réunies par une nef au XVe siècle. C'est de cette époque que datent les chapelles latérales. Le clocher barlong est du XIIIe siècle. L'église primitive, construite par saint Brice en 474, fut détruite par les Normands en 838.
La façade actuelle comprend: au nord, la façade de la chapelle Saint-Christophe, en petit appareil grossier, percée d'une porte et d'une fenêtre du XVe siècle; au centre, la façade de la nef intermédiaire du XVe siècle; au sud et en retrait, la façade en petit appareil grossier de la chapelle Saint-Agnès.
La nef de Saint-Christophe a été refaite au XIXe siècle (voûtes et mur nord). Seule la chapelle du XVIe siècle, saillant près de l'angle nord-ouest, a échappé à la restauration. Le chœur, situé sous le clocher et couvert d'une voûte soutenue par une croisée d'ogive, date du XIIe siècle, ainsi que l'abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four et éclairée par trois fenêtres en plein cintre. Au nord, la travée du chœur est reliée à une petite chapelle du XVe siècle. Au sud de cette travée et de la travée de la nef qui la précède, et reliée à elles par deux arcades en tiers-point, une chapelle, voûtée d'ogives avec clefs pendantes, fut élevée en 1464 par Pierre Bérard et sa femme, Jeanne Cherittée. Elle communique à l'ouest avec la nef intermédiaire ajoutée au XVe siècle et plus large qu'elle.
Au sud la chapelle Saint-Agnès, datant de la fin du XIIe siècle, n'a conservé que deux travées couvertes de voûtes angevines.
Le clocher est une tour octogonale à pans inégaux, surmontée par une pyramide aussi octogonale.
Cette église présente quelques modillons sculptés.
Dans l'église, on remarque un tabernacle pentagonal en bois aux angles cantonnés de colonnettes cannelées. Il mesure 68 cm de haut. Sous la porte, la date de 1625 est inscrite sur un petit tiroir.

La chapelle Jehan de Seigne (1526) était située dans un cimetière (fermé en 1840) aujourd'hui remplacé par un jardin public. Elle est carrée et est surmontée d'un dôme octogonal qui supportait jadis un lanternon qui a disparu. Cette chapelle comprend une nef d'une travée suivie par une abside semi-circulaire voûtée sur nervures retombant sur des colonnes engagées dont les deux du fond sont coupées par des niches vides de leurs statues. Sa porte, en anse de panier, dont l'arc, orné de bombes et de flammes, repose sur deux colonnettes, est flanquée de deux colonnes soutenant un entablement dont l'architrave est décoré de canons et d'arabesques. Au-dessus se trouve un fronton semi-circulaire.
Situé près de cette chapelle, le monument aux morts de Bléré a été réalisé par le sculpteur Paul Lefebvre. Son inauguration a eu lieu le 8 juillet 1923.
Le Grand-Logis a été édifié en 1446 par Pierre Bérard, seigneur de la châtellenie de Bléré. Il a été remanié au XIXe siècle et au milieu du XXe siècle. Les communs datent du XVIIIe siècle.
Au 3 mail Victor-Hugo, le logis privé de Bois-Ramé, ancien fief du XVe siècle, possède une tourelle d'escalier...
... dont la base de l'encorbellement est finement sculptée.
Le manoir privé de Beauregard (XVIIe siècle) a un pigeonnier hexagonal en tuffeau et en colombage.
Le manoir de Bois-Pataud (XVIe siècle) présente, lui aussi, un pigeonnier hexagonal.
La mairie occupe, depuis 1982, l'ancien hôtel Lemaître ou La Coursicauderie qui avait été édifié entre 1841 et 1844 par l'architecte Eugène Fanost.
Le château privé de Fontenay a été reconstruit en 1871. Le manoir primitif datait du XVIe siècle mais avait été détruit par un incendie déclenché par les Prussiens.
Le château privé de Fossembault a été construit en 1832 à l'emplacement d'un manoir du XVIe siècle. Ce domaine est un ancien fief.
Le logis privé de Gimont (XIIe siècle) a été restauré à la fin du XXe siècle. La petite fenêtre en plein cintre, presque au centre de la façade, est un des vestiges de l'ancienne chapelle. En 1737, Gilles Taschereau, chevalier, était qualifié de seigneur de Gimont. Au début du XIXe siècle, Malon de Bercy en était le propriétaire.
Quai du Port-de-l'Est, le manoir privé des Crespières a été construit aux XVe et XVIe siècles puis remanié au XIXe siècle. A la fin du XIXe siècle, il fut habité par les beaux-parents du président de la République Félix Faure. Avant son mandat, ce dernier y a séjourné à plusieurs reprises.
Au 24 rue des Déportés, le logis privé du Belvédère a été bâti en 1832 dans le style Charles X. C'est la réplique, en plus petit, du château de Bagatelle (1777) situé à Paris, dans le bois de Boulogne.
Le moulin à vent des Aigremonts (route de Loches), un moulin-cavier de 18 mètres de haut, a été construit entre 1845 et 1848 par Jacques Bergeault, puis restauré de 2003 à 2007. Ces ailes sont du type Berton. Il a cessé son activité en 1877.
Ce moulin a été choisi pour décorer une plaque de muselet destinée aux vins pétillants de Touraine (Vouvray, Montlouis et Touraine AOC). Ces plaques sont très recherchées par des collectionneurs appelés les placomusophiles.
En 2010, il a été représenté sur un timbre de La Poste.
Au cimetière, la tombe Art nouveau de Nelly Chaumier a été conçue par l'architecte Hector Guimard en 1897-1898. Il a réalisé les bouches du métro parisien.
La commune de Bléré a conservé sur son territoire de nombreuses loges de vigne dont certaines ont des formes originales. Celle-ci date de la fin du XIXe siècle.
Il existe un petit lavoir au lieu-dit Fontenay, à l'ouest de la ville.

A voir:
  • Les vestiges de l'aqueduc gallo-romain de Fontenay.
  • La maison des Chartreux (XVIIe siècle).
  • Les moulins à eau: Vallet, Le Vau et Le Bas-Fontenay (ou Petit Moulin).

Les lieux-dits: Argy, Beauregard, Bois-du-Pineau, Bois-Pataud, Bois-Ragueneau, Bonne-Aventure, Bout-Ferré, Chanteloup, Clos-Mabille, Foix, Fonds-de-Bout-Ferré, Fontenay, Fosse-Besse, Fossembault, Gimont, Grandlay, La Barbottière, La Bidauderie, La Binetterie, La Choltrie, La Colinerie, La Coudraye, La Croix-de-Beau-Chêne, La Feuillerie, La Folie, La Fontaine-aux-Oiseaux, La Gotherie, La Grange, La Hardionnerie, La Haute-Borne, La Haute-Roche, La Lande, La Luisan, La Petite-Bidauderie, La Poêle, La Rabauderie, La Roche, La Sicardière, La Taille-Saint-Julien, La Touche, La Vallée-de-Fontenay, La Varenne, La Vasselière, Le Carroi-aux-Chevaux, Le Cendrier, Le Clos-Saint-Nicolas, Le Fourneau, Le Haut-Village, Le Petit-Moulin, Le Petit-Villiers, Le Pineau, Le Reflessoir, Le Vau, Les Barrois, Les Carrières, Les Châteaux, Les Chêneaux, Les Coudreaux, Les Garennes, Les Grandes-Fontaines, Les Gravuches, Les Maisons-Rouges, Les Morins, Les Neusats, Les Noues, Les Ouches, Les Pentes-du-Vaugerin, Les Pinsons, Les Regains, Les Riaux, Les Tourettes, Les Travers-Chiens, Les Vallées, Les Vezons, L'Herpenty, Malmort, Orget, Saint-Martin, Taille-du-Bois, Tournebride, Vauloger, Villaines

    A consulter:
    Blason de Bléré

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire