Saint-Hippolyte

Saint-Hippolyte est un village du sud-est de la Touraine, dans la vallée de l'Indre. Ses habitants sont appelés les Saint-Hippolytains et les Saint-Hippolytaines.
En 1793, il portait le nom de La Chapelle-Hippolyte. Le 17 avril 1827, il prend le nom de Saint-Hippolyte après sa fusion avec Vitray. Le fief relevait de Bridoré et, au XVIIIe siècle, appartenait aux religieuses viantaises de Beaulieu-lès-Loches.
Coordonnées GPS de St-Hippolyte: 1°06'07"E - 47°03'29"N
Code INSEE: 37221 - Code postal: 37600 - Superficie: 3299 hectares
Altitudes: de 75 à 152 m
L'église Saint-Hippolyte (église toujours fermée), construite au XIe siècle (nef, chœur et abside), a été modifiée aux XVe (façade) et XVIe siècles (portail latéral sud).
La nef présente des murs goutterots parementés en petit appareil. Ce dernier, mélangé à des éléments allongés, est bien visible dans le mur nord où l'une des petites fenêtres primitives a subsisté. Le mur sud est percée d'une porte en plein cintre protégée par un porche en charpente. A l'ouest, la porte de la façade était surmontée d'une accolade qui a été bûchée. Couverte d'une charpente avec lambris enduit de plâtre, la nef est suivie par une abside semi-circulaire restaurée et éclairée par trois fenêtres en plein cintre.
Au sud, son clocher date du XIIe siècle mais la flèche en pierre (avec quatre lucarnes à gâble) qui le surmonte est du XVe siècle. Une fenêtre en plein cintre, dont l'arc est soutenu par une colonnette, ajoure les faces ouest et est de l'étage du beffroi.
Cette église renferme trois vitraux de 1858 signés par l'atelier Lobin (photo) et deux vitraux de Lux Fournier (1922).
Le château privé de Vitray a été édifié au XVIe siècle (deux tours circulaires), agrandi au XVIIe siècle, puis très restauré au début du XXe siècle.
Le moulin de Lège, initialement construit sur l'Indre au XIIIe siècle, a été agrandi à la fin du XIXe siècle. Jadis, il était le moulin banal de la seigneurie de La Roche.
Le moulin des Bordes, sur le ruisseau de Vitray, apparait, pour la première fois, dans un acte de 1672. En 1791, il fut vendu comme bien national.
Le hameau des Basses-Bordes possède son lavoir.
Dans la rue du Château, une maison présente encore une enseigne en fer forgé de bourrelier. Celui-ci devait fabriquer et vendre des harnais, des sacoches et des courroies.

A voir:
  • Le moulin à tan de Vitray (XVIe siècle), en aval du château, a porté les noms de moulin du Gué-Bault puis de Gretault.
  • Les maisons du bourg des XVIe et XVIIe siècles.
  • Le puits à toit plat des Hautes-Bordes.
Patrimoine disparu
  • L'église Saint-Germain de Vitray.

Les lieux-dits: Ballon, Beauregard, Bois-de-Sennevières, Bourg-Neuf, Braud, Carrefour-Adam, Château-de-Vitray, Douète, Fosse-Sèche, Gué-de-la-Gravelle, La Basse-Jarnière, La Biosse, La Cossonnière, La Couarde, La Dorée, La Fontaine, La Fournaise, La Galicherie, La Gratelière, La Guche-à-Poules, La Haute-Jarnière, La Haute-Prône, La Jucherie, La Queue-des-Charpes, La Roche, Le Bas-Saint-Paul, Le Buisson, Le Buisson-Rochais, Le Chêne-Girault, Le Chillou, Le Cornon, Le Donjon, Le Grand-Village, Le Haut-Saint-Paul, Le Livernou, Le Moulin-de-Lège, Le Moulin-des-Bordes, Les Bardoux, Les Basses-Bordes, Les Bourdeaux, Les Bourdines, Les Charpes, Les Grands-Gas, Les Hautes-Bordes, Les Jussiaumes, Les Marguats, Les Marnes, Les Moreaux, Les Perronnes, Les Pins, Les Plegus, Les Reuilles-du-Parc, Les Roux, Les Sables, Les Taupins, L'Ornay, Malville, Marchais-de-Saugé, Pille-Bourse, Rigny, Vallée-de-Maufras, Villecuite, Vitray

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire